Frédéric Lavoie
Frédéric Lavoie

Frédéric Lavoie délaisse les Estacades midget AAA

Trois-Rivières — La formation de hockey des Estacades midget AAA aura un nouveau pilote la saison prochaine. Après huit ans de règne, Frédéric Lavoie estimait avoir fait le tour du jardin et il a dévoilé à ses patrons il y a quelques jours son désir de changer de cap.

«Au fil de mes saisons avec les Estacades, il y a toujours eu des opportunités qui m’ont été soumises. Les cinq premières années, je n’écoutais même pas! Mais depuis trois ans, j’étais plus ouvert et j’ai eu des discussions passionnantes. Certaines ont mené à la décision qui a été rendue officielle aujourd’hui», expliquait Lavoie, mystérieux sur son prochain défi. «Aujourd’hui est consacré à l’annonce des Estacades. De mon bord, rien n’est encore finalisé à 100% mais je suis néanmoins confiant que tout va se régler prochainement. Assez en tout cas pour annoncer ma décision!»

Lavoie ne rompt pas son lien d’emploi avec l’Académie les Estacades, seulement avec l’équipe de hockey. Il pourrait même, dans un avenir rapproché, jouer un autre rôle au sein de la formation. Mais pas question d’aider le conseil d’administration à choisir son successeur! «Les gens sur le conseil d’administration sont très qualifiés pour prendre cette décision, je suis convaincu qu’ils choisiront le meilleur candidat.»

Quant à Lavoie, il ne faudrait pas se surprendre si, dans quelques jours, il intègre l’état-major d’une équipe de la LHJMQ. La gestion l’a toujours intéressé, raconte-t-on en coulisses.

N’écartez trop vite non plus la possibilité qu’il puisse prendre le relais de Daniel Paradis, à la tête de la structure intégrée. Le contrat de Paradis, qui vient à échéance fin juin, n’a pas été renouvelé par Hockey Mauricie la semaine dernière…

Processus rapide

Du côté des Estacades, le gouverneur Michel Morin était attristé du départ de Lavoie. «On savait qu’il était très courtisé depuis plusieurs années. C’est un enseignant et toute une tête de hockey en même temps. Il a tout ce qu’il faut pour monter les échelons. C’est quand même tout un choc de le perdre. On vit un peu la même situation que lorsque Gilles Bouchard était parti.»

Morin et le reste du conseil d’administration ont déjà amorcé le travail pour lui dénicher un dauphin. «On va rencontrer des candidats sur invitation», précise Morin. «Les valeurs de l’organisation vont nous guider dans notre choix, en plus du profil et des compétences. Ça ne veut pas dire qu’il y aura uniquement des candidats à l’interne, par contre. Combien on va en rencontrer? Ça reste à déterminer.»

Ce qui est clair, c’est que les Estacades espèrent se fixer rapidement. Même s’il doute que la prochaine saison sera lancée comme d’habitude à la fin août, le conseil d’administration aimerait se brancher d’ici deux semaines. «Il y a du travail à abattre. Pas mal à part ça. On a reçu des directives pour les mesures sanitaires qui seront adoptées, notamment. C’est un dossier important à travailler.»

En huit ans, même s’il disposait d’un des plus petits bassins de joueurs de la ligue, Lavoie a vu son équipe participer à deux finales (2017-18) et une demi-finale (2013). Ses 190 victoires à la barre de l’équipe représentent un record de concession qu’il partage avec Gilles Bouchard. Sa fiche globale en saison s’établit à 190-149. En séries, son rendement est de 35-35.