La famille Girard

Encore des émotions pour les Girard

Décidément, le dernier quart de l’année 2017 aura été fertile en émotions pour la famille de Samuel Girard. Après avoir vécu sa sélection au camp des Predators de Nashville, son premier match dans la Ligue nationale de hockey et son premier but, elle a eu droit à une autre soirée mouvementée, dimanche, quand il a été échangé à l’Avalanche du Colorado.

Quand la nouvelle est tombée, sa mère, Guylaine Dion, assistait tranquillement à un match de son fils Jérémy avec les Marquis junior AA de Jonquière et son père était à la maison, à Roberval. Un appel de l’agent du jeune défenseur de 19 ans a tout changé. Il était à la recherche de son protégé.

« Sam avait son souper des recrues et l’équipe était à Los Angeles, raconte sa mère. Finalement, l’entraîneur (des Predators) est allé voir Samuel pour lui dire qu’il venait d’être échangé et qu’il devait retourner à l’hôtel. Après, tout a déboulé. Son agent l’a appelé, Joe Sakic a communiqué avec lui pour lui demander s’il était prêt à poursuivre l’aventure avec eux et s’il était prêt à partir. Samuel a rappelé son père pour confirmer qu’il avait été échangé et qu’il s’en allait tout de suite à l’aéroport pour prendre l’avion en direction de la Suède, où jouera l’Avalanche vendredi et samedi. »

Après avoir connu de bons débuts avec les Predators, Samuel Girard ne s’attendait évidemment pas à être échangé. Dimanche, il avait déjà acquitté sa partie de la facture du souper des recrues quand il a appris la nouvelle. Ceux qui sont maintenant ses anciens coéquipiers, après lui avoir souhaité bonne chance, l’ont assuré qu’ils le rembourseront...

L’avenir

La mère de Samuel Girard ne peut dire si la transaction signifie que le défenseur de 19 ans a aujourd’hui plus de chances de passer toute la saison dans la LNH. Elle sait très bien que la décision appartient à l’Avalanche (même si des observateurs avancent que son fils est déjà dans le top-4 des défenseurs de sa nouvelle équipe) et que bien des éléments peuvent l’influencer, mais elle connaît le tabac et l’état de la brigade défensive du Colorado. Elle ne se compare en rien à celle des Predators de Nashville. Girard, un défenseur gaucher, rejoint une équipe qui n’a que des arrières droitiers dans son alignement, à l’exception de Mike Barberio.

« L’Avalanche semble être une bonne organisation et nous avons hâte de connaître la suite des choses, indique Guylaine Dion. Est-ce qu’ils vont le garder jusqu’à la fin de la saison ? Est-ce qu’ils vont le prêter à Équipe Canada junior pour ensuite le ramener avec eux ou le retourner au junior ? Nous ne le savons pas. On y va au jour le jour comme Samuel le fait.

« Quand on regarde les joueurs qui ont été touchés par les transactions de dimanche, on se dit qu’il (Samuel) vaut quand même cher. S’il a été échangé, ça veut dire qu’il a réussi à faire ses preuves et à montrer ce qu’il est capable de faire quand il a joué avec Nashville, malgré la grosse défensive de cette équipe. Une équipe l’a assez aimé pour tenir à l’avoir. »

Guylaine Dion rappelle que des rumeurs ont circulé il y a quelques semaines sur la possibilité que Duchesne se retrouve avec les Predators. Selon ce qu’elle avait entendu à l’époque, l’Avalanche exigeait notamment Girard et un autre prospect en défensive, Dante Fabbro. Le prix avait été jugé trop élevé.

Au fil des semaines, la situation a évolué, les Sénateurs d’Ottawa sont entrés dans le portrait et l’agent du défenseur a donné un indice sur ce qui allait arriver, samedi, quand il a dit à ses parents que des choses se tramaient et qu’elles seraient positives pour son client.

L’agent a eu raison et la famille de Samuel Girard doit maintenant changer ses plans. Vendredi prochain, neuf proches du défenseur devaient se rendre à Nashville pour le voir jouer. Le voyage vient de tomber à l’eau, mais ce n’est que partie remise.

« On ira au Colorado. Ce n’est qu’une heure et demie de plus », lance celle qui a déjà identifié quelques dates potentielles pour une première visite à Denver.