Vincent Senez a apporté sa touche avec un but et une passe dans la victoire face aux Foreurs de Val-d’Or.

Désastre évité

Shawinigan — Pour une équipe qui avait impérativement besoin d’une victoire, les Cataractes ont été pas mal timides jeudi soir au Centre Gervais Auto. Grâce à beaucoup d’opportunisme et un peu de chance, ils ont néanmoins évité le désastre en s’imposant 6-5 en prolongation aux dépens des Foreurs, devant un peu plus de 2700 personnes qui ont apprécié le festival offensif.

Certes, le duel a été spectaculaire. Le hic, c’est qu’il penchait du côté des visiteurs, plus dégourdis que leurs hôtes. Sans deux poussées de deux buts en moins de deux minutes chaque fois, les Shawiniganais se retrouveraient à dix points des Foreurs et des séries en se levant vendredi matin. Heureusement, le scénario écrit par Vasily Glotov, auteur de deux buts, et Jan Drozg, qui a départagé les deux clubs en prolongation est moins sombre puisqu’il permet aux hommes de Daniel Renaud de s’approcher à  sept points des Saguenéens et des Foreurs.

Ces derniers ont quand même une part de responsabilité à assumer dans le dénouement final. Le nouveau pilote Pascal D’Aoust est revenu avec sa recrue Jonathan Lemieux entre les poteaux, même si Mathieu Marquis avait été étincelant au dernier match. Lemieux n’est pas directement responsable du revers, mais il n’a pas été en mesure de stopper la remontée de ses ennemis en troisième. Puis, en prolongation, il a été faible sur le revers de Drozg.

À l’autre bout de la patinoire, Mathieu Bellemare avait moins de magie dans son équipement  qu’à ses quatre premiers départs depuis son retour en Mauricie. Mais comme son équipe, il s’est battu. Dans les derniers instants du match, il a permis aux Cataractes de survivre au temps réglementaire grâce à un arrêt magistral sur un tir d’Ivan Kozlov. «On n’a jamais lâché. Je pense que c’est la preuve que notre équipe veut vraiment faire les séries. On a peut-être connu un faux départ mais un match de hockey, c’est long. Et en bout de ligne, on a eu le dernier mot», célébrait le portier de 19 ans, qui n’avait pas du tout envie de faire la fine bouche.

Même réaction de la part de Daniel Renaud, un peu chatouillé par les questions des médias sur la performance tiède des siens. Il voyait beaucoup plus de positif que de négatif à extraire de la soirée. «Il y avait deux clubs nerveux sur la glace. Les joueurs des deux camps voulaient énormément, mais ils étaient nerveux. Ça prend une force de caractère pour se relever deux fois d’un déficit de deux buts. Il y a deux ou trois mois, on aurait perdu ce match-là. Ça montre une belle progression», insistait Renaud. «Ce n’est peut-être pas un classique en ce qui concerne l’allure du match, mais c’est un classique pour ce qui est du caractère. On se retrouve à sept points des séries et il reste 26 matchs. Nous avons gagné pas mal de terrain depuis trois semaines.»

Renaud était aux premières loges pour assister à l’une des bonnes performances de la saison de Glotov. Deux buts dignes des bulletins télés, une barre horizontale en fin de troisième, l’espoir des Sabres a pris les choses en main. «Il est venu rencontrer les entraîneurs il y a un mois, il nous a dit qu’il voulait prendre charge de l’équipe. Évidemment, nous étions très heureux d’entendre ça. Depuis, il joue avec beaucoup de conviction. On espère qu’il lui reste 26 performances du genre à nous donner!»

Glotov était très heureux de la récolte des siens. «Peu importe la manière, le résultat c’est que nous avons gagné. C’est très positif. On s’est rapproché des séries, c’était le but. Faut continuer à pousser», a dit le vétéran de 20 ans.

Dans l’autre vestiaire, Pascal D’Aoust ne cachait pas sa déception de repartir avec un seul point. «On a mal géré la rondelle et l’espace sur la glace. Résultat, on rate un point, et on en donne deux aux Cataractes», résumait le patron hockey des Foreurs, qui a défendu sa décision de confier le filet à Lemieux. «On veut que nos deux gardiens voient de l’action. Lemieux a affronté les Voltigeurs à notre dernier duel contre eux, on voulait que ce soit Marquis qui soit là au prochain.»

Outre Glotov et Drozg, Frédérik Théorêt, Vincent Senez et Antoine Demers ont secoué les cordages pour les vainqueurs. Dans l’autre camp, l’ex-Cataractes Tommy Cardinal s’est fait plaisir en enfilant son deuxième but de la saison. Il s’est aussi fait remarquer pour quelques mises en échec… et une pénalité écopée à 200 pieds de son filet qui a réveillé son ancien club en deuxième. Cardinal a complété sa soirée de travail par une inconduite de 10 minutes. «On aime son implication physique. Mais il doit trouver une façon de rester à l’extérieur de la boîte des pénalités», a reconnu D’Aoust.

Le prochain match des Cataractes est programmé pour samedi à Rimouski. Même s’il a recommencé à patiner, Simon Benoît ne sera pas prêt pour l’Océanic. Son retour est anticipé la semaine prochaine.