Le gérant T.J. Stanton a eu la main heureuse avec certaines de ses acquisitions pendant la saison morte.

Enfin un peu de soleil au stade

COMMENTAIRE / Après deux étés forts maussades, il fait bon de mettre les pieds au Stade Stéréo Plus!

En faisant table rase pendant l’entre-saison, T.J. Stanton a placé sa tête sur le billot à l’aube de la campagne 2018. Il était prêt à vivre avec les conséquences de ses actes. À mi-chemin du calendrier, force est d’admettre que le sympathique gérant a réussi à trouver les bons ingrédients pour faire lever le gâteau.

À la même période en 2016 et 2017, les Aigles pouvaient pratiquement déjà faire une croix sur les séries, tant la pente était abrupte à remonter. Cette saison, le scénario est beaucoup plus intéressant, tant pour les joueurs et la direction, mais surtout pour les partisans. Avec déjà 29 victoires au compteur, les Oiseaux se retrouvent au coeur d’une chaude lutte avec les Boulders de Rockland et les Jackals du New Jersey pour le troisième rang de la Ligue Can-Am et la suite s’annonce palpitante. Leur rendement à domicile – 22 victoires contre 11 revers – contribue assurément à agrémenter l’été des partisans aussi.

Dexter, la trouvaille
Pour redresser la situation dans le vestiaire du Stade Stéréo Plus, Stanton a effectué de belles trouvailles pendant ses emplettes hivernales. En haut de cette liste, on retrouve le nom de Sam Dexter.

Débarqué dans la cité de Laviolette avec un parcours peu étoffé chez les professionnels, Dexter avait d’énormes chaussures à remplir. Le poste d’arrêt-court est névralgique en défensive et son manque d’expérience entraînait son lot d’interrogations.

Ses trois petites erreurs en 53 matchs, combinées à une impressionnante moyenne au bâton de ,324 et 39 points produits, viennent fermer le clapet de ses plus fervents dénigreurs d’avant-saison.

Bien que présent en fin de saison l’an dernier, Taylor Brennan peut fort bien s’inscrire dans ce vent de fraîcheur qui souffle au Stade Stéréo Plus. Le colosse de l’État de Washington a animé plus que sa part du spectacle avec ses 20 circuits et 48 points produits, deux sommets dans la Ligue Can-Am.

D’ailleurs, il fait bon de voir que Brennan n’est pas le seul moteur offensif de cette équipe capable de catapulter avec régularité la balle hors des limites du terrain. Kevin Cornelius et Javier Herrera ont déjà atteint la dizaine de bombes eux aussi tandis que Michael Suchy (6) et David Glaude (5) font plus que leur part. Glaude constitue un cadeau tombé du ciel pour Stanton. Au départ considéré comme joueur d’utilité, le Québécois est maintenant rendu un incontournable dans le nid trifluvien.

Sam Dexter représente assurément la plus belle révélation chez les Aigles cette saison.

Ajoutez à cela un Alberth Martinez qui semble vouloir enfin prendre son envol, et vous avez sous les yeux un redoutable alignement offensif. Potentiellement le meilleur de la Ligue Can-Am.

Surprises au monticule
En vertu d’une offensive aussi intimidante, la rotation des Aigles en retire de grands bénéfices. Même si les partants se tirent passablement bien d’affaire, ce ne sont pas les noms attendus qui offrent le meilleur rendement. Alors que le vétéran Kramer Sneed a rapidement été placé sur la voie d’évitement, les jeunots Tyler Garkow et Kevin McNorton mènent la charge, avec stupéfaction. Chris Murphy n’offre pas un vilain rendement non plus tandis que Yender Caramo devra être moins généreux.

Toutefois, c’est derrière les partants que ça se corse. Ces derniers jours, la relève a su tenir le coup dans les situations précaires. Même si ce n’est pas toujours élégant, l’enclos trouve une façon de concrétiser les victoires. Cependant, il faudra trouver une façon d’être plus efficace. Plus la saison avancera, plus les fins de matchs seront importantes et Stanton aurait intérêt à savoir sur quel pied danser avec les Shaun Ellis, Angel Rincon, Ethan Elias et compagnie.

Au moins, tout ce beau monde a réussi à enregistrer six victoires de suite, une première depuis l’été 2015... qui s’était terminé sous une douche de champagne.

Rusch, la solution?
Sans être gage de championnat, cette séquence victorieuse permettra au moins de réduire le grenouillage dans les gradins du Stade Stéréo Plus.

Depuis le début de la saison, un poste de vétéran est libre dans le vestiaire. Plusieurs se demandent ce qu’attend le gérant Stanton pour y insérer son bras droit Matthew Rusch dans la rotation.

On indique que des détails techniques administratifs reliés au plafond salarial compliquent ce scénario. C’est possible, mais il doit bien avoir une porte de sortie, non?

Rusch a été dominant lors de sa seule sortie de la saison. Avec une attaque aussi redoutable, le numéro 22 pourrait certainement retrouver ses élans des beaux jours.

Le nom de Taylor Brennan est sur toutes les lèvres au Stade Stéréo Plus en raison de ses 20 circuits et 48 points produits.

Alors qu’on peine à trouver un cinquième lanceur pour la rotation des partants, Rusch représenterait assurément une solution de rechange de luxe.

Pourquoi ne pas tenter le coup?