Louis-Philippe Dumoulin et Philippe Couillard ont fait un brin de jasette dimanche après-midi. Le premier ministre du Québec a fait un don pour la Fondation québécoise du cancer et a ainsi pu signer la voiture du Trifluvien. L’équipe Dumoulin Compétition a d’ailleurs amassé 4761 $ ce week-end dans le cadre de l’initiative La course contre le cancer.

Du rallycross à l’Hippodrome 3R cet hiver?

Si son projet se concrétise, le Grand Prix de Trois-Rivières accueillera non pas une, mais deux épreuves du Championnat de rallycross des Amériques en 2019.

Depuis quelques semaines, le directeur général Dominic Fugère et son équipe de direction planchent sur la possibilité d’organiser une course sur glace en février, à l’Hippodrome 3R. Le projet a été soumis récemment et le gouvernement du Québec l’étudie, ont confirmé la ministre du Tourisme Julie Boulet ainsi que le premier ministre Philippe Couillard, dimanche en avant-midi. «L’Hippodrome 3R, c’est un site naturel. Un ovale de glace a déjà existé, on sait comme le fabriquer», souligne Fugère, pour qui l’idée a germé lors d’un voyage en Suède.

«On pense avoir le meilleur set-up au monde. Les amateurs seraient au chaud à l’intérieur de l’hippodrome. Les plus aventuriers pourront assister aux courses à l’extérieur.»

Le terrain de l’hippodrome sert, depuis 2014, à compléter la portion en terre battue exigée par la Fédération internationale de l’automobile (FIA) pour ses épreuves du Championnat mondial de rallycross, durant les festivités estivales du GP3R.

Cette même portion, avec quelques petits changements, servirait tout aussi bien les bolides du Championnat de rallycross des Amériques pour une course d’hiver. Il s’agirait de la première étape du calendrier.

Plus qu’une course
À l’instar du GP3R d’été, Dominic Fugère désire mettre sur pied un projet festif au centre-ville, en collaboration avec la Corporation de l’amphithéâtre. Il n’exclut pas la possibilité de présenter des spectacles à l’Amphithéâtre Cogeco.

«On a besoin de soutenir l’industrie touristique, même durant l’hiver. On le sait, pour les restaurants et les hôtels, c’est souvent une période de l’année un peu moins facile.»

Si Fugère reçoit les appuis qu’il espère, il déposera la candidature de Trois-Rivières pour accueillir le gala de la FIA pour toutes les catégories hors-piste. Ce serait la première fois que cette soirée de reconnaissance se tiendrait à l’extérieur de l’Europe.

«Ça impliquerait la venue de toute la gang du rallycross mondial à Trois-Rivières en février. Il y aurait aussi des séminaires de formations et une portion pour le grand public. On remplirait une niche qui n’est pas occupée pour l’instant dans ce type de courses au Québec.»


« On peut faire coïncider la quiétude des citoyens aux événements qui rendent des gens heureux. C’est comme le rodéo du Festival western de Saint-Tite, Moi aussi, je veux que les animaux soient bien traités, mais on ne va pas empêcher les gens d’avoir du fun et d’aller au rodéo chaque année. Il y a une question d’équilibre ici. »
Philippe Couillard

Toutes ces festivités se dérouleraient sur une journée. En plus du Championnat de rallycross des Amériques (ARX) et son petit frère de l’ARX2, le GP3R proposerait une ou deux courses au volet plus local. La Ville de Trois-Rivières appuie l’organisation dans ses démarches.

La ministre du Tourisme, Julie Boulet, ainsi que le premier ministre Philippe Couillard sont déjà au courant des manœuvres des dirigeants du GP3R. La députée de Laviolette rappelait dimanche que son gouvernement a ajouté des critères afin de bonifier l’aide pour les événements organisés dans les régions ainsi que les événements «hors-saison».

Son premier ministre a confirmé ses propos. «Le projet de rallycross sur glace est à l’étude et suscitera beaucoup d’engouement. Je pense que c’est une bonne idée. Rendre l’industrie touristique plus vibrante, c’est l’utiliser toute l’année au Québec, notamment en hiver.»

Le président et promoteur des Événements Festidrag, Martin D’Anjou, organise une manifestation pacifique le 3 septembre, à Québec, afin de conscientiser le milieu politique à l’importance de soutenir l’industrie des courses automobiles.

«Des lois municipales antibruit sont en train de faire fermer des pistes au Québec. Ça fait un mois qu’on cogne sur le clou et on attend 100 000 personnes devant l’Assemblée nationale. Tout le monde nous en parle en fin de semaine au GP3R», mentionne D’Anjou, enchanté par la réponse du premier ministre Couillard.

«On peut faire coïncider la quiétude des citoyens aux événements qui rendent des gens heureux. C’est comme le rodéo du Festival western de Saint-Tite, affirme Philippe Couillard.»

«Moi aussi, je veux que les animaux soient bien traités, mais on ne va pas empêcher les gens d’avoir du fun et d’aller au rodéo chaque année. Il y a une question d’équilibre ici.»