Max Pacioretty

«Il est où Max?»

En cette veille de journée pédagogique, mon grand Alexis a obtenu le privilège de veiller jeudi soir pour regarder son Canadien.

Du haut de ses huit ans, ses préférences varient encore pas mal. L’an passé, c’était Shea Weber son héros, soufflé par la puissance de son tir. Cette année, c’est Max Pacioretty. Pourquoi? Je n’arrive pas à mettre la main sur une raison logique, tellement l’Américain est insipide depuis le début de la saison. Probablement, j’imagine, parce qu’il a la même lettre que lui cousue sur la poitrine de son chandail novice!

«Il est où Max? Il est blessé? Je l’ai vu en début de match mais ça fait un méchant bout de temps qu’il n’a pas embarqué...»

Ces questions ont été posées… au beau milieu de la deuxième période! Pourtant, Pacioretty n’a pas raté une présence, il a fini le match avec près de 21 minutes de temps de jeu. J’ai rassuré Alexis sur l’état de santé du capitaine, je n’ai par contre pas trop argumenté sur son invisibilité. Je lui ai plutôt subtilement conseillé d’épier davantage l’autre capitaine sur la glace. Quel joueur ce Claude Giroux, hein!

Certains croyaient qu’il était fini l’an passé. Il y avait des rumeurs cet été que les Flyers cherchaient à bouger son gros contrat l’été dernier, qu’il n’y avait pas de client intéressé. De retour parmi la fine élite, c’est assez évident que la cote de Giroux doit être pas mal à la hausse cet hiver!

Tout ça pour vous dire que ce n’est peut-être pas une si bonne idée d’essayer de troquer Pacioretty au moment où il traverse un long creux de vague. Impossible d’obtenir la vraie valeur de ce buteur en ce moment. C’est encore plus vrai quand celui qui pèse sur les boutons s’appelle Marc Bergevin.

Je vous rappelle que pour P.K. Subban, l’un des meilleurs défenseurs de la ligue, qui s’apprêtait à entrer dans les meilleures saisons de sa carrière, Bergevin a obtenu un arrière qui avait entamé son déclin, taillé dans un moule du hockey de l’ancienne génération, et qui traîne un contrat boulet. J’ose à peine essayer d’imaginer ce qu’il pourrait accepter pour Pacioretty au cœur de la tempête…