Hugo Houle espère une reprise des activités sur la scène internationale du cyclisme vers la fin du mois de mai.
Hugo Houle espère une reprise des activités sur la scène internationale du cyclisme vers la fin du mois de mai.

Hugo Houle vit son confinement à Monaco

TROIS-RIVIÈRES — Comme une cinquantaine de cyclistes de niveau international, c’est à Monaco, où il est établi depuis janvier, que le Québécois Hugo Houle vit sa période de confinement.

«C’est le même principe qu’en France: tu peux sortir de chez toi seulement si c’est nécessaire, donc pour te nourrir ou pour une question médicale», explique l’athlète originaire de Sainte-Perpétue.

«Sinon, je ne peux pas marcher à plus de 500 m de mon logement.»

Pas évident pour un cycliste professionnel qui a l’habitude de bouffer des centaines de kilomètres sur son vélo!

«C’est pour ça que j’ai salué la décision du Comité olympique canadien de statuer très tôt par rapport à notre absence des Jeux olympiques. Certains cyclistes dans le monde, comme en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas ou au Danemark, peuvent encore faire des sorties à vélo. La préparation n’aurait pas été la même pour tout le monde. Je sais que plusieurs athlètes continuent aussi de s’entraîner aux États-Unis ou au Canada, dans la mesure où c’est possible de le faire.»

Qu’à cela ne tienne, il ne regrette pas de se retrouver en isolement dans la petite ville-État en bord de mer.

«Si j’avais été à Sainte-Perpétue, j’aurais peut-être pu aller me perdre dans le bois! Mais sinon, ça ne change pas grand-chose. J’ai mes deux vélos ici, celui de contre la montre et l’autre pour la route. Je peux m’entraîner dans mon logement et je suis avec ma copine.»

Il reconnaît néanmoins que ses séances d’entraînement ne sont pas aussi longues entre quatre murs. «Non, c’est difficile mentalement de faire trois ou quatre heures par jour à l’intérieur. La plupart du temps, mes trainings durent entre 90 minutes et deux heures.»

Houle est installé à Monaco depuis janvier, après avoir vécu en France pendant quelques années. Il espère toujours participer à des compétitions d’envergure cette saison, sous les couleurs de l’équipe professionnelle Astana.

Il cible le Critérium du Dauphiné, au début du mois de juin, en tant que possible reprise. Tout le monde se croise les doigts évidemment pour que le Tour de France soit présenté ensuite.

«On espère vraiment reprendre les activités normales à la fin du printemps. C’est ce qui me garde optimiste en ce moment, de penser que je pourrais être au Tour de France malgré toutes les mauvaises nouvelles des dernières semaines.»

L’emblématique compétition, prévue du 27 juin au 19 juillet, pourrait se tenir à huis clos, a affirmé mercredi la ministre des Sports en France Roxana Maracineanu. Le Tour de France, depuis ses débuts en 1903, n’a été arrêté que par les deux conflits mondiaux.

Sinon, Houle aura encore plus de temps pour se préparer en vue des Jeux olympiques de Tokyo, qui ont été remis à 2021. Ce report pourrait d’ailleurs sourire à l’équipe canadienne, puisque Michael Woods a été victime d’une fracture au fémur droit récemment, lors de l’événement Paris-Nice.