Les frères Christophe et Félix Boivin s’alignent avec les Patriotes de l’UQTR.

Deux ans plus tard, les Boivin se retrouvent

Trois-Rivières — Ce ne sont peut-être pas les plus grands ni les plus gros, mais lorsqu’il est question de hockey, les frères Christophe et Félix Boivin y ont toujours mis beaucoup de cœur. Les voilà de nouveau réunis, pour la deuxième fois de leur carrière, mais pour une première au sein des Patriotes de l’UQTR.

Les amateurs ayant suivi la saison en demi-teinte des Patriotes l’an passé connaissent Christophe, l’une des rares bougies d’allumage à l’offensive dans une équipe qui manquait de ressources pour rivaliser avec les meilleurs programmes au pays. Boivin entamera déjà sa troisième campagne avec l’UQTR et il accueille son jeune frère Félix, un défenseur offensif qui s’en promet au Colisée cet hiver.

Voilà un duo de frérots dont la contribution pourrait avoir un impact considérable pour la troupe de Marc-Étienne Hubert, à compter du 2 octobre. C’est la quatrième fois dans l’histoire de leur programme que les Patriotes alignent un tandem de frères. Richard et Bernard Nault, au début des années 70, Mario et Pablo Delisle en 1992-93 de même que Jean-Philippe et Alexandre Piché (2000-01) sont les trois autres, nous confirme le statisticien des Patriotes, Jacques Brouillette.

«De savoir Christophe ici dans un environnement professionnel comme celui des Pats, ç’a clairement eu un rôle à jouer dans ma prise de décision», sourit Félix, qui a toujours eu pour idole son grand frère, de deux ans son aîné.

«Nous avons joué ensemble un peu plus de deux ans à Bathurst dans le junior majeur, on habitait dans la même pension. Christophe m’a aidé à mon arrivée dans la LHJMQ et je sais qu’il sera là pour m’appuyer dans le hockey universitaire, même si je suis un défenseur et lui un attaquant.»

Le jeune Boivin a conclu son stage junior avec 146 points en 273 rencontres, un ratio intéressant pour un arrière de 5 pieds 7 pouces.

Christophe, lui, a guidé l’attaque des Patriotes l’an passé en terminant au deuxième rang des buteurs de la Ligue de l’Ontario (22) et au quatrième échelon des meilleurs pointeurs (41). L’arrivée de nombreuses recrues, 15 pour être plus précis, pourrait insuffler une nouvelle énergie aux Patriotes. Car plusieurs de ces joueurs de première année évoluaient dans la LHJMQ pas plus tard qu’il y a 4 ou 5 mois.

«Je suis impressionné par notre recrutement. Un gars comme Samuel L’Italien a gagné la Coupe Memorial avec le Titan de Bathurst, ce n’est pas banal! Je pense que les gars qui arrivent cet automne sont un peu plus en forme. On a beaucoup de recrues de qualité qu’il faudra encadrer.»

Bien sûr, il pense d’abord à son frangin. «Félix a un beau style, les amateurs vont l’aimer! Il devrait nous aider en avantage numérique. Et dans le vestiaire, les coéquipiers risquent de l’entendre. Il est assez dynamique!»

«C’est vrai que je déplace plus d’air que mon frère», réplique Félix en riant. «J’aime parler sur la glace aussi, j’ai trouvé les premiers matchs hors-concours assez intenses, surtout contre Concordia», enchaîne celui qui a opté pour un certificat en administration. Christophe lui, poursuit ses études au baccalauréat en sciences comptables.

Gagner ensemble

Pendant tout leur cheminement dans le hockey organisé, Christophe et Félix ont fait fi de leur physique pour s’imposer comme les meilleurs joueurs de leur équipe respective, peu importe le niveau.

Ceci dit, ils n’ont pas assez gagné à leur goût. Le plus vieux a tout de même réalisé un fait d’armes important dans sa carrière, celui de remporter la médaille de bronze avec le Canada aux Universiades l’an passé.

Pour Félix, il attend toujours de vivre un tel moment. «C’est clair qu’on veut gagner ensemble» mentionne celui qui jouait pour les Foreurs de Val-d’Or, une équipe en reconstruction, en 2018-19.

«On a certainement plus de profondeur pour y parvenir», note Christophe Boivin.

Chose certaine, si les Patriotes soulèvent la coupe Queen cet hiver et qu’ils réussissent à se classer pour le Championnat canadien, il y a de fortes chances que les frères originaires de Québec en soient des artisans importants.

Avant l’ouverture de la saison régulière mercredi prochain au Colisée contre les Ravens de Carleton, les Patriotes disputeront une dernière partie préparatoire, dimanche soir à McGill.