Alex Tagliani a été le premier à voir le drapeau à damier lors de l'épreuve du NASCAR Pinty's de la 48e édition du Grand Prix de Trois-Rivières.

Tagliani s'impose en NASCAR Pinty's

Même une bronchite n'allait pas arrêter Alex Tagliani. Après une semaine d'enfer, le Québécois a survolé le circuit de Trois-Rivières pour signer sa première victoire en NASCAR Pinty's dans les rues de la cité de Laviolette.
Malade depuis quelques jours, Tagliani devait subir des traitements avant chaque course afin d'être en mesure de respirer de façon convenable. Ça ne l'a pas empêché d'imposer un rythme infernal à tous ses poursuivants après quelques tours.
«Ce n'est pas que j'avais moins d'énergie, mais ça me prenait tout mon petit change pour rester concentré. Quand je prenais une gorgée d'eau, je m'étouffais quasiment et quand ça bougeait, j'avais parfois le goût de cracher mais je ne pouvais pas. Ce n'est pas le fun être malade dans une voiture. Depuis le début de l'année, on a une bonne auto et enfin, on a été capable de capitaliser. Avec tous les commanditaires qui étaient ici, c'était le meilleur moment.»
La lutte a été chaude avec Andrew Ranger, qui avait signé la pole samedi. Le pilote de Granby a été en mesure de conserver la tête de la course jusqu'en milieu d'épreuve. Mais au 27e tour, Tagliani a réussi une superbe manoeuvre pour prendre les devants sur son adversaire au virage Ryan. Par la suite, malgré trois drapeaux jaunes, Tagliani a été en mesure de rester devant en imposant un rythme infernal.
«Je savais qu'il allait me passer à cet endroit, c'est la seule place où je sais qu'il fait ce dépassement. C'était bien fait», a analysé Ranger, qui enregistre ainsi une cinquième deuxième place consécutive au GP3R.
«Je me gratte la tête pour savoir ce que je dois faire pour gagner! On avait une bonne voiture, mais c'est la première fois que je manque de freins ici. Je voyais Alex pousser fort, je voulais le suivre, mais il roulait très vite.»
Une double victoire?
La course a bien failli se terminer dans la controverse, alors qu'un drapeau jaune a été déployé avec un tour à faire. Un jaune qui n'avait pas lieu d'être selon l'écurie de Tagliani.
«J'avais vu le drapeau blanc avant qu'ils sortent le jaune, j'en suis sûr à 100 %. J'avais dépassé la porte Duplessis lorsqu'ils ont sorti le jaune complet. On criait sur les ondes que la course était terminée et qu'on avait traversé la ligne. Ils ont décidé de relancer la course, alors on l'a gagnée deux fois.»
Avec cette décision des officiels, une prolongation de trois tours fut nécessaire. Ranger a bien tenté de pousser le meneur à la faute, mais Tagliani a explosé sur la relance pour creuser l'écart nécessaire afin de filer vers la victoire.
«J'ai manqué ma relance, ma voiture n'a pas décollé. Si j'avais été plus proche, j'aurais pu tenter quelque chose. Je me suis rapproché et je poussais énormément, mais je n'avais plus de freins, la pédale était au fond.»
Après une semaine d'enfer, Alex Tagliani a survolé le circuit de Trois-Rivières pour signer sa première victoire en NASCAR Pinty's dans les rues de la cité de Laviolette.
Il s'agissait d'une première victoire pour Tagliani dans la classe reine à Trois-Rivières depuis qu'il s'était imposé en Formule Atlantique, en 1998.
«J'ai beaucoup de souvenirs ici, où j'ai couru avec l'équipe Player's. Les gens de Trois-Rivières et la ville, je les connais beaucoup. Le GP3R a été un élément déclencheur dans ma carrière. Je voulais vraiment mettre dans mon musée de trophée NASCAR de Trois-Rivières.»
«On a eu des problèmes de freins et d'arbre de transmission durant toute la fin de semaine. On a tout changé avant la course. Ça aurait pu mal marcher parce qu'on ne l'avait pas essayé. Je savais que si ça marchait, on allait être capable d'exploiter la machine. C'est grâce au travail de l'équipe cette victoire.»
Labbé accentue son avance
Marc-Antoine Camirand a complété le podium du 50 tours Can-Am, alors que Louis-Philippe Dumoulin a terminé cinquième, devant le meneur au classement, Alex Labbé. C'est toutefois l'abandon de Kevin Lacroix qui a retenu l'attention. Le champion des deux dernières éditions du GP3R a éprouvé des problèmes de transmission et a dû déclarer forfait au 41e tour. Labbé a ainsi été en mesure d'accentuer son avance au sommet de la série par 23 points sur Lacroix.
«C'est une bonne journée pour les points, mais je suis un peu déçu. On avait une bonne voiture mais sans vitesse dans les grandes lignes droites. Nous n'avions pas d'opportunité de dépasser, mais nous étions efficaces dans la technique», a mentionné le pilote de Victoriaville.
Quant à Lacroix, la fin de semaine n'a pas été à son goût. Après son abandon, il a déclaré sur les ondes de RDS avoir été victime d'un «cheap shot» de la part de Labbé, particulièrement sur un deuxième contact dans le virage numéro deux.
«On n'a pas su s'adapter parfaitement et on traînait un peu de la patte. Ça m'a obligé à jouer du blocage avec certains pilotes, c'est ce qui arrive en stock-car. Mais c'est plate de m'être fait envoyer dans le mur. Beaucoup de pilotes se sont plaints que je suis un peu agressif, mais je n'ai jamais envoyé personne dans le mur, et c'est ce qui m'est arrivé.»