Anthony Beauregard s’est donné des airs de Bobby Orr pour marquer le premier but des Stingers.

Jouer avec le feu sans se brûler

Trois-Rivières — Visiblement, les joueurs des Patriotes de l’UQTR et des Stingers de Concordia ont fait attention à leur alimentation durant le temps des Fêtes. Vendredi au Colisée, la vitesse était à l’honneur dans une partie où les Trifluviens ont joué avec le feu, avant de l’emporter 5-4 en prolongation.

Même si les Stingers ont eu besoin de plus de trois heures pour atteindre le Colisée en pleine tempête, ce sont les Patriotes qui semblaient avoir les pieds gelés en première période. Les Montréalais ont dominé le premier engagement et les Trifluviens peuvent s’estimer chanceux de s’en être tirés avec une égalité de 1-1 après vingt minutes. Le meilleur marqueur au Canada, Anthony Beauregard, a complété pour les Stingers, alors que Bruno-Carl Denis a fait de même pour les locaux.

«On a été lents à se mettre en marche défensivement. Notre brigade défensive est lourde avec de gros bonhommes. On appréhendait ce qui est arrivé, surtout que les Stingers ont de bons patineurs», a souligné Marc-Étienne Hubert après la rencontre.

Les Stingers n’ont toutefois pas été en mesure de conserver leur momentum en deuxième période. Ils ont écopé de trois pénalités consécutives, dont une plutôt douteuse, et ont dû se défendre pendant 1:29 à cinq contre trois. Mathieu Lemay en a profité pour donner une première avance aux siens, avant que Julien Gagné porte la marque à 3-1 en fin de deuxième période. Un écart qui aurait même pu être de 4-1, n’eut été d’un superbe vol de Marc-Antoine Turcotte à l’endroit de Jason Lavallée.

Ce but supplémentaire, l’UQTR en aurait eu bien besoin. En troisième, ils ont laissé filer une avance de 4-2, les Stingers forçant la prolongation avec deux buts consécutifs sur le jeu de puissance. Les Patriotes venaient d’échapper un précieux point dans leur quête pour rejoindre les Stingers au deuxième rang du circuit ontarien. À vrai dire, ils sont passés bien près de s’écrouler complètement quand Raphaël Lafontaine, en désavantage numérique, s’est échappé face à Sébastien Auger. Le gardien a eu le meilleur. 

«Je suis déçu des deux punitions en fin de match qui ont remis les Stingers dans le match. Ils ont pris du momentum, mais la fin de la période les a ralentis», souligne Hubert.

Fort heureusement pour la troupe d’Hubert, Christophe Boivin a mis fin aux hostilités en profitant d’un écran pour marquer d’un tir précis et donner la victoire aux locaux.

Les Patriotes auront les dents longues samedi après-midi, alors qu’ils accueilleront le Collège militaire royal. Les Paladins ont causé une gigantesque surprise plus tôt cette année en remportant trois matchs contre l’UQTR.

«On espère que les joueurs vont avoir le couteau entre les dents. Le personnel d’entraîneurs, on l’a déjà le couteau entre les dents et ce, depuis longtemps. Les gars devront montrer de la fierté.»