Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Steve Turcotte
Carey Price s’est fait bousculer mercredi.
Carey Price s’est fait bousculer mercredi.

Hart efface les doutes

COMMENTAIRE / Plusieurs se demandaient comment allait se comporter Carter Hart à ses premières séries dans le show. Affronter le grand Carey Price pour un kid de 22 ans, ça peut être intimidant.

Hart a réglé la question dès le premier match face au Canadien mercredi. À partir de la deuxième période, il s’est élevé au rang de meilleur joueur sur la glace. Rien que ça.

Les Flyers attendent un vrai gardien numéro depuis… trois décennies. Hart semble être celui qui va mettre fin à cette malédiction entre les poteaux à Philadelphie. Il est grand, agile, puissant et calme. Hart est une pièce essentielle de la métamorphose des Flyers au cours de la dernière année et le Canadien s’en est rendu compte mercredi soir.

Cette défaite des Glorieux fait mal, dans l’optique où on se demande si l’équipe peut jouer mieux. Il y a bien quelques passagers comme Tomas Tatar, Jonathan Drouin et Joel Armia mais pour le reste, les petits gars étaient inspirés pour ce duel initial de la ronde des 16.

À la recherche de punch offensif, Claude Julien a délivré Max Domi du quatrième trio en fin de troisième. Il était temps! C’est dur de comprendre qu’est-ce que Domi a fait à l’entraîneur pour mériter de jouer avec les plombiers de l’équipe. Domi prend parfois de mauvaises pénalités, mais ça reste un type fougueux, qui a quand même amassé plus de 70 points il y a deux ans. Savez-vous combien d’autres joueurs dans son alignement ont déjà touché à ce plateau dans leur carrière? Zéro comme Ouellet…

Un peu plus de Domi pour au moins secouer les endormis sur les ailes et le Canadien pourra continuer de faire suer les Flyers. Il n’en manquait pas gros mercredi pour pousser ce match en prolongation. Nick Suzuki a touché la barre transversale dans les derniers moments du duel...

L’autre chose à corriger, c’est de faire davantage le ménage devant Carey Price. Les Flyers sont moins talentueux que les Penguins, mais ils sont plus tannants. Ils paient le prix dans l’enclave. Et, visiblement, ils ont ordre de terminer leurs élans le plus près possible de l’Élu. Rappelez-vous que les Flyers sont maintenant dirigés par l’ancien entraîneur de Chris Kreider, dont la chute sur Price avait mis fin aux espoirs printaniers du Canadien il y a quelques années. À Weber, Chiarot et Petry d’offrir un peu plus d’espace à Price pour manœuvrer.