Les Diablos reprennent l’action mercredi avec un match crucial pour l’issue du classement général.

Diablos: un match capital pour le retour des Fêtes

TROIS-RIVIÈRES — Repartir la machine après une longue pause des Fëtes avec un match sans lendemain, ou presque, voilà une façon plutôt abrupte de commencer l’année. C’est justement le défi auquel feront face les Diablos du Cégep de Trois-Rivières, en première division du réseau de basketball féminin, avec un rendez-vous au domicile des Cougars du Collège Champlain-Lennoxville, mercredi soir.

Présentement cinquièmes au classement général avec un dossier de deux victoires et cinq défaites, les protégées de Faisal Docter ne peuvent se permettre de faux pas contre les Cougars, coincées au dernier rang et toujours à la recherche d’une première victoire cette saison.

«On a donné deux semaines complètes de pause aux filles, car on croit énormément dans l’équilibre de vie. On a recommencé à pratiquer le 4 janvier et on a joué deux matchs hors-concours depuis, explique le pilote des Rouges. Maintenant, contre Lennoxville, on ne peut pas l’échapper. On doit exécuter comme il faut. Le point positif, c’est que les filles donnent beaucoup de leur temps à l’entraînement pour s’améliorer. C’est beau à voir.»

Lors du premier match de la saison, les Diablos avaient renversé les Cougars 77-55 dans leur gymnase trifluvien.

Une efficacité à peaufiner

Au cours des dernières années, les Diablos se démarquaient par leur jeu offensif, particulièrement au chapitre de l’efficacité de leurs lancers. Cette saison, c’est un peu moins convaincant dans cette colonne statistique avec un taux de 27,4%.

Pour l’entraîneur des Diablos, cette donnée ne reflète pas du tout le talent au sein de son équipe, mais démontre plutôt que son groupe est en processus d’apprentissage. «On a de bonnes filles pour lancer au panier, mais c’est dans la préparation avant le tir qu’on ne travaille pas assez fort. Les filles ne sont pas habituées à se battre aussi fort au rebond avant de pouvoir penser à lancer le ballon. Notre pourcentage de réussite n’est clairement pas représentatif de notre niveau de talent, mais c’est normal avec une jeune équipe. Au début de l’année, on parlait d’un processus de deux ans avec ce groupe. Nous poursuivons l’apprentissage.»

Les Diablos disputeront leurs trois prochains matchs sur la route avant de renouer avec leurs partisans le 1er février.