Tristan Guillemette n’avait pas participé à une compétition d’envergure depuis un an et demi. Ça n’a pas trop paru aux Championnats québécois élites sur route, où le Trifluvien a mérité le titre du critérium.
Tristan Guillemette n’avait pas participé à une compétition d’envergure depuis un an et demi. Ça n’a pas trop paru aux Championnats québécois élites sur route, où le Trifluvien a mérité le titre du critérium.

Dix-huit mois plus tard, Tristan Guillemette réussit son retour!

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Au rancart pendant un an et demi en raison d’une vilaine blessure au genou, Tristan Guillemette a salué son retour à la compétition en gagnant le critérium des Championnats québécois élites sur route, lundi à Baie-Comeau. Un retour spectaculaire pour le Trifluvien de 21 ans, devenu jeune entrepreneur pendant ces longs mois passés loin de la ligne de départ.

L’ancien membre du programme national de développement NextGen a démontré toute l’étendue de son talent de sprinteur en remportant son premier titre provincial chez les seniors. Il a bouclé le parcours nord-côtier avec une vitesse moyenne de 47,73 km/h, devant Antoine Fabry.

«J’étais anxieux de savoir où je me situais, si je pouvais encore être à la hauteur après tout ce temps», a confié l’athlète au Nouvelliste, à son retour à Trois-Rivières.

‹Il y a eu des remises en question avec la blessure au genou gauche et l’annulation du programme NextGen, mais je suis content d’être de retour et de performer!»

Si Guillemette ignorait au départ où il se situait parmi le peloton de l’élite, il a rapidement trouvé réponse à ses questions.

«J’avais de bonnes jambes, je me suis surpris moi-même au critérium. Disons que ça me donne le goût de continuer à m’entraîner aussi fort, surtout en sachant que ce sera ma dernière année chez les U23 en 2021. J’aurai encore la chance de me faire voir auprès des grosses équipes et, qui sait, espérer une participation à des compétitions d’envergure comme les Grand Prix de Québec et Montréal», mentionne celui qui, en fin de semaine, courait sous les couleurs de la formation Desjardins Ford propulsée par Cromwell.

Et la piste?

Jusqu’à sa blessure en mai 2019, Tristan Guillemette était considéré comme l’un des bons espoirs au pays chez les pistards. Le programme de développement a malheureusement subi des transformations depuis et on ignore si les Championnats canadiens sur piste auront lieu cette année, le vélodrome de Milton, en Ontario, étant toujours fermé à cause de la pandémie.

«Je voudrais continuer en piste, mais j’ai perdu mon brevet quelques mois avant la blessure en 2019. «Il n’y a pas vraiment eu d’autres annonces pour le programme NextGen en piste non plus. On verra pour la suite. De mon côté, c’est certain que j’ai de l’intérêt.»

Étudiant au Cégep à distance en sciences humaines profil administration, Guillemette aimerait poursuivre en marketing à l’université. Il s’est même parti en affaires il y a environ un an, en démarrant une petite entreprise web de vente de vêtements des années 60 à 90, The Dwip Dealer. «Ce n’est rien de gros, mais ça va quand même bien!»

D’autres bons résultats pour la Mauricie

Tristan n’a pas été le seul à se démarquer chez les Guillemette le week-end dernier. Son petit frère Mathias a savouré deux podiums du côté des juniors. Il a terminé deuxième du critérium lundi et troisième du contre-la-montre samedi.

Un baume sur une année de déceptions pour lui, car il aurait probablement eu la chance d’aller aux Championnats mondiaux juniors sur piste. Les deux frangins ont également connu un certain succès à l’épreuve sur route, même s’ils n’ont pas réalisé de top-3.

Au contre-la-montre individuel de samedi, Luc Guilbeault (maîtres A) a été le plus rapide de sa catégorie, devançant son plus proche poursuivant Pierre-Luc Samson par une minute. Un autre Trifluvien, Mathieu Hould, a conclu au troisième rang. Guilbeault en a remis en gagnant le bronze au critérium.

Chez les hommes seniors 3, William Guy-Tessier a devancé tous les autres coureurs de sa classe au contre-la-montre.