Les Tigres disposent peut-être du meilleur alignement de la LHJMQ depuis la fin de la période des transactions. C’est donc un bon test qui attend Jérémy Manseau et ses coéquipiers des Cataractes.

Des Tigres affamés au menu

Shawinigan — Pas de répit pour les Cataractes, qui se préparent à affronter une équipe aguerrie vendredi soir au Centre Gervais Auto. Toujours à neuf points d’une place en séries, avec 18 matchs à écouler d’ici la fin du calendrier régulier, les hommes de Daniel Renaud devront toutefois réussir à surprendre des équipes comme les Tigres s’ils veulent continuer à jouer au-delà de la mi-mars.

Après tout, les Victoriavillois ne sont pas infaillibles, même s’ils disposent peut-être du meilleur alignement de la LHJMQ depuis la fin de la période des transactions. Pas plus tard que mercredi, les Remparts les ont renversés 4-1.

«Une mauvaise période nous a coulés», faisait valoir le pilote Louis Robitaille, qui se dit heureux du rendement global de son équipe depuis deux mois.

«On a quatre ou cinq défaites en temps réglementaire depuis le 1er décembre. En novembre, il ventait pas mal sur le bateau, nous étions en 14e place. Depuis, on a parcouru pas mal de chemin, et on veut continuer d’en faire. L’objectif, c’est d’avoir l’avantage de la glace en première ronde.»

Malgré un parcours en dents de scie, le directeur-gérant des Tigres Kevin Cloutier s’est collé au plan initial, et il a été l’un des directeurs généraux les plus actifs lors de la dernière période de transactions. Il a ajouté une demi-douzaine de joueurs, dont les vedettes Étienne Montpetit et Vitalii Abramov, laissant par contre partir James Phelan et Pascal Laberge, des vétérans importants du noyau.

Reste maintenant à créer de la chimie. «Ça ne fait que trois matchs que nous avons notre alignement complet. J’ai confiance, les joueurs acceptent leur rôle. Maintenant, c’est une chose de le dire et de le penser, c’en est une autre de le vivre. C’est ce que le prochain mois va nous permettre de faire, afin d’arriver fin prêts pour les séries.»

Au moins, les Tigres ont retrouvé un Maxime Comtois au sommet de son art depuis la fin du Championnat du monde junior. L’espoir des Ducks d’Anaheim a récolté 17 points, dont 11 buts en neuf matchs, depuis son retour.

Le trio qu’il complète aux côtés d’Abramov et d’Ivan Kosorenkov fait actuellement trembler les défensives adverses, et sera la principale énigme à résoudre pour les Cataractes vendredi soir.

«On a essayé de lui vendre une certaine façon de jouer l’an dernier, mais c’était son année de repêchage, et il sentait le besoin de faire des points. Or au Championnat du monde, il a été utilisé sur un quatrième trio et il a vu qu’en acceptant l’identité de joueur de puissance, les points seraient au rendez-vous pareil. C’est comme ça qu’il joue depuis son retour et la différence est visible. Il récolte actuellement ce qu’il sème. C’est bon pour lui, pour son trio, pour l’équipe au complet.»