Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Selon le président et chef de la direction de l’équipe de Trois-Rivières, Mark Weightman, le Beast de Brampton sera la seule équipe à fermer boutique avant la saison 2021-22 de la Ligue ECHL, qui sera la première de la formation trifluvienne. Le nom du club sera dévoilé dans les prochaines semaines.
Selon le président et chef de la direction de l’équipe de Trois-Rivières, Mark Weightman, le Beast de Brampton sera la seule équipe à fermer boutique avant la saison 2021-22 de la Ligue ECHL, qui sera la première de la formation trifluvienne. Le nom du club sera dévoilé dans les prochaines semaines.

ECHL: «Il y a plus de bonnes que de mauvaises nouvelles»

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — La Ligue ECHL a encaissé un dur coup, la semaine dernière, lorsque le Beast de Brampton a annoncé la cessation de ses activités. La franchise ontarienne, affiliée aux Sénateurs d’Ottawa, explique cette décision par le contexte économique difficile. Il n’y aura donc que deux clubs de l’ECHL au Canada en 2021-22: Trois-Rivières et Terre-Neuve.

Par sa situation géographique, le Beast serait sans doute devenu un rival naturel pour Trois-Rivières. Trois formations situées aux États-Unis sont plus près de la Mauricie que ne l’était Brampton (Adirondack, le Maine et Worcester), il n’en reste pas moins que cette perte représente une mauvaise nouvelle.

«C’est malheureux», concède le président et chef de la direction de l’équipe trifluvienne Mark Weightman, qui avait eu vent de certains enjeux relatifs au Beast de Brampton.

«Ce n’est pas fait de gaieté de coeur et nous sommes déçus de les voir partir. Sans diminuer leur importance, l’un de nos objectifs à Trois-Rivières, ce sera de faire connaître la Ligue ECHL à nos partisans. Je vois peu d’impacts directs pour nous. En ce moment, il y a plus de bonnes que de mauvaises nouvelles.»

Le circuit professionnel, troisième division du hockey en Amérique du Nord, a annoncé dans les derniers mois l’ajout de trois concessions, incluant celle de Trois-Rivières. Dean MacDonald, l’homme d’affaires de Terre-Neuve derrière le projet trifluvien, est aussi l’une des têtes dirigeantes de la future franchise de Coralville, en Iowa. MacDonald détiendra ainsi trois équipes dans l’ECHL l’an prochain: Terre-Neuve, Trois-Rivières et Coralville.

Aux 27 clubs en lice pour la saison 2021-22 s’ajoutera une 28e équipe à Savannah, en Georgie, lors de la campagne 2022-23.

La Ligue ECHL vit néanmoins une situation particulière cette année, alors que 12 franchises ont tiré un trait sur la saison actuelle. Il a déjà été annoncé que la prochaine campagne se mettrait en branle le 22 octobre. S’agit-il d’un voeu pieux ou d’un scénario réaliste?

Un écran géant pour le moins impressionnant a été livré au nouveau Colisée du District 55, au cours des derniers jours.

«Quand nous regardons la situation de la pandémie, on s’attend à ce que l’automne soit différent de ce qu’on vit présentement. C’est sûr qu’on a hâte de savoir dans quelles conditions nous pourrons opérer, parce qu’il y a beaucoup de spéculations en ce moment. Ce que je peux confirmer, c’est qu’on travaille pour la saison 2021-22 et que toutes les équipes du circuit, sauf Brampton, ont certifié qu’elles seraient là.»

Mark Weightman persiste et signe: à son avis, d’ici quelques années, le programme de développement du hockey nord-américain misera sur 32 clubs de l’ECHL, qui seront tous affiliés à l’un des 32 clubs de la Ligue américaine. «Il ne manquera que quatre équipes pour compléter la transformation de la vocation des clubs-écoles. Pour moi, ce n’est pas si, mais quand cela se produira.»

Privés d’importants revenus

Le Beast de Brampton avait rejoint la Ligue ECHL en 2014, après une saison passée dans la défunte Ligue centrale de hockey. Au moment de la dissolution de ce circuit, sept clubs, dont Brampton, agrandissaient les cadres de l’ECHL.

Brampton aura été le club-école en troisième division du Lightning de Tampa Bay, des Canadiens de Montréal (2016 à 2019) ainsi que des Sénateurs. Les gardiens Marcus Hogberg (Ottawa) et Chris Driedger (Floride) ont notamment séjourné à Brampton avant d’atteindre la LNH.

Selon les données officielles, le Beast a attiré 2450 spectateurs par match en 2019-20, soit la deuxième pire moyenne de l’ECHL devant Wheeling (2267) en Virginie-Occidentale.

«La vente de billets est l’un des principaux moteurs financiers des équipes de l’ECHL», reconnaît Mark Weightman. «Par contre, il y a plus que ça. Chaque club a ses propres ententes avec les villes, tous les arénas ont leurs particularités. Il y a aussi une question de marché à prendre en considération.»

Les joueurs du Beast deviendront agents libres en vue de la prochaine saison. Pour des raisons stratégiques et géographiques, le directeur des opérations hockey du club de Trois-Rivières, Marc-André Bergeron, avoue que certains d’entre eux pourraient se retrouver en Mauricie en 2021-22. «Nous avons une affiliation avec les Canadiens et le Rocket de Laval, mais rien ne nous empêche de regarder ce qui se passe dans les autres marchés.»

Les Sénateurs d’Ottawa ont un club-école de la Ligue américaine, les Senators, à Belleville en Ontario. La ville se trouve à cinq heures de route de Trois-Rivières. Est-ce que le nouveau Colisée du District 55 pourrait accueillir des espoirs ou des joueurs retranchés par les Senators? Les dirigeants du club de Trois-Rivières ont toutefois préféré ne pas s’avancer sur le sujet.