Sports

«C’est sûr qu’on veut garder Trois-Rivières»

TROIS-RIVIÈRES — Après plusieurs années difficiles d’affilée, la Ligue nord-américaine de hockey pourrait disparaître du capricieux et contingenté marché de la Mauricie la saison prochaine.

Les Draveurs d’Étienne Boileau, derniers au classement général, ont rendu les armes en première ronde des séries après avoir vendu chèrement leur peau devant les champions du calendrier régulier, les Éperviers de Sorel-Tracy.

Sports

Une fin en queue de poisson

TROIS-RIVIÈRES — Le parcours éliminatoire des Draveurs de Trois-Rivières est déjà chose du passé.

Coupables de revirements à répétition, les hommes d’Alain Côté ont regardé passer la parade vendredi au Colisée, pendant que les Éperviers de Sorel-Tracy s’amusaient à leurs dépens. Au final, les visiteurs ont prévalu 7-2 pour se sauver avec la série en six rencontres.

Sports

Les Draveurs hantés par Huot

TROIS-RIVIÈRES — Dans une véritable guerre des ex, les Draveurs ont été hantés par leur ancien attaquant Marc-André Huot, jeudi soir au Colisée Cardin de Sorel, qui a inscrit le filet décisif dans une victoire de 5-4 des Éperviers en prolongation.

La formation trifluvienne fera donc face à l’élimination dès vendredi soir, lors du sixième match de la série qui sera présenté devant ses partisans, au vieux Colisée.

Hockey

Un record et une finale pour les Estacades

TROIS-RIVIÈRES — En blanchissant les Vikings de Saint-Eustache 3-0, dimanche dans un Complexe sportif Alphonse-Desjardins bondé, les Estacades ont établi un nouveau record du midget AAA québécois en signant une dixième victoire de suite en séries.

Plus important, ces adolescents sans complexe et allergiques aux défaites ont mérité le premier laissez-passer pour la grande finale, qu’ils disputeront à Magog ou Châteauguay, d’ici une dizaine de jours.

Quand la sirène a sonné la fin des hostilités, tous les joueurs en blanc ont sauté dans les bras du gardien William Grimard, auteur du blanchissage en vertu de ses 21 arrêts.

Encore une fois, ç’a semblé facile pour lui et sa brigade défensive. Les Vikings représentaient pourtant une réelle menace, à l’instar des Chevaliers de Lévis en deuxième ronde. Mais il y a quelque chose de spécial qui flotte autour des Estacades en cette fin d’hiver.

Les joueurs n’ont pas peur de perdre parce qu’ils sont persuadés qu’ils vont l’emporter. Dimanche, l’égalité de 0-0 persistait après 40 minutes, quand les unités spéciales ont commencé leur travail de démolition.

Nicholas Beauvilliers a d’abord ouvert la marque, imité par l’espoir des Cataractes Zackary Daneau deux minutes plus tard, appuyé par une savante passe transversale du meilleur attaquant des Estacades, Mavrik Bourque.

Jérémy Pellerin a mis le match hors de portée des visiteurs avec un troisième but en l’espace de quelques secondes. Lors d’une séquence en désavantage numérique, il a sacrifié son corps en bloquant deux tirs sur réception. Sur le banc, ses coéquipiers ont souligné cet effort en cognant leur bâton sur la bande.

«On ne pense plus à la défaite, mais on ne pense pas plus aux victoires acquises avant», soutenait le vétéran défenseur Vincent Sévigny, à sa sortie d’un vestiaire animé, mais qui célébrait tout de même de façon modeste.

«C’est un honneur de retourner en finale, ça n’arrive pas souvent qu’un joueur ait cette chance au midget AAA. On ne veut pas manquer notre occasion cette fois-ci.»

Sévigny a confiance de pouvoir mettre de côté l’amère défaite du printemps 2017 face au Séminaire Saint-François. «Notre groupe de joueurs m’impressionne, autant les gars de 15 ans que les plus vieux. On connaît tous notre rôle, on a hâte à la suite!»

«Des leaders exceptionnels»

Dans son petit bureau situé à quelques pas de la glace, l’entraîneur-chef Frédéric Lavoie savourait l’instant avec son équipe d’adjoints.

