Le centre-arrière Charles Brisebois et le joueur de ligne offensive Samuel Bédard font partie des héros obscurs du Vert et Or.

Football scolaire: «Ça ne me dérange pas de me sacrifier»

Trois-Rivières — Au football, ce sont, la plupart du temps, les joueurs qui marquent les touchés et qui sont à l’origine des actions décisives qui se retrouvent sous les projecteurs. Mais pour remporter la victoire, une équipe doit compter dans ses rangs des travailleurs de l’ombre, des forces tranquilles. La formation juvénile du Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph en est un bel exemple.

S’ils veulent l’emporter ce vendredi en demi-finale face aux Commandeurs du Collège de Lévis au Stade Gilles-Doucet, et mériter du même coup le droit de participer au Bol d’Or la semaine prochaine à Thetford Mines, les adolescents de l’entraîneur-chef Hugo Gélinas devront tous offrir une bonne performance. Par exemple, le receveur de passe étoile Xavier Gaillardetz ne marquera pas de touché après avoir capté une passe du quart-arrière Simon Brunelle si les joueurs de ligne offensive n’offrent pas une protection adéquate à ce dernier. Le scénario sera le même en défensive. Le secondeur et capitaine Justin Labrie ne sera pas en mesure de plaquer le passeur adverse derrière la ligne de mêlée si les demis défensifs ne couvrent pas assez longtemps les receveurs de passe des Commandeurs...

Au sein de la formation trifluvienne, le centre-arrière Charles Brisebois ainsi que le joueur de ligne offensive Samuel Bédard font partie de ces héros obscurs. Alors que le premier joue principalement un rôle de bloqueur en raison de la qualité des porteurs de ballon qui se succèdent derrière lui, soit Antonin Roy et Élie Riopel, le second a dû abandonner l’idée d’évoluer comme joueur de ligne défensif, sa position naturelle, afin de pallier des lacunes de l’autre côté du ballon, et ce, depuis maintenant deux saisons. Néanmoins, les deux jeunes hommes acceptent leur rôle sans rechigner. Pour eux, les succès collectifs passent avant la gloire personnelle.

«Je ne cherche pas vraiment à avoir le fame. Tant que je contribue au succès de mon équipe, je suis heureux», lance spontanément Samuel Bédard.

Son coéquipier, qui évolue à l’une des positions les plus ingrates au football, est habité par le même état d’esprit.

«Ça ne me dérange pas de me sacrifier, de faire plus de blocs et de laisser ma place aux porteurs de ballon. [...] C’est sûr que j’aimerais plus toucher au ballon, mais je suis quand même très heureux quand je réussis mon bloc et que le porteur marque un touché», raconte Charles Brisebois, qui arbore une chevelure rousse, comme plusieurs de ses coéquipiers, pour les séries éliminatoires.

Les deux garçons croient d’ailleurs que le fait que tous les joueurs connaissent leur rôle et l’acceptent pour le bien commun a eu un gros impact sur les succès de l’équipe cette saison.

«On est vraiment soudé. Plus que l’an passé je dirais. On a mis l’accent là-dessus et ça paraît dans notre jeu», fait remarquer le centre-arrière.

Une équipe reposée

En remportant le championnat de la saison régulière, qu’ils ont d’ailleurs conclue avec une fiche parfaite de huit victoires et aucune défaite, les protégés de coach Gélinas ont eu droit à une semaine de congé la semaine dernière. Ils passaient directement à la ronde des demi-finales et s’assuraient également de disputer cette rencontre à domicile. Ces quelques jours de repos ont d’ailleurs été salutaires selon l’entraîneur-chef. Et comme sa formation a été sur la route pour trois des quatre derniers matchs de la saison régulière, il est bien heureux de rester à Trois-Rivières pour la demi-finale, d’autant plus qu’il s’attend à ce que les gradins du stade de la rue Laviolette soient remplis vendredi soir.

«Nous aurons 52 joueurs habillés. Nous avons eu une bonne semaine à l’entraînement. Les gars ont une belle énergie. Ils ont hâte de jouer après deux semaines de congé», mentionne-t-il.

En ce qui concerne les adversaires, coach Gélinas souligne qu’ils constituent une bonne équipe et rappelle qu’ils avaient offert une très bonne opposition lors de l’affrontement entre les deux équipes en saison régulière. Le Vert et Or avait en effet eu besoin d’une prolongation pour les vaincre 26-23. Ils comptent notamment sur plusieurs joueurs d’impact, notamment un receveur de passe, un porteur de ballon et un secondeur qui font partie de l’élite de la division 1B à leur position respective.

«Ils avaient fait de gros jeux en fin de match pour égaliser [pendant la saison]. C’est une équipe avec de très bons athlètes. C’était 35-0 pour eux à la mi-temps la semaine dernière [en quart à finale]», raconte coach Gélinas.