Gino Odjick a travaillé sous les ordres de Michel Therrien à Montréal.
Gino Odjick a travaillé sous les ordres de Michel Therrien à Montréal.

«Gino va passer à travers encore» — Michel Therrien

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
La LNH étant une grande famille, le mot a déjà commencé à se passer dans ses cercles que Gino Odjick doit lutter à nouveau pour sa vie, même s’il n’en avait pas parlé publiquement avant aujourd’hui.

Michel Therrien, qui l’a dirigé lors de son bref passage d’une saison et quelques mois à Montréal en 2001 et 2002, a été avisé récemment par un de ses meilleurs amis, Donald Audette, qui est dépisteur avec le Canadien.

Pendant la rémission de celui qui était surnommé le «Maniwaki Mauler», les trois hommes avaient eu l’occasion de passer de bons moments ensemble à Vancouver en marge du repêchage de l’an dernier dans le patelin d’adoption d’Odjick.

À LIRE AUSSI : Gino Odjick lutte à nouveau pour sa vie

Un autre Odjick en développement

«J’ai appris ça la semaine dernière et ça m’a mis à terre honnêtement. C’est pas le ‘fun’ à entendre. Quand je l’ai vu l’an passé à Vancouver, il avait l’air d’aller très bien. J’ai une relation spéciale avec Gino, je le connais depuis ses années dans le junior et je l’ai ‘coaché’ dans la Ligue nationale. Entendre une nouvelle comme ça, ça m’ébranle. J’étais allé le voir à l’hôpital à Ottawa il y a six ans quand cette maladie-là l’avait frappé une première fois et les médecins ne lui donnaient pas grand temps à vivre à ce moment-là. Mais c’est tellement un ‘fighter’ que je suis confiant qu’il va pouvoir battre ça à nouveau», a confié Therrien, l’adjoint d’Alain Vigneault avec les Flyers de Philadelphie, lorsque joint par Le Droit à sa résidence de la Floride.

Celui-ci n’a pas dirigé Odjick avec le Titan de Laval lorsqu’il a endossé leurs couleurs au début des années 1990, arrivant à leur barre après Paulin Bordeleau. Mais comme il avait joué pour Bob Hartley avec les Hawks de Hawkesbury à 17 ans, il le connaissait en tant que «membre de la famille du Titan».


« Lui, c’est le gars le plus tough que j’ai connu. Et j’en ai connu des toughs. »
Michel Therrien

«Je connais l’individu, je connais la force de caractère du gars. Il va se battre et il va passer à travers encore, comme il s’est toujours battu. Lui, c’est le gars le plus tough que j’ai connu. Et j’en ai connu des toughs. Lui, la mentalité qu’il avait, il est au top de la liste, estime Therrien. J’ai toujours eu bien du respect, pas seulement pour le joueur de hockey, mais pour l’individu. Il était parti de loin. Je me souviendrai toujours, il m’avait dit une fois, regarde Mike, je suis dans la LNH et je suis tellement privilégié. Là, je mange du filet mignon, alors qu’il y a quelques années, je mangeais mes sandwichs au baloney et il y avait 100 moustiques qui tournaient autour. Alors mon filet mignon, il n’y en a pas un os... qui va me l’enlever. Ça m’avait tellement marqué. Il faut savoir à travers de quoi il est passé dans sa vie. C’est une personne très spéciale et bien loyale.»

Therrien, comme bien d’autres de ses connaissances dans le monde du hockey, entend communiquer avec Odjick dans les prochains jours pour l’encourager dans ce nouveau combat.