Mérédith Bélanger et Jasmine Martel.

Deux finissantes, deux chemins

Trois-Rivières — La saison du recrutement bat son plein et déjà, deux joueuses de dernière année des Diablos basketball savent quel uniforme elles défendront, l’an prochain, dans les rangs universitaires. Jasmine Martel poursuivra son cheminement à l’Université Bishop’s tandis que Mérédith Bélanger a opté pour l’UQTR... en soccer!

Tôt ou tard, la jeune femme devait faire un choix. Celle qui a joué au soccer presque toute sa vie avait découvert le basket un peu sur le tard. Elle a adoré ce sport, tellement qu’elle a délaissé le ballon rond, le temps de quelques années.

Sa passion, jamais bien loin, a rejailli l’an dernier. Mérédith Bélanger a donc enfilé le maillot des Diablos en soccer et en basket pendant deux ans, même qu’elle a guidé la première équipe vers la finale provinciale au début du mois.

Elle est de retour avec sa gang du ballon orange depuis quelques semaines, motivée à la conduire jusqu’au championnat de fin de saison. Ce serait une première depuis le printemps 2016.

«Pour l’université, le choix n’a pas été difficile. Je me sens davantage à ma place au soccer et avec les Patriotes, j’irai rejoindre plusieurs filles de Trois-Rivières que je connais», explique l’étudiante en sciences de la nature, qui se dirige vers le baccalauréat en sciences biologiques et écologiques.

Sa coéquipière Jasmine Martel, elle, poursuivra vers Bishop’s à l’automne 2020. D’ici là, elle espère elle aussi vivre un premier championnat provincial avec les Rouges.

«Je suis contente de continuer à Bishop’s, sauf qu’avant de me rendre là-bas, je veux bien finir mon stage collégial avec les Diablos. Surtout que je crois que je peux en donner encore plus sur le terrain. Je ne suis pas déçue de ma saison à date, mais pas entièrement satisfaite non plus», souligne la future étudiante en enseignement au primaire, heureuse de retrouver dans l’alignement la médaillée d’argent en soccer collégial.

«Son retour nous fait du bien! Souvent, le jeu part grâce à elle.»

Les deux filles ainsi que le reste de l’équipe (trois victoires, quatre défaites) seront en action pour une dernière fois avant la pause des Fêtes, vendredi soir au pavillon des Sciences du Cégep de Trois-Rivières, contre Vanier (2-4).

Phénomène rare... au Québec

Entraîneur-chef des Diablos, Louis-Philippe Dugas se réjouit de constater que déjà deux de ses protégées ont confirmé leur adhésion à un programme sportif universitaire pour 2020-21.

Il est encore plus heureux de constater que ces deux athlètes optent pour deux sports différents.

«On encourage de plus en plus le multisports au Québec, sauf qu’une fois au niveau élite, on a encore le mauvais réflexe de demander aux jeunes de faire un choix. Pourtant, on voit souvent, aux États-Unis, des athlètes poursuivre leur cheminement dans plusieurs sports jusqu’à l’université. Ici, c’est plus rare une fois à l’adolescence. Si nous pouvons développer et pousser pour ça, ce sera un plus pour nos jeunes étudiants-athlètes.»

Le match de vendredi débute à 19h.