Camille Estephan est très élogieux envers la candidature shawiniganaise pour le duel anticipé entre Simon Kean et Adam Braidwood. Il devrait choisir entre trois sites potentiels la semaine prochaine.

En bonne position pour obtenir Kean-Braidwood

TROIS-RIVIÈRES - Les dix prochains jours sont importants pour Eye of The Tiger Management (EOTM), Simon Kean, Adam Braidwood... et tous ceux qui espèrent que les deux poids lourds vont régler leurs comptes sur un ring en juin!

Samedi, au Casino de Montréal, Braidwood (11-1, 10 K.-O.) fera l’une de ses deux sorties préparatoires au choc avec le Trifluvien, un combat de six rondes face au Mexicain Jesus Manuel Paez (9-4, 7 K.-O.). Une semaine plus tard, ce sera au tour de Kean (13-0, 12 K-O.) de se retrouver entre les câbles, lui qui va assurer la finale d’un gala au Centre Vidéotron en faisant face à Ignacio Esparza (21-2, 14 K.-O.) Une défaite surprise de l’un des deux, ou même une blessure, et le combat tant attendu en juin pourrait s’évaporer dans l’air. Ça priverait les acteurs principaux d’une soirée payante.

Bien sûr, le Grand Manitou d’EOTM, Camille Estephan, a minimisé les risques en choisissant avec soin leurs rivaux. Paez n’a jamais battu un gars qui disposait d’une fiche gagnante. Esparza, de son côté, a franchi la quarantaine et il ne s’est pas battu depuis un an et demi.

Malgré tout, le risque ne peut être complètement évacué. Chez les lourds, une claque peut tout changer en quelques secondes. Pariez qu’Estephan sera nerveux lors de ces deux combats.

Si ces étapes sont franchies avec succès, il restera à Braidwood une dernière sortie pour aiguiser ses réflexes, chez lui à Edmonton. Un autre faire-valoir a déjà été réservé, il s’agit d’Hugo Leon (5-1, 3 K.-O.).

En attendant, Estephan travaille actuellement comme si le plan échafaudé allait tenir la route. Il est donc en train de finaliser son choix pour le site de l’affrontement Kean-Braidwood.


«  Avant le gala de février, jamais je n’aurais pensé retourner à Shawinigan pour un aussi gros gala. Notre événement conjoint de février a tout changé tellement ce fut un succès. À mes yeux, Shawinigan n’a rien à envier à Québec ou Laval dans ce dossier »
Camille Estephan

Après le succès de février, les Cataractes espèrent évidemment accueillir l’événement. Shawinigan n’est toutefois pas la seule ville en lice. La Place Bell à Laval et le Centre Vidéotron de Québec reluquent le même gala. Chaque endroit vient avec des pour et des contre. Il s’agit pour Estephan de bien analyser la situation avant d’arrêter son choix. «En milieu de semaine prochaine, je devrais être en mesure de statuer. L’idée, c’est d’annoncer le site choisi après le gala du 7 avril à Québec. On veut lancer ça le plus rapidement possible.»

«J’ai un bon feeling»
Les Cataractes ont déposé leur proposition il y a déjà plusieurs semaines. Joint hier, le président Roger Lavergne disait ne pas savoir de quel côté penchera Estephan. «Mais, j’ai un bon feeling. Nos discussions sont positives. On a prouvé qu’on pouvait livrer un événement de marque, et nous avons proposé un scénario encore plus étoffé si on reçoit ce gala. Je comprends que Camille se doit de bien explorer toutes ses options. On attend son coup de fil !»

Estephan semble sur la même longueur d’onde. «En toute honnêteté, avant le gala de février, jamais je n’aurais pensé retourner à Shawinigan pour un aussi gros gala. Notre événement conjoint de février a tout changé tellement ce fut un succès. À mes yeux, Shawinigan n’a rien à envier à Québec ou Laval dans ce dossier, bien au contraire. Je ne veux pas faire de promesses, parce qu’il n’y a rien de finalisé, mais je peux vous dire que j’entretiens de très bonnes relations avec Roger. Et puis Shawinigan, c’est en Mauricie et c’est le patelin à Simon. Pour moi, c’est quelque chose d’important dans l’équation.»

Peu importe où il se tiendra, le duel Kean-Braidwood serait programmé pour le 14 juin.