Morgan Adams-Moisan

Du midget CC à la Ligue américaine

TROIS-RIVIÈRES — L’éclosion offensive de Morgan Adams-Moisan cet hiver n’est pas passée inaperçue. Le colosse de 20 ans a accepté jeudi les termes d’un contrat d’un an, à deux volets, avec le Rocket de Laval dans la Ligue américaine en vue de la saison 2018-19.

«Tout ce que je voulais, c’était une chance de me faire valoir chez les pros. C’est le Rocket qui me l’offre. Je ne peux rien demander de plus. Je vais travailler fort pour me faire une place à Laval», témoignait le Latuquois.

L’état-major du Canadien a été rapide sur la gâchette dans ce dossier, prenant de vitesse d’autres équipes intéressées à ses services. «C’est un beau contrat que Morgan a signé. Le Canadien a montré beaucoup d’intérêt. J’étais confiant que d’autres équipes déposeraient des offres, mais quand celle-ci est arrivée, on n’avait pas besoin d’attendre», confiait son agent Paul Corbeil.

La progression d’Adams-Moisan est fascinante. Voilà un jeune homme qui jouait midget CC dans son patelin quand Frédéric Lavoie a décidé de lui faire une place avec les Estacades midget AAA. Après trois saisons avec l’Armada dans un rôle de soutien sous les ordres de Joël Bouchard, il a été échangé contre une bouchée de pain aux Voltigeurs de Drummondville de Dominique Ducharme, qui lui a confié des responsabilités offensives. Sa réponse: 32 buts et 61 points, en 68 matchs! «Je dois beaucoup à ces entraîneurs. C’est Frédéric qui m’a offert une première chance. Sans lui, je ne serais pas ici. J’ai ensuite beaucoup progressé avec Joël, puis Dominique m’a fait confiance sur le plan offensif. J’ai été chanceux d’avoir été aussi bien dirigé», soulignait Adams-Moisan, qui souhaitait aussi partager les réflecteurs avec ses compagnons de trio. «Dès que Dominique m’a réuni à Xavier Simoneau et Cédric Desruisseaux en début de saison, il y a eu un déclic. Nous avions tellement une belle chimie…», faisait-il valoir.

«Les équipes de la LNH sont moins portées à signer de gros bonhommes depuis quelque temps, mais dans le cas de Morgan, sa progression est invitante. S’il progresse autant de 20 à 24 qu’il ne l’a fait entre 16 et 20 ans, ça va devenir toute une prise! Il me fait penser un peu à Ryan Clowe», analysait Corbeil.

De son côté, Adams-Moisan n’a pas besoin de chercher bien loin une inspiration dans son parcours. Chez le Canadien, il y a un certain Nicolas Deslauriers dont le style de jeu est semblable au sien. «C’est sûr que c’est un beau modèle pour moi. Je ne me gênerai pas pour tenter de jouer un peu comme lui.»

Pour y parvenir, Adams-Moisan connaît la principale lacune sur laquelle il doit plancher. «C’est sûr que je dois améliorer mon coup de patin. La vitesse, c’est tellement rendu important. Je vais mettre tous les efforts possibles pour faire des gains à ce chapitre.»

Au prochain camp d’entraînement à Laval, Adams-Moisan va retrouver TJ Mélançon et Alexandre Alain, deux de ses anciens coéquipiers qui ont eux aussi été mis sous contrat au cours des derniers jours. Certains croient que d’ici quelques semaines, Joël Bouchard et Dominique Ducharme vont également se joindre à l’organisation du Canadien. Le Latuquois n’a rien contre! «Ce sont deux excellents hommes de hockey, ce serait un honneur de jouer pour eux à nouveau. Ceci dit, je n’ai aucun contrôle là-dessus. Moi mon travail, c’est de me préparer à forcer la main des entraîneurs, peu importe qui ils seront au prochain camp d’entraînement.»