Après s'être affrontés sur la glace en 2015, les Patriotes de l'UQTR et l'ancien Blizzard de Trois-Rivières devront maintenant s'entendre quant à la gestion du Colisée.

Colisée de Trois-Rivières: les Patriotes rassurés

L'utilisation du Colisée de Trois-Rivières la saison prochaine fera bientôt l'objet d'une entente tripartite entre la Ville, les promoteurs de la LNAH et les Patriotes de l'UQTR. C'est ce que Jean-Marc Bergeron, le directeur de la culture, des loisirs et de la vie communautaire à la Ville de Trois-Rivières, a annoncé à Isabelle La Vergne, directrice du Service de l'activité physique et sportive de l'UQTR, lors de leur rencontre jeudi après-midi.
En matinée dans Le Nouvelliste, La Vergne ne cachait pas son inquiétude dans ce dossier. Selon elle, les Patriotes ne bénéficiaient pas d'un traitement équivalent à celui qui serait réservé aux promoteurs qui veulent garder en vie la concession de la LNAH dans la cité de Laviolette. Ouvertement, elle plaidait pour de meilleures conditions accordées aux Patriotes. Elle dit avoir été rassurée lors de cette rencontre. «La discussion a été très positive. On a senti une belle ouverture de la part de la Ville.»
Bergeron veut être clair, la Ville désire appuyer les Patriotes. «Nous avons énormément à coeur les Patriotes. Les promoteurs de la LNAH sont eux aussi bien ouverts à la collaboration. Étienne Boileau veut s'impliquer dans la communauté.»
Impossible toutefois pour l'instant de connaître les détails de l'entente qui est dans les cartons de Bergeron. Celui-ci attend la création d'un organisme à but non lucratif (OBNL) par le groupe piloté par Boileau avant d'attaquer le dossier. «Nous avons discuté, tout est positif. Mais pour aller plus loin et négocier, ça prend un OBNL. On se rencontre à nouveau le 26 juillet et à ce moment-là, on devrait être en mesure d'en dire plus.»
Rappelons que lors des dernières saisons, les Patriotes ne touchaient qu'un dollar sur les bières vendues lors de leurs matchs locaux. Ils étaient également réduits à afficher leurs commanditaires dans les espaces non utilisés par le Blizzard à l'intérieur du Colisée. Selon La Vergne, la nouvelle politique sur les loisirs adoptée par la Ville devait, l'an prochain, faire grimper le coût de location des glaces du double.