Daniel Renaud s’est assuré de livrer un message clair aux joueurs qui tentent de mériter un casier dans le vestiaire des Cataractes.

«Il n’y a rien d’acquis»

Shawinigan — Après une trop longue saison morte de près de cinq mois, les Cataractes reprennent le boulot ce mercredi. Les recrues auront deux jours pour se familiariser avec leur nouvel environnement, avant d’être rejoints sur la glace par les vétérans de l’équipe à compter de vendredi.

Si les deux groupes ont été séparés pour les premiers jours, le message de Daniel Renaud est identique: il y a une page blanche dans le bureau des entraîneurs, et ce sont les plus méritants qui vont réussir à s’y nicher sur la feuille d’alignement en vue de la prochaine saison. «Nous avons terminé au 17e rang du classement général la saison dernière. Personne ne peut se satisfaire de ça, c’est une évidence. Il n’y a rien d’acquis. Tous les postes sont disponibles. Toutes les responsabilités sont à l’enjeu aussi. Aux joueurs de nous compliquer la vie!»

Renaud a évidemment hâte de reprendre le collier. La dernière campagne en a été une d’apprentissage pour lui. Cette fois, il sait exactement dans quel processus il s’embarque. «Je connais l’organisation, je connais les joueurs et eux me connaissent aussi. Mes attentes sont claires. Tout ça est établi, c’est sûr que nous partons avec une bonne longueur d’avance par rapport à l’an dernier. Ça va aider. Car même si le camp est long, les décisions viennent rapidement», note-t-il. «L’an dernier, on attendait aussi le retour de certains gars (lire Samuel Girard et Brandon Gignac), qui ne sont jamais revenus! Cette fois, il n’y a que Simon Benoît et Jan Drozg qui iront à un camp professionnel, alors il y a moins d’incertitude. La route est plus claire.»

Il faut aussi être honnête et reconnaître que Renaud pourra travailler avec plus de talent brut à sa disposition. Les cinq premiers choix de l’équipe au dernier repêchage (Mavrik Bourque, Charles Beaudoin, William Veillette, Xavier Bourgault et Antoine Coulombe ont tous participé au camp estival des moins de 17 ans tenu par Équipe Canada. «Je les ai vus à l’œuvre à Calgary, ils ont très bien fait dans leur groupe d’âge. Maintenant, est-ce qu’ils sont prêts à se faire valoir contre des plus vieux? Nous allons le découvrir au cours des prochains jours. Ce qui est certain, c’est que le potentiel est là», analyse Renaud, qui n’a pas établi de chiffre magique concernant le nombre de recrues qu’il veut garder à Shawinigan cette saison. «Ça ne donne rien de faire des plans à ce niveau. Les décisions vont s’imposer à partir de ce qu’on voit sur la glace», répète-t-il.

À ce groupe, il faut évidemment ajouter le Suisse Valentin Nussbaumer, la prise des Cataractes au dernier choix européen. Il a été excusé du premier volet réservé aux recrues, il amorcera son parcours avec les Cataractes en même temps que les vétérans vendredi. «Il combat encore les effets du décalage horaire, ça donnerait quoi de le placer dans une mauvaise situation avec les recrues? Laissons-lui un peu de temps pour retomber sur ses pattes. Quand il se joindra au groupe, il sera dans des conditions gagnantes pour amorcer son séjour chez nous du bon pied», conclut Renaud.

Trois matchs intra-équipe sont à l’agenda mercredi soir, jeudi en matinée et jeudi soir. Après une première vague de coupures, ce sera l’entrée en scène de Nussbaumer et des vétérans. Deux autres matchs intra-équipe ont été programmés samedi, alors que le premier duel pré-saison sera présenté dimanche après-midi au Centre Gervais Auto face aux Tigres de Victoriaville.