Valentin Nussbaumer
Valentin Nussbaumer

Du pain sur la planche pour Mondou

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
ANALYSE / Les 18 équipes de la LHJMQ n’ont plus que quelques heures avant la fin de la période de transactions. À midi lundi, les directeurs généraux devront s’en tenir aux effectifs qu’ils ont sous la main, en vue du dernier droit de la saison puis des séries éliminatoires.

Aux quatre coins de la ligue, cette matinée n’est pas dénuée d’intérêt, même si les principales vedettes dans la vitrine ont déjà changé d’adresse. Il y a toujours des trocs de dernière minute, souvent influencés justement par le mouvement de personnel des derniers jours. L’effet domino, ça existe dans le junior!

Chez les Cataractes, Martin Mondou a du pain sur la planche. D’abord, l’arrivée de Maxim Trépanier a gonflé à 15 le nombre d’attaquants avec l’équipe. Il y a au moins un attaquant de trop dans le vestiaire, peut-être deux. 

Une place s’est toutefois libérée en fin de soirée, alors que Mikaël Robidoux a quitté l’équipe pour se joindre aux Mariners du Maine dans la East Coast League. Son agent lui a trouvé un essai avec les Mariners, qu’il rejoindra aujourd’hui.

Dans le cas de Robidoux, c’était probablement la décision la plus judicieuse à prendre. Joueur controversé, qui traîne un baluchon de neuf suspensions, il n’avait plus le droit à l’erreur. La ligue avait été claire avec lui: au prochain geste dangereux, il serait banni. Pour un joueur d’énergie dont la mission est de créer de l’espace pour ses coéquipiers, ce n’est pas évident de faire le travail avec un tel fusil sur la tempe. Pour l’équipe, la situation était  compliquée aussi, car Robidoux ne pouvait être remplacé si jamais il se faisait suspendre à nouveau. 

Reste que le départ de l’ex-joueur des Remparts fait mal. Il apportait beaucoup aux Cataractes depuis son arrivée à Shawinigan. De la fougue, du leadership et même une certaine contribution offensive et défensive, une combinaison qui était complémentaire aux jeunes joueurs de talent de l’équipe.

Nussbaumer restera-t-il à la maison?

Si Mondou veut retrancher un autre joueur, la solution la plus facile, c’est de liquider Valentin Nussbaumer lundi matin. Le Suisse se fait tirer l’oreille pour revenir à Shawinigan, insatisfait de son utilisation sous les ordres de Daniel Renaud. Il vient de connaître un bon championnat du monde junior, Mondou peut certainement trouver preneur. Mais peut-il boucler une transaction sans affaiblir son équipe? Nussbaumer est un attaquant élite de 19 ans, un incontestable top 6... «Si on nous propose quelque chose qui fait du sens, on va étudier cette option (de le transiger). Sinon, il est sous contrat avec nous et on va l’attendre», a raconté Mondou, qui ne semble pas trop effrayé par la menace du clan Nussbaumer de rester à la maison si jamais il est toujours un Cataractes à la fin de la période des échanges. «On s’attend à ce qu’il honore son entente avec nous. C’est ce que nous avons fait à son endroit en début de saison, quand Jan Drozg voulait revenir à Shawinigan. Parce que nous avions convenu d’une entente de deux ans avec Nussbaumer, on a dit non à Drozg. Une entente, ça va dans les deux sens», rappelle le directeur-gérant des Cataractes.

En parallèle, il n’est pas exclut qu’un autre vétéran lève les feutres d’ici midi.  Dans le circuit, le mot s’est passé que les Cataractes disposaient d’un surplus de personnel à l’attaque. Pas seulement en nombre, mais en qualité. Des équipes s’intéressent à Gabriel Denis et William Cummings, deux vétérans de 19 ans. D’autres ont pris de l’information à propos de Jérémy Martin, âgé de 18 ans. Jusqu’à preuve du contraire, Denis et Martin font partie du puzzle de l’an prochain. Mais bon, il manque au moins un morceau à ajouter en défense pour devenir un véritable aspirant en 2020-21. Une proposition qui permettrait de combler ce besoin, ou encore d’ajouter des valeurs permettant d’éventuellement se magasiner un arrière dominant, obligera Mondou à réfléchir sérieusement. L’équipe est solide entre les poteaux. Et elle a les mains pleines en attaque. Par contre, en défense, c’est un peu mince pour se battre pour les gros trophées.