Jean Lamarche, Mark Weightman et Marc-André Bergeron ont raison de sourire: d’ici le début de l’automne, une équipe de la Ligue ECHL risque fort de s’implanter à Trois-Rivières. Il y a de bonnes chances que cette franchise soit affiliée au Canadien de Montréal ainsi qu’au Rocket de Laval.
Jean Lamarche, Mark Weightman et Marc-André Bergeron ont raison de sourire: d’ici le début de l’automne, une équipe de la Ligue ECHL risque fort de s’implanter à Trois-Rivières. Il y a de bonnes chances que cette franchise soit affiliée au Canadien de Montréal ainsi qu’au Rocket de Laval.

ECHL à Trois-Rivières: un premier pas de géant

TROIS-RIVIÈRES — Trois-Rivières a fait un pas de géant vers l’obtention d’une équipe professionnelle de hockey, jeudi, en confirmant qu’une entente de principe était conclue entre les principaux intervenants qui désirent attirer un club de l’ECHL au nouveau Colisée, dès septembre 2021.

«Les fiançailles sont faites, les faire-part envoyés, la salle est réservée et on a une bonne idée de l’orchestre. C’est une très belle journée pour la ville de Trois-Rivières, dans notre histoire récente», a lancé le maire Jean Lamarche.

Le groupe mené par le Terre-Neuvien Dean MacDonald peut ainsi passer à la prochaine étape: confirmer son intérêt auprès de la Ligue ECHL pour établir une équipe à Trois-Rivières. On sait que le circuit, considéré comme le troisième échelon nord-américain dans le monde du hockey, a déjà manifesté le souhait de s’implanter en Mauricie.

L’ultime étape permettra de concrétiser l’affiliation de ce futur club avec une franchise de la Ligue nationale de hockey. Bien que rien n’ait été confirmé jeudi, tous s’attendent à ce que cette équipe soit le Canadien de Montréal.

«C’est prématuré d’annoncer l’affiliation, mais tout le monde comprend où nous regardons en ce moment», a déclaré l’homme d’affaires Dean MacDonald, en entrevue téléphonique au Nouvelliste.

Déjà propriétaire des Growlers de St. John’s, le deuxième club-école des Maple Leafs de Toronto, MacDonald n’a pu se présenter à la conférence de presse de jeudi. Il aurait été forcé de se placer en isolement pendant deux semaines, à son retour sur l’île. Son associé dans le projet, Glenn Stanford, était aussi absent.

Son groupe, Deacon Sports and Entertainment Ltd. (DSE), était représenté par le Trifluvien Marc-André Bergeron ainsi que le conseiller spécial Mark Weightman, dont le travail fut souvent vanté par le maire Lamarche depuis qu’il a rejoint l’organisation.

«J’aurais adoré y être, car j’aime votre communauté et je suis fier de notre entente avec la Ville, a ajouté MacDonald. Ce n’est que partie remise. La ligue en a plein les bras avec le coronavirus, mais je crois que nous pourrons annoncer de belles choses cet automne. Peut-être même avant.»

Cinq ans... ou plus

L’entente conclue entre DSE et la Ville pour l’occupation du nouveau Colisée est d’une durée de cinq ans, assortie de deux options de renouvellement de même durée. Une union de 15 ans pourrait donc unir les deux parties.

L’équipe trifluvienne, dont le nom, les couleurs et le logo seront dévoilés dans les mois à venir, disputera 36 matchs de saison régulière dans l’amphithéâtre, en plus de quatre matchs préparatoires. Il s’agira de la seule formation québécoise du circuit.

«Encore une fois, nous allons nous démarquer, a poursuivi Jean Lamarche. Je sais qu’il y aura une forte orientation pour permettre à des espoirs québécois de se faire valoir. Je veux que ça devienne un produit identifié Trois-Rivières.»

Conseiller spécial du groupe Deacon Sports and Entertainment Ltd. (DSE), Mark Weightman considère que le nouveau Colisée sera digne des ligues majeures.

Enfin l’aboutissement

Le premier magistrat se souvient d’avoir discuté d’un potentiel club de hockey avec Marc-André Bergeron le soir de son assermentation, quand les Aigles l’avaient invité à effectuer le lancer protocolaire avant un match au parc de l’Exposition.

«Des rencontres ont suivi avec des ligues, des organisations. Quand tu négocies avec un des grands artisans du lancer franc de la LNH comme Marc-André, tu conclues des ententes franches.»

Bergeron admet que ce fut un travail de longue haleine. «Heureux et touché», il ne peut encore préciser en quoi consistera son rôle dans la future franchise, mais tout porte à croire qu’il campera un rôle au sein de la haute direction. Un autre ancien joueur de la LNH bien connu, Daniel Brière, occupe les fonctions de vice-président chez les Mariners du Maine, dans l’ECHL.

«Malgré les obstacles que nous avons eu à surmonter, l’approche transparente à la direction de la Ville nous permet d’en arriver à une entente de principe pour l’occupation du nouveau Colisée. C’est un pas énorme et je suis fier d’en faire partie.»

L’éléphant dans la pièce

Impossible d’annoncer officiellement un partenariat entre le groupe de Sanford et MacDonald ainsi que le Canadien, du moins pas pour l’instant. Ceci dit, les discussions risquent de se poursuivre entre eux cet été, à moins d’un revirement spectaculaire.

En février, dans une capsule vidéo où il répondait à des questions posées par des partisans, le propriétaire du Canadien, Geoff Molson, s’était montré ouvert à un partenariat avec Trois-Rivières pour une éventuelle concession dans l’ECHL.

«C’est certain qu’on serait intéressé, Trois-Rivières est à deux pas d’ici, à moins d’une heure de distance. Pour nous, avoir des joueurs, qu’ils soient dans la ECHL, la LNH ou la LAH, près l’un de l’autre, ce serait vraiment bien. On verra ce qui se passera à Trois-Rivières, si l’occasion se présentait pour que certains de nos joueurs jouent là, on le ferait.»

En ce sens, une étape majeure a été annoncée jeudi. «Je ne vous cache pas que je serais fort heureux que ce soit le Canadien, souriait Jean Lamarche. C’est la partie que je ne contrôle pas.»

Conseiller spécial de DSE, Mark Weightman, qui travaillait pour le Groupe CH jusqu’à récemment, comprend que les amateurs veulent voir l’emblème du Tricolore sur le maillot de l’équipe trifluvienne.

«Nous n’en sommes qu’à l’étape des discussions. Par contre, c’est vrai qu’il y aurait plusieurs avantages géographiques à nous associer au Canadien et au Rocket de Laval. La future annonce, c’est une équipe de la LNH qui aura l’honneur de la faire.»

Un produit abordable

Weightman arrivait d’une visite au nouveau Colisée quand il s’est présenté sur le parvis de l’hôtel de ville.

«Tous les éléments sont en place pour que l’on connaisse du succès. Le Colisée sera digne des ligues majeures, l’équipe aussi. La Ligue ECHL a un niveau de hockey beaucoup plus avancé que ce que les gens croient. Le circuit a évolué pour le mieux depuis 20, 25 ans. Les astres sont alignés pour quelque chose de spécial, pour un produit qui sera abordable. On mise sur le divertissement: dès que les gens entreront dans l’amphithéâtre, avec l’ambiance, le match et la musique, tout ça ajoutera une valeur à leur sortie.»