Johan Kristoffersson a fait un pas de plus vers le championnat en fin de semaine.

Rallycross: Kristoffersson du début à la fin

Le meneur au classement du Championnat du monde de rallycross, Johan Kristoffersson, ne s'est pas présenté en Mauricie avec l'intention d'être rattrapé. Le Suédois a dominé la fin de semaine pour signer sa première victoire à Trois-Rivières.
Kristoffersson est passé bien près de connaître un week-end parfait dans les rues de la cité de Laviolette. Samedi et dimanche, lors des quatre vagues de qualifications, il a terminé premier à deux reprises et deuxième lors des deux autres séances, devancé uniquement par Toomas Heikkinen en Q1 et son coéquipier Petter Solberg en Q3.
«Je pense que tant qu'on avait un bon départ et qu'on se retrouvait en avant, il ne restait qu'à maintenir un bon rythme. C'était difficile de dépasser», a analysé Kristoffersson, qui disait tout de même que le circuit n'avait pas besoin d'être modifié pour permettre plus de dépassements.
Les deux pilotes Volkswagen ont été inapprochables durant toute la fin de semaine. En demi-finale, Kristoffersson et Solberg l'ont emporté par quatre et six secondes sur leur plus proche poursuivant. La table était donc mise pour un duel entre les deux en finale, le premier étant plus rapide sur l'asphalte alors que le deuxième excellait sur la terre battue.
C'est exactement ce qui s'est passé. Après avoir connu un fort départ, les deux coureurs se sont rapidement débarrassés de leurs quatre autres adversaires en finale pour se livrer une lutte à deux. Solberg a alors tenté le tout pour le tout en empruntant le tour alternatif dès le deuxième passage, afin de gagner du temps et tenter de doubler Kristoffersson lorsque celui-ci ferait la même manoeuvre.
Solberg n'a toutefois pas été en mesure de combler l'écart, si bien que Kristoffersson est ressorti du tour alternatif devant le Norvégien, mais derrière Timmy Hansen. Le dépassement s'est effectué lors du passage suivant.
«C'est toujours un problème de se retrouver avec une voiture devant nous, mais c'était le choix que nous avions fait de prendre le tour alternatif à ce moment. En course, tu veux te débarrasser du tour alternatif le plus rapidement possible, parce que si jamais il y a un problème et qu'une voiture y reste prise, il va te rester du temps pour rattraper ce que tu as perdu», a expliqué Kristoffersson.
Le reste de l'épreuve fut une formalité pour les deux pilotes, qui ne se sont pas menacés, comme le veulent les consignes de l'équipe.
«C'est clair pour nous, on a un plan et il est juste pour les deux. On est une équipe et on ne veut pas qu'il y ait de la chicane. Nous nous sommes supportés toute l'année parce que pour Volkswagen, c'est le championnat d'équipe qui est le plus important», a affirmé Solberg.
Avec cette troisième victoire consécutive, Kristoffersson détient maintenant une avance de 35 points au championnat sur Solberg. Le champion en titre de la série, Mattias Ekström, qui semblait voguer vers un deuxième titre après avoir remporté les trois premières courses de la saison, a vu sa Audi rendre l'âme en demi-finale et n'a marqué qu'un seul point au classement. Son écart est maintenant de 53 points sur le vainqueur de la manche trifluvienne.
Hansen passe près d'un deuxième miracle
Vainqueur l'an dernier alors qu'il avait accédé à la finale à la suite de la disqualification de Timur Timerzyanov, Timmy Hansen a connu une fin de semaine pénible, mais a tout de même réussi à se qualifier pour les demi-finales en terminant troisième de la quatrième qualification.
Le conte de fées semblait en voie de se poursuivre avec une place sur le podium dans sa mire, jusqu'à ce que son moteur ne connaisse des ratés avec deux tours à faire. C'est son coéquipier Sébastien Loeb qui a pris la troisième place alors qu'Hansen a terminé en queue de peloton.
«On dirait que je peux faire des miracles à Trois-Rivières. J'aurais aimé faire mieux en qualifications mais nous avons eu des problèmes en Q2 et Q3. Je n'aurais pas dû me rendre en demi-finale, mais ma séance Q4 a été parfaite. J'adore venir ici et Dominic (Fugère) fait tout un effort pour que cette étape de notre calendrier en soit une de calibre mondial.»
Le Suédois a d'ailleurs tenu à féliciter les travailleurs de piste, qui ont réussi à offrir des conditions de course de qualité malgré le déluge qui a frappé le site samedi en coulant du béton dans les sections détruites par la météo.
«Trois-Rivières est l'une des seules pistes où la portion en terre battue n'est faite uniquement que de ce matériel. Il y a habituellement du ciment sous les endroits névralgiques, mais pas ici. C'était un très gros défi ce qu'ils ont fait durant la nuit parce que c'est fort possible que la surface devienne bosselée. Mais malgré tout, ils ont réussi à éviter que la piste ne soit détruite. Ils ont fait de l'excellent travail.»