Jessica Belisle a à peine quitté sa monture depuis samedi matin, dans le but de battre deux records du monde, et ce, sans quitter son sous-sol.

En route vers deux records du monde

Affirmer que Jessica Bélisle adore son vélo serait un euphémisme. Mais la Trifluvienne pousse cet amour à la limite depuis samedi matin. Depuis, elle a à peine quitté sa monture puisqu'elle tente de battre deux records du monde, et ce, sans quitter son sous-sol.
C'est en effet sur un rouleau d'entraînement que l'athlète de 27 ans s'est donné le défi de réaliser deux records du monde, celui de parcourir 1828 km en 62 h ainsi que 2875 km en 128 h.
Installée dans un appartement situé dans un sous-sol de Trois-Rivières-Ouest, elle pédale presque sans arrêt depuis samedi, mangeant même sur sa bicyclette. Elle n'a d'ailleurs dormi que 45 minutes lors des trois premières journées de ce défi, en maintenant malgré tout une vitesse de 32 km/h. Des efforts qui ont été récompensés lundi soir puisqu'elle a fait tomber la première marque mondiale après 59 h seulement!
«Je commençais à voir des étoiles, mais je voulais absolument finir en force afin que l'écart avec le record soit le plus important possible. Mais j'étais fatiguée, mes yeux fermaient et ma vitesse n'était que de 20-25 km/h», explique celle qui se fait appeler la Cyclovore, en ajoutant qu'elle gardait un téléphone cellulaire pas très loin, afin de rassurer ses proches quant à son état physique et mental.
C'est grâce au logiciel Zwift que ses performances sont compilées. Ce système permet de parcourir des tracés par ordinateur dans un monde virtuel où se retrouvent plusieurs cyclistes, dont certains ont pris plaisir de pédaler avec la Cyclovore afin de l'encourager. Mais surtout, les données recueillies par le logiciel permettront aussi de faire homologuer son record.
«Dans la communauté Zwift, sur les forums, on m'appelle déjà la recordwoman. Pour le deuxième record, ce sera plus compliqué, puisqu'il faudra faire des approches auprès des Records Guiness et je n'ai pas encore eu de réponse d'eux.»
Après avoir fait tomber cette première marque mondiale lundi soir, Jessica Bélisle a enfin pu se payer une nuit de sommeil... de 3 h 30.
«Quand je me suis réveillée, ce n'était pas facile de recommencer, c'était douloureux. Mais c'est reparti! J'essaye de prendre de l'avance et je suis maintenant rendue à 2107 km», mentionnait-elle mardi après-midi entre deux coups de pédales.
Car il faut comprendre que le sommeil n'est pas une priorité afin de réussir un tel exploit, ni la vitesse à vrai dire. C'est plutôt le nombre d'heures à pédaler avec constance et sans arrêter. La cycliste est donc en mesure de savoir si elle détient de l'avance sur ses objectifs, comme c'était le cas mardi.
Des ennuis techniques
Le 2 janvier dernier, en plein congé des Fêtes pour les étudiants de l'Université du Québec à Trois-Rivières comme elle, Jessica Bélisle s'était donné un premier défi, celui de pédaler pendant cinq jours. À l'époque, elle n'avait pas conscience qu'elle s'apprêtait à menacer la marque mondiale. Cette première aventure lui aura permis de se préparer pour sa tentative amorcée samedi dernier. Mais l'atteinte de ce premier record n'a pas été des plus faciles. Lundi, elle a été aux prises avec des problèmes techniques en lien avec son logiciel et sa connexion internet.
«Ç'a été un moment très stressant et je n'étais pas certaine d'y arriver. Je n'avais pas beaucoup dormi et je n'étais pas sûre de tenir le coup assez longtemps.»
Fort heureusement, les contacts qu'elle a établis lors de cette première aventure ont été utiles. En plus de lui fournir un rouleau d'entraînement plus performant, les dirigeants de l'entreprise Laferté Bicycles ont réglé son problème technique... en plus d'enfourcher leur propre vélo pour pédaler à ses côtés. D'ailleurs, plusieurs personnes lui ont offert de l'accompagner durant les longues heures de cette éreintante semaine. Bélisle semblait heureuse d'être une inspiration pour ces gens.
«J'ai approché plusieurs endroits publics et privés afin de réaliser mon record. Je me disais que ce serait intéressant que les gens puissent me voir. Mais ça n'a pas été accepté. Pour moi, faire un record du monde, c'est épique. Quelqu'un qui est au sommet de sa discipline, je l'admire. Je sens que je rejoins beaucoup de gens. J'ai reçu plusieurs témoignages de gens qui m'ont vue pédaler et qui ont augmenté leur volume d'entraînement depuis. J'ai fait une capsule vidéo pour des enfants d'une école primaire et l'enseignante m'a dit que les jeunes étaient bien impressionnés. Si je peux réussir à inspirer une ou deux personnes, ce sera une réussite.»
Son prochain arrêt aura lieu jeudi à 14 h, quand elle passera la marque des 128 h sur son vélo. Il est possible de la suivre sur sa page Facebook La Cyclovore - Jessica Bélisle, où elle publie fréquemment des mises à jour de son périple à l'aide de vidéos.