Martin Mondou possède une banque de choix bien garnie en vue du repêchage qui se tiendra samedi au Centre Gervais Auto.

En position de force

SHAWINIGAN — Martin Mondou dit ne pas sentir du tout le besoin de réaliser un coup d’éclat, à la veille de se présenter devant les partisans des Cataractes pour le repêchage annuel de la LHJMQ. Le grand patron hockey place des appels comme tout le monde pour tenter d’améliorer son sort, mais il est très confortable de débarquer sur le parquet avec sa banque de choix actuelle.

«Nous sommes déjà assurés de faire un très bon show avec cinq choix dans les deux premières rondes, dont deux dans les 11 premières sélections. À ce repêchage, il y a plusieurs équipes qui disposent de beaucoup de choix, plusieurs aussi qui en ont très peu. On fait partie de la bonne catégorie! Et je peux te dire qu’on fait l’envie de bien des formations à l’heure actuelle», sourit Mondou, fort détendu même s’il s’apprête, avec son dépisteur-chef Mario Carrière, à dessiner l’avenir à moyen et long terme de l’organisation. «On a un personnel hockey qui voit beaucoup de matchs, nous sommes prêts pour l’examen. On aime beaucoup la qualité de ce repêchage, on croit être en mesure de repêcher cinq bons joueurs dans les deux premières rondes. Ça fait longtemps que nous n’avons pas eu d’aussi bons choix à l’intérieur d’un même repêchage. C’est excitant!»

Par le passé, Mondou a montré de l’appétit – et de la créativité – pour devancer ses sélections sur le grand plancher de danse. Il ne nie pas avoir jeté sa ligne à l’eau, mais ses appâts ne semblent pas fonctionner jusqu’à maintenant! «C’est toujours la même équation. On regarde le prix demandé versus le bond que nous pourrions faire au repêchage, et on évalue si ça vaut la peine. Présentement, ce n’est pas intéressant. Est-ce que le marché va changer dans les prochaines heures, ou encore directement sur le plancher au repêchage? C’est possible. On sera à l’écoute. Mais nous avons un plan, et nous allons le suivre. On a été patients avec nos jeunes dans le passé, et ce fut payant. Nous avons réussi à remonter la pente beaucoup plus vite que les gens ne le prévoyaient. On vise la même chose.»

Justement, les Assises de la LHJMQ sont propices aux transactions, et pas seulement pour des choix au repêchage. En 2018-19, deux équipes du plateau seront à la Coupe Memorial, alors la course aux armements est déjà commencée. Aujourd’hui, les Voltigeurs de Drummondville, les Mooseheads d’Halifax et les Screaming Eagles officialiseront d’importants trocs leur permettant de mettre la main sur des vétérans d’impact. Avec déjà 27 joueurs ayant de l’expérience LHJMQ et tous ces choix au repêchage, Mondou sera-t-il tenté de monnayer ses vétérans de 19 et 20 ans si le marché s’emballe? «Il faut toujours écouter. Maintenant, je dois dire que nous aimons notre équipe. On pense que nous avons du talent à notre disposition. Certains joueurs n’étaient peut-être pas prêts l’an dernier mais cette année, avec une saison d’expérience dans le corps, on s’attend à une belle progression. On croit sincèrement que nous aurons une meilleure équipe que l’an dernier.»

Quant à l’identité du joueur que les Cataractes convoitent avec le troisième choix au total, Mondou se ferme comme une huître à ce sujet. Les intentions des équipes sont plus faciles à lire certaines années. Pour cette cuvée, l’arrivée de Théo Rochette dans le portrait – un joueur doué évoluant en Suisse l’an dernier qui est un protégé de Pat Brisson – rend l’exercice beaucoup plus périlleux. Selon l’avis de plusieurs, Rochette sera réclamé parmi les cinq premiers samedi. Peut-être même au tout premier rang! «On le connaît depuis un bon bout de temps chez nous, mais on ne l’a pas vu jouer en personne. Ça complique un peu son évaluation. On va le rencontrer vendredi, puis on lui donnera une position finale sur notre liste», conclut de façon évasive Mondou.