Triathlonien expérimenté, Edmond Roy a maintenant découvert une nouvelle passion: le cross triathlon de la série Xterra.

Du triathlon traditionnel au Xterra pour Edmond Roy

TROIS-RIVIÈRES — Le triathlonien originaire de Nicolet, Edmond Roy ne se contente pas du triathlon traditionnel, discipline qu’il pratique depuis l’âge de huit ans. Il a récemment découvert le cross triathlon de la série Xterra, remportant notamment sa première course à sa première participation.

L’athlète de 20 ans a participé à la course Xterra groupe d’âge qui avait lieu à Bromont, le 9 juin dernier. Il en était alors à sa première course dans cette série où il a enlevé les honneurs avec deux minutes d’avance devant son plus proche poursuivant. «C’est le même sport, mais ce sont deux mondes différents. C’est mon entraîneur qui m’en avait parlé, je ne savais aucunement où je m’en allais. J’y suis vraiment allé pour le plaisir», mentionne Roy.

Voyant qu’une nouvelle opportunité s’offrait à lui, Roy a décidé de prendre part à la course Xterra Élite de Lac-Delage, le 14 juillet dernier. Il a terminé au pied du podium à sa première expérience avec les professionnels. «On ne savait pas ce que ça allait donner. J’ai décidé de courser pro, parce que tant qu’à le faire, on va le faire pour vrai. Je voulais me frotter aux meilleurs. J’ai fait une chute en vélo qui m’a un peu ralenti parce que j’ai été en troisième position pendant un bon bout. J’ai changé ma vision des choses parce que je n’étais plus sur le podium. Je suis extrêmement satisfait de cette course-là», déclare-t-il

Bien que les deux disciplines soient complémentaires et similaires, la plus grande différence est la longueur du parcours. En triathlon traditionnel sur distance sprint, l’athlète doit parcourir 750 m de nage, 20 km de vélo et 5 km de course à pied, tandis qu’en cross triathlon, il y a 1500 m de nage, 30 km de vélo et 10 km de course à pied à parcourir. «Je veux toujours me dépasser et aller plus vite. Je retrouve les mêmes objectifs sur la route qu’en montagne. C’est officiel, maintenant je course sur les deux circuits. Ça va me permettre de devenir plus complet», poursuit le Nicolétain.

Roy est conscient que c’est plus demandant physiquement de pratiquer les deux disciplines. Il met tous les efforts nécessaires pour que son corps suive toute la saison, notamment en s’entraînant de six à sept jours par semaine. «Ça me procure un gros avantage et une porte de sortie. Je ne cherche pas ce qui est facile, je cherche juste à performer le plus possible. Le triathlon c’est ma passion et ça se fait super bien de faire les deux», admet-il.

une longue saison bien remplie

Bien que sa participation au Championnat du monde de Xterra, qui aura lieu le 27 octobre à Hawaï, ne soit pas encore confirmée, ses chances d’y prendre part sont très bonnes. Avec ses deux excellentes performances lors des courses de Bromont et Lac-Delage, l’athlète se retrouve dans une position très favorable, même si ses chances de médailles ne sont pas très élevées. «J’y vais vraiment plus pour l’expérience. Je n’ai pas de chance de monter sur le podium, même terminer dans le top-20 ça va être difficile. Je ne me mets par d’objectif précis, je veux juste faire de mon mieux», affirme le triathlonien.

Il ne participera toutefois pas au Championnat du monde de triathlon traditionnel en septembre. Cependant, il sera de retour sur la route pour le triathlon Duchesnay, à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, le 10 août et pour le triathlon Valleyfield, à Salaberry-de-Valleyfield, le 17 août.

Le Nicolétain rêve aux Jeux olympiques depuis longtemps. Une participation à cette compétition internationale est un objectif envisageable. «Le chemin n’est pas toujours droit pour se rendre jusqu’aux Olympiques. Je pense que c’est grâce au travail quotidien que tu peux y arriver. Je vais juste faire confiance à la vie et donner mon maximum», conclut le futur étudiant en génie informatique à Polytechnique.

Sa saison de triathlon devrait normalement se terminer avec le Championnat du monde de Xterra.