Les Estacades tenteront de remporter un premier match cette saison, au domicile du Vert et Or.

Estacades et Vert et Or prêts pour le derby trifluvien

Trois-Rivières — Il risque d’y avoir une bonne ambiance vendredi soir au Stade Gilles-Doucet du Séminaire Saint-Joseph, où l’on présentera l’édition 2019 du derby trifluvien entre les Estacades (0-2) et le Vert Or (2-0). Après les équipes cadettes dont le match s’amorcera à 16 h, ce sera au tour des joueurs du football juvénile de sauter sur le terrain à 19 h 30 avec, à l’enjeu, l’obtention de la Coupe Le Nouvelliste.

Une victoire du Vert et Or juvénile confirmerait aux autres équipes du Québec leur statut d’équipe à considérer pour le Bol d’Or. Si les Estacades devaient s’imposer, ils créeraient une belle surprise, considérant que la formation dirigée par Pierre De Jean n’a pas autant d’expérience que celle de Hugo Gélinas. Ce dernier mise sur 33 vétérans cet automne!

Il y a deux semaines, le Vert et Or a d’ailleurs vaincu les champions provinciaux de division 1-b de l’an passé, l’école secondaire Saint-Stanislas. Plus de 800 personnes s’étaient déplacées pour l’occasion au Stade Gilles-Doucet. On attend encore une foule bruyante vendredi soir, une foule qui a de bonnes chances d’être divisée, derby oblige.

«Les jeunes sont chanceux de vivre ça, car ce n’est pas le cas partout. Ce genre de match, c’est bon pour notre football en Mauricie», sourit Gélinas, pour qui l’une des deux premières positions au classement demeure un objectif réaliste. «Les deux premiers évitent les quarts de finale et passent directement en demi-finale pour les rencontres éliminatoires. C’est quand même un bon avantage.»

Mais l’entraîneur se méfie des Estacades, qui ont toujours été reconnus pour miser sur des joueurs physiques, avec de bons gabarits. «Pierre trouve toujours le moyen de motiver sa troupe contre nous, on avait eu droit à un excellent match l’année dernière.»

Match que le Séminaire avait remporté 9-3, sous la pluie et dans le vent. «Ça n’avait pris qu’une petite éclaircie dans le ciel pour permettre au Vert et Or de compléter la meilleure séquence offensive de toute la partie», se souvient Pierre De Jean, à l’aise avec son groupe.

«Les jeunes apprennent vite! Notre ligne offensive n’a presque pas d’expérience contrairement à celle du Vert et Or, mais nous allons nous pointer au Séminaire pour nous battre! Notre attaque trouve de plus en plus son équilibre, on a le sentiment qu’on peut créer quelque chose de très positif.»

Depuis les débuts de la Coupe Le Nouvelliste en 2010, le Vert et Or a gagné quatre fois en cinq affrontements, échappant le match éliminatoire de 2012 devant les Estacades.