Le courant passait entre Michel Bergeron et René Young chez les Draveurs.

Entre vous et moi

René Young sous les projecteurs

Dans le cadre du 50e anniversaire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, plongeons dans les beaux souvenirs du Trifluvien RENÉ YOUNG qui a cumulé des postes de commande pendant deux décennies dans la LHJMQ, soit chez les Draveurs (dépisteur-chef et responsable hockey), les Olympiques de Hull (dépisteur-chef et directeur du personnel hockey) ainsi que les Harfangs de Beauport (directeur général).

1973-1981

D’abord, mettons l’accent sur les Draveurs... Il se souvient des Trifluviens qui ont marqué l’histoire du hockey junior lors de son passage en tant que dépisteur-chef et responsable hockey pendant neuf saisons (1973-1981). Il ne tarit pas d’éloges envers le directeur général SYLVAIN CINQ-MARS (qui avait la main haute sur l’équipe, en plus d’inculquer une grande discipline à tous les niveaux). Cinq-Mars était à ses yeux l’homme de confiance des proprios, les frères MONGRAIN (CLAUDE, THÉO et JEAN-MARIE).

De Gilles Courteau à Alain Daigle

Parmi les autres Trifluviens d’origine qui ont laissé leur marque, il se souvient de GILLES COURTEAU et GASTON LEBLANC (statisticiens), LOUISE LESIEUR (secrétaire qui lui a été d’une grande aide), YVON DESPRÉS (directeur administratif), PIERRE GERVAIS (responsable de l’équipement), FERNAND BOUCHARD (physiothérapeute), NORMAND BEAUDRY (soigneur), JEAN-MARIE TANCRÈDE (statisticien qui a relevé GILLES COURTEAU), ainsi que les patineurs locaux MICHEL LEBLANC, NORMAND ROCHEFORT, PIERRE AUBRY, DANIEL HORNE, DENIS BERGERON et ALAIN DAIGLE.

De la galerie de presse

Dans cette foulée, il n’a que de bons mots pour PAUL CHAREST, ANDRÉ DUPONT, ROBERT MARTIN, ANDRÉ POITRAS et compagnie qu’il côtoyait sur la galerie de presse.

La rentrée de Bergeron

Son plus grand coup fut l’embauche de MICHEL BERGERON avec son grand complice SYLVAIN CINQ-MARS. On connaît la suite des choses pour celui que l’on surnommait le «Petit Tigre» à Trois-Rivières... Et la transaction qui a envoyé RAYMOND BOURQUE chez les Éperviers de Sorel s’est avérée une erreur de parcours, selon lui.

Équipes d’étoiles

JACQUES CLOUTIER (gardien de but), PIERRE LACROIX et NORMAND ROCHEFORT (défenseurs), JEAN-FRANÇOIS SAUVÉ (centre) ainsi que RICHARD DAVID et PIERRE AUBRY sur les ailes forment sa première équipe d’étoiles.

NORMAND LAPOINTE (gardien de but), MICHEL LEBLANC et PIERRE SÉVIGNY (défenseurs), CLAUDE VERRET (centre), ALAIN DAIGLE ainsi que RICHARD DALPÉ et ALAIN LEMIEUX à égalité sur les ailes sont ses choix de la deuxième équipe d’étoiles.

L’Équipe Québec: un souvenir impérissable

Il a enregistré à son dossier, chez les Draveurs, un championnat de division en 1974, deux Coupes du président ainsi que deux participations à la Coupe Memorial. Et l’un de ses plus grands souvenirs fut une participation à la Coupe Labatt pour l’Équipe Québec en compagnie de MICHEL BERGERON, alors que les KEVIN LOWE, RAYMOND BOURQUE, JIMMY MANN, JACQUES CLOUTIER, BOB MONGRAIN ainsi que DENIS SAVARD et DENIS CYR (tous deux âgés de 16 ans) faisaient partie de l’Équipe Québec qui s’est inclinée en finale à London (Ontario).

Louis-Marc Aubry vient de connaître sa meilleure saison chez les pros.

Coups de circuit

Il était à la table des Olympiques de Hull lors du repêchage de JEREMY ROENICK, LUC ROBITAILLE (qui est devenu le meilleur ailier gauche dans la LNH avec les Kings de Los Angeles) et MARTIN GÉLINAS (premier choix des Oilers d’Edmonton).

Bergeron et Burns

Comme entraîneur, MICHEL BERGERON et PAT BURNS l’ont particulièrement marqué. Son mentor: SYLVAIN CINQ-MARS...

Sollicité par des équipes de la LNH

Il est venu à un cheveu de faire le saut chez les pros puisqu’il a été sollicité par les Sénateurs d’Ottawa, le Canadien et les Nordiques. Il préférait son poste d’enseignant à la polyvalente Chavigny.

Moment marquant

La clôture de sa carrière sur la planète hockey est survenue lors du match en plein air disputé à l’hippodrome trifluvien lors des Fêtes du 375e de Trois-Rivières en 2009. Il a contacté les joueurs des deux équipes avec ses complices SYLVAIN CINQ-MARS et RENÉ GOYETTE. Ce fut un moment marquant chez RENÉ YOUNG.

L’excellente besogne accomplie par cet homme d’opinion et fin stratège qui a consacré une tranche de sa vie sur la planète hockey mériterait d’être reconnue à sa juste valeur. Un coup de chapeau au Temple de la renommée de la Mauricie? Allez, les décideurs!

Louis-Marc Aubry, premier compteur à Berlin

Le hockeyeur trifluvien LOUIS-MARC AUBRY a connu sa meilleure saison chez les pros dans l’uniforme de l’équipe Eisbären de Berlin, en Allemagne. L’ancien des Estacades a enregistré 40 points (16-24) au compteur en 48 matchs. À partir de décembre, il a été employé pendant 20 à 25 minutes par match. En séries éliminatoires, les représentants de Berlin ont plié l’échine devant le Red Bull de Munich. L’athlète de 28 ans a complété sa troisième saison dans la division A en Allemagne. Il reste une saison à écouler à son contrat.

Décès de Pierre Paradis

Un éminent membre du club de golf Le Mémorial, PIERRE PARADIS, vient de tirer sa révérence à la suite d’une longue maladie. Le disparu a occupé le poste de capitaine durant de nombreuses saisons au club de Shawinigan-Sud. Il a aussi joué un rôle important au sein de Golf Mauricie. Ses partenaires de jeu étaient FRANÇOIS PARADIS (son frère), MARCEL RIVEST, GAÉTAN L’HEUREUX, GÉRARD MILETTE et GILLES BOURASSA. Mes condoléances à la famille Paradis ainsi qu’aux proches.