Pour plusieurs, l’annonce de ce déconfinement graduel rime avec retour à une certaine normalité. ­
Pour plusieurs, l’annonce de ce déconfinement graduel rime avec retour à une certaine normalité. ­

Feu vert et soupir de soulagement pour la communauté sportive

TROIS-RIVIÈRES — L’annonce de la ministre déléguée à l’Éducation, responsable du Loisir et du Sport, Isabelle Charest quant à la réouverture des arénas, des salles d’entraînement, piscines et aux autres établissements sportifs au Québec a eu l’effet d’un vent d’air frais et rime avec bonheur pour la communauté sportive de la région.

Ce fut des montagnes russes d’émotions dans les dernières semaines pour Julie Robitaille, qui a fait des pieds et des mains à l’aide de trois autres écoles de hockey du Québec afin de faire bouger les choses proposant un protocole de retour sur la glace.

«Je suis tellement soulagée pour tous les enfants qui tournaient en rond, tellement contente pour mes employés qui avaient hâte et évidemment pour moi comme propriétaire. On s’en allait vers la catastrophe et on va l’éviter», a renchéri celle qui peinait à cacher ses émotions.

Une étape cruciale de franchie, oui, mais il reste toutefois du pain sur la planche.

«On s’apprête à écrire à nos 10 000 clients afin de témoigner les procédures et les dates. On doit également entrer en contact avec les différents arénas, à savoir lesquels peuvent nous recevoir.»

Celle qui s’est dite satisfaite de la tournure des événements a avoué avoir été surprise de la date du déconfinement sportif.

«Honnêtement, je suis étonnée que ce soit le 22 juin, c’est plus vite que l’on pensait. On s’attendait au 29, ça va aller très rapidement.»

Si tout se passe bien, son école de hockey redémarrera le 29 juin à l’extérieur et sera de retour en Mauricie le 6 juillet au Complexe sportif Saint-Louis-de-France.

De son côté le directeur du Complexe sportif Saint-Louis-de-France, Jean-François Leclerc, est ravi du dénouement. Par contre, il aurait apprécié avoir été prévenu à l’avance, ainsi la glace aurait été fin prête pour le 22 juin.

«C’est assez compliqué de commencer pour le 22 juin, la glace, ça ne se part pas comme dans un congélateur. On avait tout de même prévu le coup et on s’était pris d’avance pour réserver, sinon on aurait attendu longtemps.»

Le processus de refaire une glace est assez complexe, une compagnie spécialisée est mandatée et oeuvrera à partir du 25 juin et l’ouverture est prévue le 6 juillet. Il n’y aura qu’une des deux glaces du complexe qui sera rouverte.

«En plein mois de juillet, ouvrir deux glaces simultanément, ce n’est pas une bonne idée», a conclu le directeur.

Les arénas dits privés auront comme défi de se rentabiliser durant la saison estivale, et ce, en peu de temps.

«Avant les rumeurs d’hier, on a eu zéro contact. Mis à part les camps de hockey, tout le reste avait été annulé, ce sera un bon défi», a admis M. Leclerc.

Une procédure sera mise en branle afin de respecter le guide sanitaire et les recommandations de la santé publique. Il n’y aura aucune chambre à la disponibilité des joueurs et il y aura des corridors en conséquence afin de faciliter les déplacements.

Même son de cloche

Le camp de hockey Optimize admet que les grands gagnants sont les jeunes hockeyeurs.

«On est content pour eux, ils ont été privés de leurs séries, ça s’est fini abruptement et finalement, ils pourront à nouveau pratiquer leur passion», a évoqué l’ancien porte-couleurs des Estacades de Trois-Rivières et instructeur au camp, Xavier Boucher.

Optimize reprendra l’action dès le 22 juin. Ils avaient prévenu le pire en adaptant leurs installations dans le but de subvenir aux besoins des athlètes. Faisant affaire avec l’aréna Fernand-Asselin, ils pourront sauter sur la glace lorsque souhaité.

L’aréna Fernand-Asselin, une des rares à avoir gardé sa glace fonctionnelle, sera prête à recevoir ses clients dès lundi prochain, a annoncé le propriétaire Éric Asselin. «On avait toujours espoir du déconfinement sportif. On a réussi à diminuer les coûts d’énergie et c’est ce qui a motivé notre décision de la garder fonctionnelle.»

Le directeur des opérations du Complexe sportif Alphonse Desjardins, Jean Hould, anticipait quant à lui cette nouvelle et comme l’ensemble du milieu, il était bel et bien heureux pour la clientèle. L’établissement ouvrira à nouveau ses portes le 29 juin prochain.