«Il y a des leaders exceptionnels chez nos joueurs. Ils ont de bonnes têtes et ce sont de bons individus. Je ne suis pas surpris qu’ils soient capables de transmettre ça aux plus jeunes. Ce n’est pas un hasard si on se qualifie pour la finale deux ans de suite.»

C’est aussi la façon d’y parvenir qui épate. Les Estacades font parler d’eux depuis le début des éliminatoires. Tous se demandent si cette irrésistible séquence de gains connaîtra une fin.

«Peu importe le contexte, les gars ne jouent jamais sur les talons. Ça, ça m’impressionne. Nous n’avons pas donné beaucoup de chances aux Vikings encore [dimanche]. Est-ce qu’il s’agit du meilleur groupe de défenseurs que j’ai pu diriger ici? Je pense que oui, et ils sont bien épaulés par nos joueurs d’avant ainsi que nos gardiens.»

Vikings: l’énergie a manqué

Dans l’autre vestiaire, l’entraîneur des Vikings, Alexandre Gagnon, parlait de trop d’opportunités sabotées par les siens.

«Quelques-uns de nos gros joueurs n’ont pas été épargnés par les blessures. Mais au final, on a couru à notre perte. On va se rappeler des deux poteaux de vendredi, des chances de marquer en prolongation. Je ne pense pas que cette série aurait dû finir en quatre, sauf qu’on doit féliciter les Estacades. Leurs 20 joueurs ont mieux joué que les nôtres. On a manqué d’énergie.»

Plus de 1500 personnes

Le match de dimanche a attiré 787 personnes au CSAD. Les Estacades auront donc attiré plus de 1500 personnes au total lors des deux parties de la fin de semaine. Ça promet pour la finale...

Pendant ce temps à Magog, les Cantonniers, grands favoris pour tout rafler cette année, ont pris une option sur leur série contre les Grenadiers de Châteauguay. Ils mènent désormais ce duel trois victoires contre une seule.

Hockey

Retour à la case départ pour les Draveurs

Les Draveurs ont loupé l’occasion de faire très mal aux Éperviers de Sorel samedi après-midi au Colisée de Trois-Rivières. Tirant de l’arrière 2-1 dans cette série quatre de sept, les Éperviers ont dominé les Trifluviens à tous les chapitres, et ils sont rentrés à la maison avec une victoire de 6-2 qui renvoie tout le monde à la case départ.

«C’est décevant, on avait les Éperviers dans les câbles et on revenait à la maison. Après avoir perdu la veille chez eux, les Éperviers sont revenus très forts. Dommage, on n’a pas connu un très bon départ. Et puis, comme au premier match, l’indiscipline a fait très mal. Il faut apprendre de ce qui vient de se passer», témoignait Alain Côté.

Les visiteurs ont pris les devants 3-0, ce qui a calmé la foule de quelque 1000 personnes. Marco Charpentier a ramené l’écart à deux buts mais les Éperviers ont répliqué avec vigueur, empilant deux autres buts pour évacuer le suspense du vétuste édifice. En stoppant 21 rondelles, l’ex-Draveurs Marco Cousineau s’est fait plaisir en empochant la victoire. 

«Cousineau n’a pas été un facteur dans ce match. On a cinq tirs en première, alors on doit se regarder dans le miroir d’abord et avant tout», analysait le pilote, qui essayait de voir les choses du bon côté. 

«On devait se faire éliminer en quatre! Si on m’avait offert une égalité de 2-2 après quatre matchs avant le début de la série, je l’aurais accepté volontiers. C’est devenu une série deux de trois, et on sait exactement ce qu’on doit faire pour créer une surprise. Nous ne sommes pas dans un vilaine position.»

Les deux équipes vont se retrouver jeudi à Sorel. Le cinquième match est ensuite programmé pour vendredi à Trois-Rivières.

Sports

Charpentier revient hanter les Éperviers

Trois-Rivières — Si Kevin Gadoury fait mal paraître les Draveurs de l’avoir échangé en début de saison, Marco Charpentier a lui aussi fait mal à ses anciens coéquipiers samedi après-midi au Colisée de Trois-Rivières.

Avec une marque de 1-1, l’attaquant vedette s’est levé en début de troisième pour donner les devants aux locaux. Puis il a préparé le filet de son capitaine Jonathan Bellemare, qui lançait les Draveurs en avance 3-1. Les Éperviers, champions du calendrier régulier, ont rétréci l’écart grâce à Gadoury par la suite mais Maxime Clermont s’est ensuite dressé devant les Éperviers pour permettre à son équipe de créer l’égalité 1-1 dans cette série quatre de sept.

