Les Braves de la Comission scolaire de l'Énergie débarquent dans le portrait du hockey scolaire en Mauricie.

Hockey scolaire: un nouveau programme voit le jour

Le hockey scolaire marque de nouveau des points à Shawinigan. Dès l'automne prochain, les Braves de la Commission scolaire de l'Énergie verront le jour avec la création d'un nouveau programme de hockey qui aura des équipes autant au primaire qu'au secondaire.
Yannick Lachance dirigera le nouveau programme de hockey shawiniganais.
Ce programme, qui a comme objectif de développer des hockeyeurs de niveau élite, aura pied à terre dans deux institutions, soit à l'école Jacques-Plante au primaire et à l'école secondaire du Rocher.
C'est l'entreprise Propulsion Hockey, de l'ancien hockeyeur Yannick Lachance, qui chapeautera les activités sportives. Une centaine d'élèves ont participé dans les deux dernières années à une première version de cette initiative, mais le hockey ne se jouait que lors des journées pédagogiques.
Les joueurs auront droit à entre 12 et 16 heures d'entraînement sportif par période de dix jours, le tout pour une somme annuelle de 2599 $ au primaire et 2999 $ au secondaire, soit un prix en deçà d'autres programmes puisque les Braves sont du réseau scolaire public.
«Tout le monde m'a dit qu'il fallait être fou pour aller voir la Commission scolaire et que ça allait être compliqué de lancer un programme. Mais je voulais que ce soit le plus accessible au niveau monétaire. La Commission scolaire a démontré une ouverture d'esprit incomparable», raconte Lachance.
Au-delà de la formation de jeunes hockeyeurs, la Commission scolaire espère aussi retenir plusieurs de ses élèves qui, dans les dernières années, ont pris la route de Trois-Rivières afin de se joindre aux programmes élites que l'on retrouve à l'Académie les Estacades, au Collège Marie-de-l'Incarnation et au Séminaire de Trois-Rivières.
C'est sans compter la ligue de hockey du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) Mauricie qui a des équipes dans près d'une dizaine d'écoles dans la région. L'année dernière, 23 élèves de niveau secondaire ont pris la route de la cité de Laviolette, sans compter ceux qui ont opté pour une école privée et qui n'ont pas besoin de signaler à la Commission scolaire leur départ.
«Nous sommes partis de ce fait et nous nous sommes dit qu'on pourrait développer un programme élite chez nous. Il y avait un besoin. Nous venons de faire deux séances d'information et nous avons déjà plus de 90 inscriptions. Des hockeyeurs élites de la région, nous n'en avons pas échappé beaucoup», note Lachance, qui fait équipe avec Jonathan Bellemare, du Blizzard, ainsi que Joël Duguay et Tommy Gauthier, deux anciens des Cataractes comme entraîneur des gardiens et joueur, respectivement.
«On ne se le cachera pas, il y a une compétition. Mais on a pris le pari de donner le choix aux parents et élèves d'avoir une qualité de vie parce que 90 % du programme se fait en semaine. On veut garder les gens chez nous, en leur offrant la même qualité. Tous les programmes, les Estacades, le Séminaire ou le CMI, sont tous de qualité.
Comme Denis Francoeur (du CMI) a déjà dit, il n'y a jamais trop de personnes pour offrir un encadrement professionnel élite. Au lieu de développer 34 joueurs, on en développe 100. Le tout avec la réussite scolaire. On veut 100 % de diplomation.»
Afin d'offrir un calibre de jeu plus relevé, les équipes des Braves disputeront leurs matchs dans la région de Québec et Chaudière-Appalaches, où une ligue élite du RSEQ sera créée dans les prochaines semaines. Une entrée dans la Ligue de hockey préparatoire scolaire n'est donc pas au menu pour l'instant.
Cette nouvelle initiative devrait toutefois porter un coup au hockey mineur civil de Shawinigan, qui pourrait être amputé de certains de ses joueurs qui feraient le saut vers le hockey scolaire. Lachance n'a pas l'intention d'empêcher ses futurs protégés d'être des deux programmes, bien qu'il estime que la charge de travail serait immense.
«Je vais encourager les jeunes à participer aux camps pee-wee et bantam AAA, parce qu'en région, ils sont les seuls à pouvoir offrir ce calibre. Le RSEQ est affilié à Hockey Québec, contrairement à la LHPS. Le AAA, c'est un bon programme, mais pour les joueurs qui ne seront pas retenus, qu'est-ce qui se passe? C'est là qu'on arrive.»