Première rangée: Jordan Masson, Kenny Bellemare, Carl Truffer, Dahlianne Côté, Christophe Laplante, Antoine Morasse, Geneviève Dion, Laettiah Sauveur, Florence Brunelle et Louis Beaudet, président de la Fondation. Deuxième rangée, Nicolas Gilbert, SImon-Olivier Lemire, Anthony Gagnon, Gabrielle Fortin, Victor Parent et Benjamin Thibeault. Troisième rangée: Vincent Forest-Richard, Anthony Gagno, Sacha Héroux et Jerémi Nathaniel Tothaud-Mouandza (bourse Normandin).

Fondation Claude-Mongrain: un bon coup de main

Pour les athlètes amateurs, et leurs parents, les coûts reliés à la pratique de leur discipline sont sans cesse en croissance. Vendredi, 21 d'entre eux ont eu droit à un coup de main de la part de la Fondation Claude-Mongrain.
Pour une 24e année, cet organisme nommé en l'honneur d'un ancien journaliste du Nouvelliste remet plusieurs bourses à des athlètes catégorisés comme espoir ou relève. À l'aide de plusieurs partenaires régionaux, mais aussi de son tournoi de golf qui lui permet d'amasser la majorité de ses fonds, la Fondation a remis plus de 11 250 $ par année à plusieurs récipiendaires, et fera de même cet hiver avec une nouvelle vague d'athlètes. Une bourse d'équipe a aussi été remise aux Diablos soccer du Cégep de Trois-Rivières. La bonne nouvelle, c'est que l'organisme a le vent dans les voiles, selon son vice-président financement, France Denis. «On remet un peu plus de bourses cette année. Ce n'est pas toujours facile, mais on sent que les gens s'impliquent de plus en plus. Cette année, la ville de Nicolet a décidé d'investir 500 $ afin qu'une bourse soit remise à un élève de son territoire. On donne aussi une bourse par MRC de la région parce qu'on veut toucher partout et que ça permet d'avoir des retombées.»
Vendredi, quelques centaines de personnes étaient réunies au Club de golf de Louiseville pour le tournoi annuel de la Fondation. Un succès puisqu'il affiche complet et qu'il permettra de récompenser des jeunes qui sont évalués selon leurs performances de la dernière année, et ce, peu importe leur âge. Ce sont donc des athlètes de 10 à 20 ans qui ont raconté, avec un brin d'humour, leur parcours devant les golfeurs vendredi.
Parmi ceux-ci se retrouvait le karatéka Anthony Gagnon - il y avait aussi Anthony Gagnon, le golfeur - qui a révélé qu'il avait dû s'absenter de plusieurs importantes compétitions, faute de fonds. Sa bourse de 500 $ lui permettra de faire un petit pas vers le niveau international.
«En 2014, j'ai été nommé sur l'équipe nationale en combat. Comme j'étais le seul dans ma catégorie, on m'a annoncé que j'allais représenter le pays aux Championnats panaméricains et aux Mondiaux. J'ai parlé à mes parents et on m'a expliqué ce qu'il fallait débourser. Juste pour les Panaméricains, c'était 4000 $, et comme c'était ma première fois, je n'avais pas accès à des bourses plus importantes. Si j'en obtiens d'autres, je serai peut-être capable de faire d'autres compétitions de haut niveau. Ce que j'aime du karaté, c'est de toujours m'améliorer, et tu apprends tellement en côtoyant des gens d'autres pays.»
En 24 ans, la Fondation Claude-Mongrain a remis 190 000 $ en bourse. La famille Gagnon en a profité puisque le grand frère d'Anthony, William, avait lui aussi été un boursier dans le passé. C'est d'ailleurs le sprinteur qui a recommandé à son frère de tenter sa chance pour obtenir une bourse. Comme quoi la générosité fait des petits.
Les boursiers
Gabrielle Fortin - Volleyball
Sacha Héroux - Tennis
Geneviève Dion - Tir au pistolet
Victor Parent - Basketball
Alexis Bélanger - Patinage de vitesse
Simon-Olivier Lemire - Taekwondo
Dahliane Côté - Gymnastique
Olivier Gauthier - Plongeon
Anthony Gagnon - Karaté
Kenny Bellemare - Judo
Carl Truffe - Cyclisme
Xavier Houle - Triathlon
Nicolas Gilbert - Triathlon
Florence Brunelle - Soccer
Vincent Forest-Richard - Triathlon
Laetiah Sauveur - Trampoline
Christophe Laplante - Taekwondo
Jordan Masson - Taekwondo
Anthony Gagnon - Golf
Antoine Morasse - Patinage de vitesse
Benjamin Thibeault - Hockey
Charles Giroux - Handball