Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Il a été annoncé, dimanche, que les équipes de la LNH n’auront pas à s’isoler pendant 14 jours après avoir traversé la frontière. Au baseball, les dirigeants d’Équipe Québec espèrent obtenir les mêmes privilèges.
Il a été annoncé, dimanche, que les équipes de la LNH n’auront pas à s’isoler pendant 14 jours après avoir traversé la frontière. Au baseball, les dirigeants d’Équipe Québec espèrent obtenir les mêmes privilèges.

Exemption de quarantaine: signaux positifs pour Équipe Québec

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Si c’est bon pour le hockey, est-ce que ce sera bon pour le baseball? Équipe Québec espère, d’ici la fin juillet, miser sur le même type d’exemption qui sera offerte aux équipes de la Ligue nationale de hockey par le gouvernement du Canada, en ce qui a trait au droit de passage à la frontière canado-américaine.

Les dirigeants des Aigles de Trois-Rivières et des Capitales de Québec, qui se sont unis cet été pour former Équipe Québec dans la Ligue Frontier, savent pertinemment qu’ils ne sont pas les seuls à réclamer les mêmes bénéfices. Les athlètes olympiques, les clubs de la Major League Soccer (MLS) ainsi que les Blue Jays de Toronto ont tous hâte d’être fixés.

Il a été annoncé, dimanche, que les équipes de la LNH n’auront pas à s’isoler pendant 14 jours après avoir traversé la frontière. Un protocole strict sera toutefois de mise.

«C’est rassurant. Il nous manque encore quelques détails, mais à la lumière des derniers développements, notre pourcentage de réussite pour avoir des matchs de baseball à Québec et Trois-Rivières est meilleur qu’il ne l’était il y a deux ou trois semaines», est d’avis le président des Capitales, Michel Laplante.

«De jour en jour, on semble vouloir se rapprocher d’un retour d’Équipe Québec chez nous, surtout que 94% des joueurs de la Ligue Frontier sont vaccinés», ajoute son homologue des Aigles de Trois-Rivières, René Martin.

Michel Laplante

Encore deux semaines

Selon Laplante, Équipe Québec devra obtenir des réponses d’ici le 23 juin, à savoir s’il lui sera possible de traverser la frontière sans se plier à une quarantaine obligatoire de 14 jours. Parce que les clubs américains du circuit doivent aussi être fixés. Il en va de l’organisation du calendrier.

La Ligue Frontier jongle avec deux calendriers en ce moment: un calendrier exclusivement états-unien, et un autre avec des rencontres aux stades Canac (Québec) et Quillorama (Trois-Rivières) à partir du 23 juillet.

«On devra prendre une décision bientôt. Après le 1er juillet, ce serait difficile de se retourner et d’aviser les équipes que finalement, c’est possible de jouer au Canada. Ces équipes ont été très cordiales jusqu’à maintenant, sauf qu’on ne peut pas jouer au yo-yo indéfiniment», lance Michel Laplante.

«Nous préférons revenir à la fin juillet, mais s’il y a possibilité pour le mois d’août, on ne la rejettera pas», mentionne René Martin. «On a encore un peu de jeu. En ce moment, on voit les partisans au Centre Bell et ça nous donne de l’espoir. Si l’équipe atteint la troisième ronde et peut voyager aux États-Unis, nous, on sera à 4 ou 5 semaines d’un retour potentiel au Québec. Et la campagne de vaccination n’aura pas ralenti. Alors oui, on est confiants.»

Aux yeux de Laplante, la Ligue Frontier peut amplement remplir les exigences de la Santé publique ainsi que des instances gouvernementales de ce côté-ci de la frontière.

«Il n’y a aucun cas de COVID-19 depuis le début de la saison dans la ligue.»

Équipe Québec, qui connaît un bon début de saison malgré ses nombreux voyages et le fait qu’elle joue de manière exclusive à l’étranger, prévoit revenir à Québec et Trois-Rivières à partir du 23 juillet. Si le droit de passage sans quarantaine obligatoire ne lui est pas permis, l’équipe dirigée par Patrick Scalabrini pourrait disputer toute sa saison sur la route, aux États-Unis.