La dernière présence de François Pratte dans le ring remontait au 16 décembre, une victoire devant un Mexicain à l'Amphithéâtre Cogeco.

François Pratte se battra le 28 octobre

L'attente a assez duré pour François Pratte. Plus de dix mois après son quatrième et plus récent combat chez les professionnels, le boxeur de Trois-Rivières (4-0) remettra enfin les gants pour autre chose qu'un entraînement.
Son retour dans le ring a été officialisé mercredi: il se battra le 28 octobre, à Drummondville, au cours d'un gala où la vedette locale Jordan Balmir sera la tête d'affiche.
Le clan Pratte négociait avec Rixa Promotions depuis un mois et demi afin de sceller une entente, qui s'est confirmée il y a environ deux semaines.
«Ça fait quelques semaines que je m'entraîne intensément en vue de mon retour. Je suis fier de participer à une belle carte de boxe dans une ville où il n'y a pas eu de combat depuis des années», affirme Pratte, vainqueur d'Emmanuel Villamar le 16 décembre 2016 à l'Amphithéâtre Cogeco, en prélude d'un duel entre Jean Pascal et Ricardo Marcelo Ramallo.
Pourtant, son retour était prévu à Edmonton au début du mois, mais son adversaire potentiel s'est désisté après avoir reçu les informations concernant Pratte, fort d'une brillante carrière chez les amateurs avant de rejoindre les pros. «Le gars était plus gros que moi et se battait chez lui, mais ça ne l'intéressait pas...»
Le destin fait toutefois bien les choses, puisque Pratte aura la chance de se produire près de chez lui. Il s'agira de son cinquième combat professionnel, probablement son dernier de quatre rounds. Du moins, c'est ce qu'il souhaite. «Je suis mûr pour passer aux six rounds», assure le principal intéressé, dont l'approche vis-à-vis son sport a évolué depuis la fin de 2015.
«Je n'ai plus rien à perdre. À 27 ans, dans ma catégorie de poids, je veux simplement me montrer, prouver ce que j'ai en dedans.»
Pratte ignore l'identité de son futur rival, mais s'attend à en découdre avec un Mexicain. «Peu importe qui se présente, il va manger du cuir!» s'exclame le nouveau bachelier en communication, qui a d'abord mis l'accent sur ses études depuis le début de l'année. «J'ai fait un stage de quatre mois à la fédération québécoise de boxe olympique et cela a confirmé que j'avais étudié dans le bon domaine. Mais j'ai encore des choses à accomplir dans la boxe.»
Avec Balmir
Jordan Balmir (5-0, 3 K.-O.) fera les frais de la finale devant son public drummondvillois le 28 octobre. Une grande fierté pour celui qui s'entraîne au club Performance de Trois-Rivières. «Il a déjà une bonne base de fans en raison de sa personnalité», mentionne son entraîneur Jimmy Boisvert, impatient de voir son poulain affronter le Polonais Daniel Przewieslik.
Boisvert et ses acolytes auront d'ailleurs une semaine chargée à la fin octobre. Après les Gants Dorés le 21 octobre, où 12 pugilistes du club devraient s'aligner, Simon Kean sera à Montréal six jours plus tard pour se mesurer à Randy Johnson. Le lendemain, à Drummondville, ce sera au tour de Pratte et Balmir de se battre.