Jean-François Pagé, le nouveau champion des Gants de bronze chez les 86 kg, est entouré de ses enfants Shawn (six ans) et Daven (11 ans) de même que de l’entraîneur du Performance, Denis Hince. La fille de Pagé, Mila (13 ans), ne pouvait être présente en raison d’une compétition de cheerleading à Niagara Falls.

Gants de bonze: jamais trop tard!

TROIS-RIVIÈRES — Quand sa conjointe Julie St-Arnaud lui a annoncé qu’elle retournait aux études pour devenir infirmière, Jean-François Pagé l’a encouragé. Il s’est lui-même fixé un objectif ambitieux: devenir un champion de boxe des Gants de bronze. Un an plus tard, il a passé son test haut la main!

Trois victoires convaincantes obtenues ce week-end, à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières, ont propulsé cet entrepreneur en construction au sommet de la hiérarchie de son sport, chez les boxeurs ayant une expérience de cinq combats ou moins. «Je réalise un rêve à 37 ans», souriait le sympathique athlète du club Performance, champion chez les 86 kilos, au terme de son duel face à Julien Vaillancourt (Mercier). «Ma femme m’a inspiré, mes trois enfants aussi! Au départ, ils riaient un peu de moi, mais je voulais leur montrer qu’on peut aller au bout de ses rêves. Je me suis donné à temps plein dans des cours privés, j’allais au gym avant mes journées au boulot.»

Pagé avait déjà touché aux sports de combat au début de la vingtaine. Il avait délaissé la boxe pour se concentrer sur ses activités professionnelles. «J’avais un peu peur de me battre, pour être honnête. Je faisais de l’anxiété, surtout de l’anxiété axée sur la performance. Je ne savais pas comment gérer le stress. Je devais apprendre à prendre des coups, à me désensibiliser. J’ai adhéré au plan de mes entraîneurs et aujourd’hui, j’adore ça! Pourtant, il y a quelques années, je n’étais pas un si grand sportif, Je ne gagnais pas souvent et je n’étais pas compétitif.»

Voilà que Pagé vise maintenant une participation aux Gants d’argent et, éventuellement, aux Gants dorés! «On va continuer à se battre! Le plus satisfaisant pour moi, c’est d’avoir gagné ça devant une bonne partie de ma famille.»

La bâtisse industrielle bondée
Des centaines de personnes ont franchi les portes de la Bâtisse industrielle pour l’un des rendez-vous de boxe les plus prisés de la fédération provinciale. Du club Performance, outre Pagé, Jacob Roy (64 kg junior), Clémentine Chandonnet (52 kg junior), Mathias Dufour (36 kg benjamin) et Sara-Jane Mackenzie (57 kg senior) ont tous été décorés de la médaille d’or. Roy, plus connu pour ses exploits en taekwondo, a ainsi passé son premier test de boxe avec succès. De son côté, Chad Villeneuve (54 kg juvénile) s’est incliné en finale. Le Club de boxe de La Tuque était aussi bien représenté. Jacob Langlois (42 kg cadet) et Tarick Moujane (40 kg cadet) ont gagné leur catégorie, tandis que Antoine Perron (42 kg benjamin) et Marie-Hélène Pedneault (81 kg senior) se sont inclinés en finale, à l’instar de Marie Noël du club Zewski (60 kg juvénile).