Francis Désilets a marqué en plus de claquer trois simples à son premier match dans le baseball professionnel. Il a surtout effectué un relais précis en neuvième pour confirmer la victoire des siens.

Francis Désilets se donne en spectacle!

Trois-Rivières — En se levant dimanche matin, Francis Désilets était loin de se douter qu’il endosserait l’uniforme des Aigles pour un match à Trois-Rivières en après-midi. Et pourtant, c’est lui qui a joué les héros, dans une victoire émotive de 8-7 sur les Champions d’Ottawa!

Si les Aigles ont évité le balayage dans cette série de trois parties, c’est grâce à Désilets, qui a sauvé les meubles en effectuant un relais du champ droit vers le marbre pour coincer Jiandido Tromp, qui représentait le point égalisateur pour Ottawa.

Tromp tentait de marquer à la suite d’un simple de son coéquipier Brian Portelli. Le relais précis de Désilets vers son receveur, Anthony Hermelyn, a permis d’épingler Tromp sur un jeu serré pour le dernier retrait d’un match fort animé.

Désilets, un jeune homme de St-Maurice, connaît bien le Stade de Trois-Rivières. Il y a joué en tant que membre des Aigles juniors en plus d’y travailler sur la galerie de presse... et sur le terrain!

Il était en direction de Shawinigan, pour un match de ses Cascades dans le baseball senior québécois, lorsque le téléphone a sonné. Le gérant des Aigles, T.J. Stanton, avait cruellement besoin de ressources. Les blessures et les nombreux absents – le plus récent étant Taylor Brennan – créaient des trous béants dans l’alignement de Stanton. L’option Désilets est apparue logique.

Personne toutefois ne s’attendait à ce qu’il réalise le jeu défensif du match. Ni qu’il termine la partie avec trois simples en quatre présences! Désilets a d’ailleurs marqué à la suite d’un double de David Glaude en troisième manche.

«Tout est allé très vite», souriait le héros du jour, entouré de ses proches. «Les gars m’ont beaucoup aidé, particulièrement Glaude. J’étais content après mon premier coup sûr, mais trois? C’est toute une surprise!»

Le releveur des Aigles, Garrett Mundell, a réussi son quatrième sauvetage en autant d’essais. Il doit une fière chandelle à Désilets. «Oui, il m’a remercié», a dit le voltigeur en riant. «Si les Aigles ont encore besoin de moi cette semaine, ça me fera plaisir de les aider.»

Le hasard fait bien les choses. Désilets portait le numéro 6, qui appartenait jusqu’à tout récemment au favori local Raphaël Gladu, qui a quitté depuis pour les rangs affiliés avec les Mets de New York. «Il m’a souhaité bonne chance avant le match. Par contre, il ne savait pas que j’avais son numéro!»

«Quelle façon de commencer dans le baseball professionnel!» s’est exclamé le gérant Stanton, pas peu fier de sa prise. «Je connaissais un peu Francis, il a un bras précis et de la vitesse. On est très heureux pour lui.»

Encore Brown

Plusieurs acteurs ont contribué à ce spectacle divertissant dimanche. Fidèle à son habitude, Steve Brown a été étincelant au bâton, avec un circuit de trois points. Il a ajouté un quatrième point produit en neuvième, alors que ses Champions menaçaient le releveur Mundell.

Brown, un ancien Oiseau encore apprécié à Trois-Rivières, a produit six points dans cette série, en plus de marquer à cinq reprises. «C’est chez lui ici, il est dans sa zone de confort», souriait son gérant Sébastien Boucher, satisfait de quitter la Mauricie avec deux victoires en trois matchs. Lors de leur voyage au Québec, les Champions ont gagné leurs deux séries (4-2 au total).

Beaucoup de trous

Le partant des Champions Austin Chrismon a subi la défaite: il a accordé six points mérités en cinq manches, dont un circuit en solo à Joe DeLuca. Pour la recrue de Trois-Rivières, il s’agissait d’une troisième longue balle en deux jours! Contre toute attente, DeLuca mène son club pour les points produits (17).

«C’est dommage pour Auston, il a mis un peu de temps à se mettre en marche. Il a retrouvé sa forme vers la fin», disait Boucher qui, contrairement aux Aigles, misait sur un alignement presque complet.

Du côté de Trois-Rivières, ce n’était pas le cas: cinq recrues avaient un rôle clé dimanche, à commencer par le lanceur Garrett Harris. En cinq manches, il a accordé cinq points, dont quatre mérités. Il a assez bien fait pour mériter sa quatrième victoire (4-0). Il mène la Ligue Can-Am dans ce département.

Le point de la victoire a été l’affaire de Brandon Brosher, sur un ballon-sacrifice en septième. Au monticule suivant Harris, Cortland Cox n’a rien donné en deux manches, mettant ainsi la table pour Mundell, qui a navigué en eaux troubles, avant de s’en sortir, secondé par Désilets.

«Les gars ont un bon instinct de survie. Avec sept joueurs absents de notre alignement, les jeunes ont tout donné. Nous sommes déçus de perdre cette série, mais avec quatre victoires et deux défaites dans les derniers jours, c’est une bonne semaine pour nous.»

Glaude passe son message

David Glaude a connu un fort match au bâton, et ce malgré une erreur commise dès la première manche. Après un circuit en sixième manche, il a nargué des partisans assis derrière le marbre. Il a fini sa journée avec trois coups sûrs et autant de points produits, mais c’est ce geste qui retenait l’attention.

Samedi dans Le Nouvelliste, il s’était porté à la défense de son gérant, dont le travail est critiqué par certains spectateurs. «Pour moi, le dossier est maintenant clos», a-t-il indiqué aux médias après le match.

Reste à voir s’il le sera pour ces amateurs directement visés par son geste. Les Aigles (9-13) ont une journée de congé lundi, avant leur retour mardi, en avant-midi pour le match des écoles, face aux Boulders de Rockland (13-8).