Les Oilers d'Edmonton.

Grand défi pour les jeunes Oilers

Les jeunes Oilers d'Edmonton, qui apprennent sur le tas la réalité des séries de la Coupe Stanley, sont maintenant confrontés à leur plus grand défi - éliminer les champions en titre de l'Association Ouest.
«C'est notre première chance de vivre ça», a noté le joueur de centre des Oilers Mark Letestu vendredi avant que l'équipe ne prenne l'avion vers San Jose en prévision du match de samedi soir contre les Sharks.
«Nous devrons jouer notre meilleur match de la série, ça ne fait aucun doute.»
Les Oilers ont poussé les Sharks au bord du précipice jeudi dans leur série quart de finale de l'Ouest, après avoir effacé un déficit de deux buts pour vaincre la formation californienne 4-3 et prendre les devants 3-2 dans la série.
C'est une situation inédite pour les Oilers, qui présentent une moyenne d'âge de 25 ans. La plupart d'entre eux, dont les joueurs clés Connor McDavid, Oscar Klefbom et Leon Draisaitl, n'avaient jamais participé aux séries éliminatoires auparavant.
Les Oilers, en tant qu'équipe, participent à la danse printanière pour la première fois après une absence de 10 ans, égalant la plus longue séquence d'insuccès appartenant aux Panthers de la Floride.
L'entraîneur-chef des Oilers, Todd McLellan, qui dirigeait les Sharks jusqu'à il y a deux ans, a reconnu que l'équipe en bleu sarcelle, menée par les vétérans Joe Thornton, Joe Pavelski et Logan Couture, possède beaucoup plus d'expérience que la sienne. «Les habitués des séries vous diront que le match le plus difficile à gagner est le dernier. L'équipe contre laquelle nous jouons en ce moment croit en son système, peu importe sa position dans la série», a expliqué McLellan.
L'entraîneur-chef des Sharks, Peter DeBoer, a dit lors d'un appel-conférence vendredi que ses joueurs vont se retrousser les manches et tenter de trouver une façon de ne pas perdre des matchs serrés - comme ce fut le cas l'an dernier lorsqu'ils avaient atteint la série finale de la coupe Stanley.
«La ligne est très mince, et nous avons été du mauvais côté de celle-ci à maintes reprises», a reconnu DeBoer.
Lorsqu'on lui a demandé de résumer le match no 6, DeBoer a répondu: «Désespoir. Si nous perdons, nous sommes éliminés, donc je crois que ça force nos joueurs à offrir le meilleur d'eux-mêmes.»