Guillaume G. Bourassa s'est distingué au camp d'évaluation en prenant le premier rang de deux épreuves chez les porteurs de ballon.

Guillaume G. Bourassa confiant, mais prudent

Guillaume G. Bourassa est revenu du camp d'évaluation de la Ligue canadienne de football avec le sentiment du devoir accompli. Bon premier chez les porteurs de ballon dans deux des six tests proposés par les bonzes du circuit, le Latuquois de 24 ans a dressé un bilan encourageant de cet éreintant week-end passé à Toronto, en compagnie de quelques-uns des meilleurs espoirs en vue du repêchage du 13 mai prochain.
Invité à la suite d'une prestation digne de mention au camp régional de Montréal deux jours plus tôt, Bourassa est arrivé dans la Ville-Reine avec la ferme intention d'impressionner les recruteurs, entraîneurs et autres directeurs généraux.
Il a notamment bien fait au saut horizontal, parvenant à franchir la marque des dix pieds, ce qui le plaçait parmi les meneurs. Il fut d'ailleurs le seul demi offensif à enregistrer un tel pointage. Au test des trois cônes, l'athlète du Rouge et Or a remis ça en réussissant un chrono de 7,22 secondes. Il a entre autres surpassé par près d'un dixième le porteur Anthony Coombs, de l'Université du Manitoba, l'un des joueurs les plus prometteurs à sa position au pays. Les trois cônes visent à déterminer la capacité des athlètes à changer de direction à pleine vitesse.
Parmi les autres résultats, soulignons que Bourassa a pris le deuxième échelon du toujours déterminant 40 verges (4,706 secondes) et le troisième du test navette (rapidité latérale). Il a finalement terminé quatrième sur sept au développé couché (bench press) et au septième rang sur huit au saut vertical.
«J'ai donné mon 150 %, même si j'étais un peu fatigué de ma grosse journée à Montréal. Ce fut très intense, je tenais vraiment à montrer que j'ai ma place parmi les meilleurs», soulignait le principal intéressé, qui espère maintenant que ces sacrifices porteront leurs fruits.
Inutile toutefois de se lancer dans des projections. L'étudiant de quatrième année en administration des affaires tenait d'abord à sortir du lot. Il a réalisé cet objectif dans plusieurs épreuves. «Repêché ou non, j'estime avoir quand même bien fait. Le reste, ça ne m'appartient pas. J'ai pris une décision après notre victoire à la Coupe Vanier en novembre, je voulais tenter ma chance et je me suis rendu là où je voulais. Mais c'est sûr que j'ai hâte au 13 mai!»
Son 4,7 secondes à la course du 40 verges le satisfait particulièrement, lui qui a amélioré son temps obtenu à Montréal. À l'instar du développé couché, le 40 verges constitue l'un des moments forts du camp d'évaluation. «Même si je me suis enfargé dans mes trois premiers pas, j'ai fini deuxième. Il y a aussi eu une progression intéressante dans les autres tests.»
Séance d'entrevues
Comme tous les autres invités, l'ancien des Vikings de Champagnat et des Cougars de Lennoxville a rencontré quelques équipes de la LCF pour une séance d'entrevues. La nouvelle équipe d'Ottawa (Rouge et Noir), les Argonauts de Toronto et les Alouettes ont ainsi pu en connaître davantage sur le numéro 25 de l'Université Laval. Il a également eu des échanges avec les organisations de Calgary et Hamilton. «Ce fut constructif, j'ai pu voir les entraîneurs des équipes. J'ai dit que je me voyais comme un joueur d'unités spéciales, que je donnerais tout ce que je pouvais pour gravir les échelons.»
La balle est maintenant dans le camp de ces dirigeants.