Lucas Fitzpatrick a cédé à cinq reprises face aux Saguenéens.

«Ils vont devoir apprendre à haïr perdre»

SAGUENAY — Incapables de générer de l’offensive, les Cataractes ont représenté une proie facile pour les Saguenéens de Chicoutimi dimanche après-midi. Les locaux ont contrôlé ce match du début à la fin, grâce notamment à leurs unités spéciales, et ils ont empoché un gain de 5-1.

Le seul moment de réjouissance des visiteurs est survenu en fin de deuxième période, quand Jan Drozg a poussé un retour de lancer derrière Alexis Shank pour rétrécir l’écart à 2-1. Un but qui devait mettre la table à une troisième période excitante, non? Si c’est le cas, les joueurs shawiniganais ont manqué le bateau! Ce sont plutôt les Saguenéens qui ont paru affamés au dernier tiers, ce qui leur a permis d’orchestrer une poussée de trois buts pour évacuer tout suspense au Centre Georges-Vézina. 

Après le match, les visages étaient longs dans les quartiers des Cataractes. Ces derniers avaient pourtant amorcé le match avec une certaine énergie. Mais voilà, ils ont bousillé deux avantages numériques en première, ce qui leur a enlevé du dynamisme. Leur troisième essai en deuxième, où ils ont eu du mal à mettre les patins dans la zone des Saguenéens, a évacué le peu d’autorité qu’il restait dans leur jeu. À partir de là, même si Drozg a marqué, ce fut un jeu d’enfants pour les Saguenéens.

Ça n’a évidemment pas échappé à Daniel Renaud. Pourtant réputé pour sa bonhomie, le pilote recrue ne cachait pas sa déception devant les journalistes. 

«Vrai que les gars sont devenus frustrés après nos deux jeux de puissance. Ce n’est pas normal, il restait encore pas mal de hockey à jouer», soupirait-il. «Ce match-là est assez facile à résumer. Peu importe le niveau, et ça ne changera jamais, tes meilleurs doivent être tes meilleurs. Ça n’a pas été le cas. Ils vont devoir apprendre à haïr perdre. Tout le monde aime gagner. Mais ça prend des joueurs qui détestent la défaite», martelait-il.

Renaud commence aussi à être fatigué de voir certains joueurs collectionner les pénalités douteuses. Dimanche, Vincent Senez a écopé de deux pénalités, dont une double mineure. Dommage pour Senez, car il vient possiblement de livrer sa meilleure fin de semaine depuis qu’il s’est joint à l’équipe. «L’indiscipline, c’est inacceptable. C’est un problème qui est facile à adresser d’ici à notre prochain match et ça va être fait», promettait Renaud.

Dans l’autre camp, Yannick Jean levait son chapeau devant ses équipiers, qui revenaient d’une séquence pas évidente de six matchs consécutifs sur la route. 

«Ça fait environ trois semaines qu’on joue du hockey solide. On semble jouer plus en confiance et l’éthique de travail est là. Je vois des gestes de surpassement soir après soir et je vois des gars se sacrifier. (Vincent) Lapalme joue blessé. (Morgan) Nauss (un défenseur) joue au centre sur nos trois premières lignes toute la soirée. Il a été un de nos meilleurs attaquants et il a même réussi à générer quelques chances de marquer. C’est du leadership et c’est ce qu’on a besoin des joueurs qui étaient ici l’an dernier.»

Zachary Lavigne (2), Vincent Lapalme (2) et Marc-Antoine Gagné ont déjoué Lucas Fitzpatrick, qui a été testé par 30 tirs, dont 13 menaçants. De leur côté, les Cataractes ont amené 26 rondelles au filet, dont quatre ont été jugées menaçantes. 

Le prochain match des Cataractes est programmé pour mardi soir face aux Voltigeurs à Drummondville.