Marc-Antoine Lacharité ne devrait plus enfiler le chandail du Climatisation Cloutier avant un long moment.

Hockey senior: Lacharité suspendu indéfiniment

La Ligue de hockey senior A de la Mauricie a lancé un message on ne peut plus clair aux joueurs de sa structure: on ne s'attaque pas aux entraîneurs.
À la suite de la mêlée générale survenue à l'aréna Jean-Guy-Talbot samedi soir, le préfet de discipline Daniel Thibault suspend indéfiniment Marc-Antoine Lacharité, du Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine.
Le défenseur de 21 ans a agressé deux entraîneurs des Loups de La Tuque, Tommy Gauthier et Dave Marchand, dans les secondes suivant l'élimination de son équipe en quarts de finale de la LHSAM. 
Lacharité est sauté par-dessus le banc des visiteurs pour asséner des coups de poing aux deux hommes, qui sont aussi les gouverneurs du club latuquois. Plusieurs combats avaient par la suite éclaté sur la patinoire, alors que les Loups retraitaient vers leur banc afin de défendre les deux pilotes.
Une fois la tempête passée, des joueurs du Climatisation Cloutier avaient mentionné à Gauthier qu'ils n'étaient pas d'accord avec les agissements de leur coéquipier.
En entrevue au Nouvelliste, le président de la ligue, Alain Beauchamp, a rappelé qu'une suspension indéfinie ne rimait pas nécessairement avec bannissement à vie. Lacharité pourrait donc réintégrer les cadres du circuit à l'avenir. En ce moment, des joueurs comme Roby Petiquay, Philippe Mailhot et Kevin Talbot sont sous le coup d'une suspension indéfinie.
«Nous avons visionné la séquence vidéo de samedi et la ligue en vient à la conclusion que Marc-Antoine Lacharité mérite une longue suspension. Par contre, nous n'excluons pas un possible retour. Ça vaudra peut-être la peine de se rasseoir avec lui un jour s'il désire recommencer à jouer dans la LHSAM.»
En plus de Lacharité, Louis-Patrice Giguère et Pier-Luc Bourassa ont reçu une suspension d'une partie.
Mis au courant des sanctions décernées à Lacharité, l'entraîneur des Loups Tommy Gauthier a décidé de laisser la chance au coureur. Il ne portera pas plainte à la police. Dave Marchand non plus.
«Le jeune a 21 ans, il va apprendre, estime Gauthier. Je crois que sa plus grosse sanction, c'est d'être privé de hockey dans notre ligue pour un petit bout de temps. Ceci dit, on s'attendait à ce qu'il soit suspendu.»
«Il y a deux côtés à une médaille»
Le directeur général du Climatisation Cloutier, Fabien Dubé, refuse d'endosser le geste de son joueur. Mais il n'est pas prêt à le crucifier sur la place publique non plus.
«Il y a toujours deux côtés à une médaille», prévient l'homme de hockey, qui invite les amateurs à se questionner sur les motifs qui ont pu motiver Lacharité à s'attaquer aux deux entraîneurs du clan adverse.
«Pourquoi a-t-il décidé de se diriger vers le banc plutôt qu'en direction des joueurs des Loups? Il faudrait peut-être le demander à Tommy. De notre côté, Marc-Antoine ne fera aucun commentaire.»
Dubé mentionne avec justesse que Lacharité n'a jamais été confronté à une telle controverse durant sa carrière dans la Ligue de hockey junior AAA. Il disputait en 2016-17 sa première saison au niveau senior.
«C'est un gars émotif et physique, mais pas un joueur salaud. Je ne défendrai jamais son geste, mais il n'a pas réagi ainsi pour rien.»
D'ailleurs, l'altercation de novembre à La Tuque n'aurait jamais dû survenir. Ce n'était en effet pas la première fois que Lacharité se retrouvait au coeur de l'action avec les Loups. 
«On lui reproche d'avoir frappé un partisan des Loups dans les gradins cet automne, mais il n'était même pas dans les estrades! En fait, il a défendu son banc car un amateur était rendu tout près de notre physiothérapeute. Les Loups avaient été forcés de revoir leurs mesures de sécurité par la suite.»
Dubé reconnaît qu'on a eu droit à une saison des plus tumultueuses entre le Cap et La Tuque. Aucun doute, une grande rivalité a vu le jour.
«Mais c'est dommage, on ne retient que ce type d'événements alors que nous avons eu droit à d'excellentes rencontres. Le cinquième match, disputé dans notre aréna, a été âprement disputé. Il faut qu'on se souvienne de ça aussi.»