Dès dimanche, le promoteur Camille Estephan se promettait de lâcher un coup de fil au clan du nouveau champion canadien Mladen Miljas, pour un éventuel combat contre Simon Kean au printemps.

Gala de boxe à Shawinigan: mission accomplie

Shawinigan — Douze ans après le choc de géants entre Patrice L’Heureux et David Cadieux, la boxe a de nouveau fait vibrer la Mauricie samedi. Pas moins de 3500 personnes ont franchi les tourniquets du Centre Gervais Auto pour assister au gala concocté par les Cataractes et Eye of The Tiger Management.

La finale opposant Simon Kean à Alexis Santos a rempli ses promesses, à l’image du reste de la soirée. L’Américain a tenté d’intimider le Trifluvien jusqu’à la première cloche, puis il a boxé avec agressivité. L’olympien lui a graduellement fait payer son audace, provoquant notamment deux chutes au plancher à la sixième reprise, avant de le stopper pour de bon au huitième round.

«Simon a grandi ce soir. Regardez les Tyson, Klitschko et autres poids lourds célèbres, aucun n’avait affronté un rival de la qualité de Santos dès son 13e combat. Simon l’a fait, et il a livré un très bon combat. Ce test, il l’a passé haut la main», expliquait le grand manitou d’Eye of The Tiger Management, Camille Estephan.

Monter une carte équilibrée n’est pas sans risque pour un promoteur. Or, Estephan a vu tous ses poulains néanmoins engraisser leur fiche d’une victoire. «Ils ont récolté ce qu’ils ont semé. Ils travaillent vraiment très fort. Il y a une synergie au sein du groupe. J’ai particulièrement aimé les performances des gars (Mathieu Germain, Steven Butler et Kean) qui ont boxé sur les ondes de la télévision. Ils ont saisi leur chance avec brio. On ne peut pas demander mieux.»

Estephan a évidemment pris en note que le Centre Gervais Auto était bondé. Ce flirt avec les Cataractes ne devrait pas rester sans lendemain. «La région a été derrière l’événement. Tout le monde en parlait en Mauricie. On veut revenir», confessait-il.

Et peut-être plus tôt que tard. Dès dimanche, Estephan se promettait de lâcher un coup de fil au clan du nouveau champion canadien Mladen Miljas pour tenter de mettre sur pied un combat au printemps. «On lui a offert beaucoup d’argent pour venir se battre ici ce soir, il a refusé notre offre. On a toutefois entendu qu’il serait peut-être maintenant intéressé, alors on va vérifier», sourit-il.

Invité de Roger Lavergne, Yves Lévesque était heureux d’être aux premières loges pour assister au gala. Il en a profité pour discuter avec Michel Angers.

Quant à Adam Braidwood, tout indique que le duel tant attendu par les amateurs de boxe au pays va être programmé pour juin. Questionné à savoir si ces affrontements pourraient se matérialiser en Mauricie, Estephan a été sans équivoque. «Bien sûr. Pourquoi pas?»

Voilà qui va certainement résonner comme de la musique aux oreilles de Roger Lavergne, président des Cataractes. Ce gala, c’était son idée. Il a cru un instant que la retraite de Solomon Haumono il y a un mois allait faire dérailler ce projet sur lequel il planche depuis l’été dernier. Finalement, personne ne s’est plaint de l’absence de l’Australien, Santos a donné le combat auquel les amateurs s’attendaient.

«On a eu peur il y a un mois, c’est vrai. La tempête a duré une semaine. On était alors très heureux que Santos accepte le combat, même s’il représentait un risque pour Simon. On a eu droit à toute une finale! Simon a comblé le public, et nos deux autres boxeurs (François Pratte et Jordan Balmir) de la région ont eux aussi bien performé. Je pense que les amateurs qui sont venus nous voir ce soir n’hésiteront pas à nous encourager de nouveau si jamais on revient avec une autre carte», proposait Lavergne.

«C’est sûr que ça nous intéresse de recommencer. Le timing est important dans ce genre de projet. On va revenir à condition de pouvoir mettre sur pied un gala avec au moins le même standard. Tout le monde est gagnant avec un événement de ce calibre.»

Angers comblé
Premier magistrat de la ville, Michel Angers bombait un peu le torse en voyant le Centre Gervais Auto se remplir en début de soirée. «C’est assez fabuleux de voir l’aréna être transformé de la sorte. C’est une belle source de fierté de voir un événement aussi prestigieux chez nous. On a eu droit à une belle vitrine sur la scène nationale cette semaine. Cette visibilité, ça n’a pas de prix», se réjouissait Angers.

Lorsque le nouvel amphithéâtre a été bâti à la fin des années 2000, la Ville de Shawinigan avait bon espoir d’offrir bien plus que du hockey junior. Il y a bien eu quelques essais isolés mais dans l’ensemble, c’est bel et bien le domicile des Cataractes. «Le créneau est étroit, pour des arénas entre 4000 et 5000 places. C’est trop petit pour des groupes comme Bon Jovi, c’est trop grand pour les spectacles qui attirent 1000 personnes. Il y a quand même moyen de faire des choses, comme ce soir avec la boxe! L’amphithéâtre est disponible pour ceux qui ont des projets et la Ville sera toujours prête à être partenaire», mentionne-t-il.

Lévesque propose l’Amphithéâtre Cogeco
Invité de Roger Lavergne, Yves Lévesque était heureux d’être aux premières loges pour assister au gala. «Ça prend des équipements semblables pour faire rayonner notre région, pour attirer les gens chez nous. Je suis allé souper à Shawinigan avant de venir à l’aréna, le restaurant était plein. C’est une belle soirée pour la Mauricie.»

Le maire de Trois-Rivières rêvait tout haut de reproduire un tel scénario dans son nouveau Colisée en 2020 ou 2021. D’ici là, il proposait l’Amphithéâtre Cogeco si jamais les promoteurs se cherchaient un site extérieur cet été. «On a tout ce qu’il faut pour les accueillir. Nous sommes très intéressés, tu peux passer le message.»