Les Patriotes entament le long congé des Fêtes en quatrième place de leur section, une position plutôt inhabituelle pour eux. L'entraîneur Marc-Étienne Hubert se dit malgré tout encouragé par le redressement entrepris par les siens au cours des dernières semaines.

Hubert fier du redressement opéré

C'est par un revers de 2-1 encaissé face aux étudiants de Queen's, samedi soir, que les Patriotes de l'UQTR ont conclu leur première moitié de saison.
Un résultat décevant, compte tenu que le tableau indicateur ne reflétait pas l'allure du match. Le gardien Kevin Bailie a été sensationnel devant son filet, privant les Trifluviens du sort qu'ils méritaient.
«Nous avons joué un excellent match. Mais on a été stoppé par le meilleur gardien universitaire au pays. Il a volé le match à la Carey Price. Je calcule que nous avons raté plusieurs chances de marquer par notre faute mais ça n'enlève rien à son travail, il a fait la différence», relatait Marc-Étienne Hubert.
Sébastien Auger a lui aussi bien fait avec 33 arrêts, mais il n'a pas été en mesure de freiner Slater Dogget en fin de match, un but qui a fait la différence.
«Il n'y pouvait rien sur ce jeu. C'est plate d'accorder le but vainqueur avec moins de deux minutes à jouer, quand tu as aussi bien fait. En même temps, je le sentais venir, ce but-là. Au hockey, quand tu rates trop de chances, généralement ça finit par te rattraper.»
Les Patriotes remisent donc leur équipement avec un dossier de 11-5-1, rendement qui leur confère la quatrième place dans la section Est. Voilà une place bien inhabituelle pour ce programme, l'un des plus glorieux au pays. 
Par contre, il faut noter que les Patriotes ont disputé un match de moins que Queen's, les meneurs qui totalisent 27 points. À 23 points, les Patriotes ne sont pas en si fâcheuse position que ne le laisse croire cette quatrième place. D'ailleurs, elle n'empêchera pas Hubert de dormir. 
«On a vécu beaucoup d'adversité depuis le début de la saison et notre départ n'a pas été à la hauteur. Par contre, on a réussi à redresser la situation de belle façon. On peut être fier de ça», témoignait Hubert. 
«Le message aux gars, c'est que c'est très prometteur pour la deuxième moitié de saison. La parité est de plus en plus présente dans notre ligue. Or, on a montré au cours des dernières semaines que nous pouvons néanmoins tirer notre épingle du jeu.»
La période des Fêtes est parfois généreuse avec les clubs universitaires. Certains joueurs des rangs professionnels sautent la clôture année après année à cette période, ce qui peut modifier l'équilibre des forces. Hubert ne cache pas travailler pour recevoir un tel cadeau sous son sapin.
«On a ciblé un de ces joueurs, les premiers contacts ont été établis. Il cadre bien dans notre équipe. On espère pouvoir le convaincre de se joindre à nous», conclut Hubert.
Kevin Desrochers, entraineur-chef des Dragons.
Les Dragons ne font pas le poids
Les Dragons n'ont pas fait le poids, samedi à Montréal, devant le Boomerang du Cégep André-Laurendeau. 
Le Boomerang n'a eu besoin que de dix minutes pour prendre l'avance 3-0, en route vers un gain facile de 6-2.
Dans ce match ponctué de 18 avantages numériques, les protégés de Kevin Desrochers n'ont pas été en mesure de rivaliser avec leurs puissants hôtes sur les unités spéciales.
Henrick Gauvin a été le seul marqueur des Trifluviens, dominés 34-24 dans la colonne des tirs au but.
L'offensive des Lions a le dessus
La défensive en béton armé des Estacades midget AAA a été percée par les Lions du Lac-St-Louis samedi, qui sont repartis du Complexe sportif Alphonse-Desjardins avec un gain de 4-1.
Les adolescents de Frédéric Lavoie ont baissé pavillon parce que leurs visiteurs ont dominé les deuxième et troisième tiers, après un premier vingt partagé.
Seul Cédric Desruisseaux a marqué pour les Estacades. Le choix de première ronde des Tigres de Victoriaville totalise 16 buts depuis le début de la saison.