Florence Brunelle, 16 ans, a assez impressionné sur la scène internationale des juniors pour être considérée par Patinage de vitesse Canada comme l’une des meilleures athlètes de l’année 2019-20 au pays.
Florence Brunelle, 16 ans, a assez impressionné sur la scène internationale des juniors pour être considérée par Patinage de vitesse Canada comme l’une des meilleures athlètes de l’année 2019-20 au pays.

Florence Brunelle en lice pour un titre national

TROIS-RIVIÈRES — Florence Brunelle poursuit son ascension fulgurante. À 16 ans à peine, la Trifluvienne est en nomination pour le titre d’athlète féminine de l’année, au Gala de remise des prix de Patinage de vitesse Canada.

Quadruple médaillée lors de deux compétitions internationales en début d’année, l’adolescente a épaté la galerie en Suisse (Jeux olympiques de la Jeunesse) et en Italie (Mondiaux juniors de courte piste). Quatre podiums plus tard, la voilà aux côtés des membres de l’équipe nationale senior, avec qui elle a le privilège de s’entraîner, cet été à Châteauguay, l’aréna Maurice-Richard de Montréal étant transformé temporairement en refuge pour sans-abris.

«Je suis très heureuse de cette reconnaissance. L’équipe nationale m’a invitée au camp estival, je suis arrivée il y a un peu plus d’une semaine», explique celle qui se considère chanceuse, lorsqu’elle compare son année 2020 à celle d’autres athlètes.

«J’ai eu le temps de me mettre en évidence dans les grosses compétitions avant le début de la pandémie et ce fut payant. C’est la première fois que je passe autant de temps avec l’équipe nationale. J’apprends beaucoup avec les filles, avec tous les entraîneurs qui nous accompagnent. J’ai une meilleure idée de ce à quoi ressemble le métier de patineuse.»

Avec Kim Boutin

Florence Brunelle a remporté des médailles de bronze en Suisse (500 m et 1000 m), avant de devenir vice-championne aux Mondiaux juniors sur les distances de 500 et 1500 m, en Italie. Elle figurait parmi les plus jeunes participantes de ces rendez-vous.

Non, elle n’a pas volé sa nomination et se retrouve désormais en lice avec Kim Boutin qui, contrairement à elle, n’est pas une étoile montante, mais une vedette internationale et une olympienne.

La Sherbrookoise a pulvérisé un record mondial sur 500 m en 2019, s’imposant aussi dans nombre d’étapes du circuit de la Coupe du monde. Elle est l’actuelle figure de proue de son sport au Canada.

«C’est un honneur d’être considérée, sachant que Kim est également en nomination. Je la côtoie tous les jours depuis une semaine, c’est inspirant. Je la regarde s’entraîner, comment elle se prépare et fait les choses, c’est vraiment agréable et motivant. J’adore la chimie de l’équipe et je me dis que je veux en faire partie, moi aussi!»

C’est son prochain grand chantier. Et à la vitesse à laquelle elle réalise ses objectifs, il n’y a rien d’impossible. La COVID-19 a d’ailleurs déjoué les plans des 32 meilleures patineuses au pays, qui avaient rendez-vous à Calgary en mars pour les sélections canadiennes seniors. Une compétition phare pour quiconque espère conserver ou mériter sa place parmi l’élite.

«Je souhaitais continuer sur ma lancée, sauf que je ne pense pas que ça ait freiné ma progression. Durant le confinement, j’ai pu décompresser, prendre du recul pour voir tout ce que j’avais accompli pendant l’hiver. Je suis passée à travers plein d’émotions cette année, donc cela m’a fait du bien. J’en retire du positif», confie celle qui s’attaquera à la dernière année du secondaire, à compter de septembre.