Il y a plein de petits trucs qui clochent avec ma voiture.

Pas un départ à mon goût!

CHRONIQUE / Si vous regardez le classement des pilotes de la série canadienne de NASCAR, vous verrez que je suis actuellement au troisième rang derrière Kevin Lacroix et Andrew Ranger. C’est bon, allez-vous me dire.

Ben moi, je ne suis pas content ! Pas content du tout même. En fait, je me trouve très chanceux d’être là où je suis présentement parce que ma voiture ne répond absolument pas à mes aspirations.

Le week-end dernier, à l’Autodrome Chaudière de Vallée-Jonction, j’ai fini cinquième. Un top 5, ce n’est jamais censé être mauvais, mais j’étais très déçu. Je ne peux être que déçu lorsque ma voiture n’avance pas !

Je vous explique : cette saison, les dirigeants de la série Pinty’s ont décidé d’imposer de nouveaux pneus, des General Tire, de véritables pneus de course. Ce qui, en soi, est une bonne chose. Mais voilà, ça requiert évidemment des ajustements à la voiture.

Le problème, c’est que les gens de mon équipe ont décidé de remonter la voiture en fonction des nouveaux pneus et non en partant des réglages que nous avions en 2018… et qui nous ont permis de terminer deuxièmes au championnat, à sept petits points de la tête. À mon avis, c’est une erreur.

Les deux autres pilotes de notre équipe, Donald Theetge et Marc-Antoine Camirand, qui sont respectivement neuvième et onzième au classement, connaissent un début de saison difficile. Nous ne sommes pas à l’aise au volant de nos voitures, il y a plein de petits trucs qui clochent. Bref, il faut revoir notre stratégie.

La prochaine épreuve sera disputée dans les rues de Toronto, le week-end prochain. Mais le problème présentement, c’est sur ovale. Ne vous fiez pas à la 11e place que j’ai récoltée sur circuit routier à Bowmanville en ouverture de saison puisque j’ai été victime d’une crevaison et que j’ai ensuite été pénalisé. J’ai aimé le comportement de la voiture là-bas.

Tous les jours, je discute avec les dirigeants de notre équipe, celle de Scott Steckly, afin qu’on reparte avec les réglages de 2018 et qu’on bâtisse là-dessus. Je travaille fort pour les convaincre. J’espère que ça va fonctionner.

Après Toronto, ce sera les trois courses sur ovale dans l’ouest du pays, à Saskatoon (deux) et à Edmonton. Ce sera le moment idéal pour revoir notre stratégie.

Une promesse !

Je vous promets d’être de meilleure humeur au cours des prochaines semaines ! Chose certaine, je suis très heureux de vous retrouver à nouveau cette saison dans le cadre de cette chronique. Un gros merci aux quotidiens de Groupe Capitales Médias de me donner à nouveau l’occasion de partager avec vous ma passion pour mon sport !

Dans quelques semaines, je devrais procéder à une annonce importante. Une bonne nouvelle, quelque chose de gros. J’ai très hâte de vous en parler.

À la semaine prochaine !

Propos recueillis par Michel Tassé