Jeff Petry ne devait pas vivre avec le fardeau d’une défaite subie la veille trop longtemps. Il a connu un fort match, mardi à Detroit, où il a enfilé le but vainqueur pour le Tricolore.

Douce revanche pour Petry

CHRONIQUE / Qu’elle est douce la revanche au cœur de Jeff Petry!

Pointé du doigt, avec raison, lors de la défaite aux mains du Wild 24 heures plus tôt, le défenseur du Canadien n’a pas mis de temps à faire oublier sa bourde.

Sous les yeux de son père, un ancien lanceur des Tigers de Detroit dans le Baseball majeur, Petry a non seulement touché la cible, mais il s’est également offert le but vainqueur. On se doute qu’il avait la tête beaucoup plus légère à sa sortie du Little Caesars Arena.

Et c’est tant mieux. Car Petry connaît une excellente saison, au-delà des attentes. Il ne devait pas vivre avec le fardeau d’une défaite trop longtemps, même si sa gaffe était monumentale. Ç’aurait été injuste.

Par ailleurs, le 26 du Canadien n’est pas le seul à avoir évacué un fardeau de ses épaules, mardi soir. Brendan Gallagher en est un autre qui a quitté la patinoire le cœur plus léger. Le combatif attaquant avait beau se démener soir après soir, il était incapable de trouver le fond du filet depuis une vingtaine de jours.

Gallagher a donc mis fin à une sécheresse de huit matchs en touchant la cible depuis son endroit de prédilection: aux abords du demi-cercle du gardien adverse.

C’est à souhaiter que ce but saura inspirer un autre fougueux attaquant en panne depuis quelques semaines: Max Domi. Dans son cas, on parle maintenant de 14 matchs sans faire scintiller la lumière rouge. Domi a tout de même obtenu une passe, mais son indiscipline a bien failli couler le Tricolore. Coincé au cachot, il a vu Andreas Athanasiou réduire l’écart à un seul but en troisième période, alors que les Red Wings étaient pourtant dans les câbles. Heureusement, son groupe a su tenir le coup par la suite.

Ceci dit, tout n’est pas rose au pays du Bleu-blanc-rouge. L’attaque à cinq continue de s’enfoncer au dernier rang de la Ligue nationale. À ce sujet, voici une petite statistique qui pourrait vous intéresser. Présentement utilisé sur la première unité d’avantage numérique, Joel Armia n’a jamais marqué un seul but en pareille situation... en 212 matchs en carrière, séries incluses.

Sur ce, bonne réflexion!