Hugo Houle, lors de la soirée de présentation des membres de l'équipe Astana.

Hugo Houle déçu et surpris

Trois-Rivières — C’est en Espagne, où il participe à son premier entraînement avec sa nouvelle équipe Astana, que le cycliste Hugo Houle a appris la nouvelle concernant Chris Froome.

Contrôlé positif au salbutamol lors du Tour d’Espagne en septembre, le champion britannique a affirmé jeudi n’avoir enfreint aucune règle, entraînant un nouveau courant de scepticisme et de cynisme dans le monde du cyclisme professionnel.

«Je trouvais que ça roulait vite aussi», n’a pu s’empêcher de lancer Houle, en entrevue téléphonique au Nouvelliste, en rappelant qu’il avait lui aussi pris part à la Vuelta en septembre. «Ça fait suer mais pour moi, ça ne change pas grand-chose. J’avais une blessure au coude et j’étais loin derrière. Au lieu de finir 115e, je serais 114e!»

L’athlète de Sainte-Perpétue s’interroge néanmoins sur la gestion du problème par l’Union cycliste internationale. «Je trouve étrange qu’il ait pu rouler aux Mondiaux quelques jours plus tard. J’ai hâte de voir comment l’UCI négociera avec ça.»

Froome, un coureur de Sky, souffre d’asthme. Il assure avoir suivi les conseils du médecin de son équipe, mais les résultats anormaux laissent la grande majorité des observateurs et autres cyclistes perplexes. Pour l’instant, Froome n’est pas soumis à une suspension en raison de la substance incriminée. «L’UCI a magouillé en coulisses pour régler l’affaire discrètement», s’insurge l’Allemand Tony Martin, quadruple champion du monde du contre-la-montre.

«Froome est un gars réservé mais sympathique. Je ne l’ai pas beaucoup côtoyé dans les compétitions, surtout qu’il est souvent dans le top-10! On comprend peut-être un peu mieux pourquoi», réfléchit Hugo Houle à voix haute.

Une rentrée digne d’Hollywood

Cet autre triste épisode de dopage ne gâchera pas le quotidien du cycliste québécois, qui a vécu son initiation avec Astana il y a quelques jours, dans la capitale du Kazakhstan portant le même nom que sa nouvelle équipe.

Invités au chic Ritz-Carlton du centre-ville, tous les membres de la formation kazakhe ont été présentés. Une grande réception a suivi dans la soirée, avant le départ pour Altea, en Espagne. «C’était un superbe accueil, avec des jeux de lumières et tout. Je n’avais jamais rien vu de tel auparavant pour une présentation d’équipe cycliste.

Astana fait affaire avec l’entreprise québécoise Argon-18 pour ses vélos. Le président Gervais Rioux s’est d’ailleurs présenté au camp, où il a pu échanger avec Houle et ses coéquipiers. «Depuis quelques jours, on s’entraîne dans les cols, on teste nos montées. J’ai hâte que la saison commence!»

Houle ignore encore les plans définitifs d’Astana envers lui, mais il sera fixé bientôt pour son horaire de début de saison. «Je m’attends à participer aux courses en Belgique.»

On apprenait jeudi que l’une d’elles, le Tour des Flandres, se déroulera en présence de Lance Armstrong comme invité d’honneur, le 1er avril. Non ce n’est pas une blague...