«Quelle démonstration de caractère. Les gars ont pris un engagement entre eux durant le match, ils l’ont respecté. C’était beau à voir. On le sait qu’on a peu de marge de manœuvre contre une aussi bonne équipe. On sait aussi que si on suit le plan, on peut la battre. On vient encore de le prouver», soulignait Alain Côté, qui vantait la discipline de sa troupe. «C’est la différence par rapport au premier match. On s’est tenu le plus loin possible de la boîte des pénalités. À ce temps-ci de l’année, c’est un sacrifice nécessaire, la discipline», ajoutait le pilote des Draveurs.

Évidemment, ce dernier encensait Charpentier. «Il nous a obtenu le gros but. En plus de préparer celui de Bellemare. Ce trio avait des chances depuis quelques matchs, mais ça ne voulait pas rentrer. Espérons que c’est un déclic!», souriait-il. «Clermont aussi, il nous a donné un gros match. C’est une belle performance collective qui a permis de provoquer une nouvelle série trois de cinq. C’est un bon feeling.»

Côté dispose maintenant de quelques jours pour ajuster le tir sur les unités spéciales. Pour un deuxième match de suite, les Éperviers ont eu le dessus sur ce terrain de jeu tellement névralgique. «Notre désavantage numérique a fait le travail aujourd’hui mais c’est sûr qu’on a besoin d’une meilleure contribution du jeu de puissance. En séries, si tu veux aller loin, c’est une facette du jeu qui doit faire payer le prix à tes rivaux.»

Outre Charpentier et Bellamare, Étienne Archambeault a aussi battu Charles Corsi, testé à 25 reprises. Clermont a dû pour sa part négocier avec 34 tirs cadrés. Les hostilités reprennent vendredi soir à Sorel.

Sports

Déjà en deuxième ronde!

TROIS-RIVIÈRES — Visiblement, les Estacades étaient prêts pour le début des séries éliminatoires du midget AAA.

Incisifs en attaque et irréprochables en défensive, les joueurs de Trois-Rivières ont balayé le Phénix du Collège Esther-Blondin en trois parties pour se qualifier en vue du deuxième tour.

Sports

St-Denis n’a rien changé

TROIS-RIVIÈRES — Frédéric St-Denis a joué son premier match en quatre mois, mais le meilleur défenseur des Draveurs n’a pas été en mesure de renverser la vapeur pour son équipe, qui s’est inclinée pour la deuxième fois en moins de 24 heures, samedi.

Après une défaite à Sorel-Tracy, les hommes d’Alain Côté ont perdu 6-4 devant un peu moins de 500 amateurs réunis au Colisée de Trois-Rivières, contre Rivière-du-Loup.

Patriotes

Coulés par l’indiscipline

Trois-Rivières — Les Patriotes ont concédé trois buts lors de cinq infériorités numériques, samedi à Ottawa, avant de s’incliner 5-2 contre les Gee-Gees, qui ont ainsi répliqué à la victoire des Trifluviens, acquise plus tôt dans la semaine au Colisée.

Timothé Simard et Bruno-Carl Denis ont marqué pour l’UQTR, tandis que Médric Mercier a été le joueur le plus prolifique pour Ottawa, grâce à trois points, dont le but victorieux. Les deux équipes étaient à égalité après 40 minutes, mais le dernier engagement a appartenu aux locaux qui ont tiré à 16 reprises vers le gardien Sébastien Auger. Les Patriotes demeurent néanmoins au huitième et dernier échelon donnant accès aux séries, un point devant le Collège militaire royal, deux devant Laurentienne.

Estacades

À égalité au premier rang!

TROIS-RIVIÈRES — Pour la première fois depuis le début de la saison, les joueurs du Blizzard du Séminaire St-François ont de la compagnie au sommet de sa division. Leurs voisins de l’autoroute 40, les Estacades de Trois-Rivières, les ont rattrapés.

Malgré l’absence de six réguliers, dont quatre blessés, les Trifluviens ont empoché une cinquième victoire consécutive, dimanche à Jonquière, où ils ont vaincu les Élites 2-1.