Guy Bergeron

Grande frayeur chez les Électriks

Le match que disputaient les Électriks du Collège Shawinigan aux Triades de Lanaudière, samedi à L'Assomption, a failli tourner à la catastrophe quand un joueur de l'équipe visiteuse a subi une grave blessure à la cheville. Une scène qui a paralysé tout le monde sur le terrain et qui a fait craindre le pire pendant de trop longues minutes.
«En 31 ans de football, c'est la deuxième fois que je suis témoin d'une fracture ouverte à un joueur et je ne veux plus revoir ça», partageait l'entraîneur des Électriks Guy Bergeron, encore sonné quelques heures après cet épisode pour le moins traumatisant.
À la suite d'une mauvaise remise, le botteur Justin Bruce n'a pu s'exécuter comme prévu. Il a donc choisi de courir avec le ballon, mais deux joueurs des Triades l'ont fauché à la hauteur du tibia. Sa cheville n'a pas tenu le coup.
«Le pire, c'est qu'il a marché un peu malgré tout. C'est dans les secondes suivantes que tout le monde a constaté que ça n'allait pas. Tu vois une scène comme celle-là à la télé et tu as de la misère à regarder, imagine quand ça arrive à un de tes enfants...»
Bruce est demeuré étendu sur le terrain, entouré de coéquipiers et de soigneurs. «On voulait juste sauver son pied, s'assurer qu'il ne change pas de couleur. C'était très stressant.»
Heureusement, le jeune homme se portait mieux dimanche. «J'ai parlé à ses parents, il a maintenant une plaque dans la cheville. J'ai aussi fait le tour de tous mes jeunes pour m'assurer qu'ils allaient bien. Pendant cinq ou six minutes samedi, certains pensaient à lâcher le football. Dans les circonstances, je pouvais les comprendre.»
Car Justin Bruce est non seulement l'un des bons athlètes de l'équipe, il occupe une place de choix au sein du petit groupe des leaders.
«C'est une belle histoire de raccrochage scolaire, un gars fort apprécié. On ne lui souhaite que du bon pour la suite.»
Les Électriks ont perdu ce match 49-0, mais Bergeron retenait surtout la résilience affichée par sa meute. 
«Je dois aussi remercier l'entraîneur des Triades, Benoît Chartier, qui nous a traités avec respect dans les circonstances. Il était prêt à abandonner ses stats et remporter le match par forfait, mais on a voulu continuer pour Justin.»