L'arrivée des superquads au Grand Prix s'inscrit dans la lignée de la nouvelle offre proposée aux amateurs de véhicules tout-terrain.

Des superquads au GP3R

Ça fait un demi-siècle que des courses automobiles sont organisées dans le parc de l'Exposition à Trois-Rivières et pour la première fois, en août prochain, des quads défieront le célèbre circuit.
Le directeur général du GP3R Dominic Fugère et le pilote Sylvain Arseneault.
Quelques années après l'émergence des voitures de rallycross, des véhicules côte à côte et des supermotos en 2016, les Superquads Elka viendront gonfler la programmation du week-end inaugural, les 5 et 6 août, alors que l'on célébrera la 48e édition du Grand Prix de Trois-Rivières.
Le projet n'a rien d'étonnant et s'inscrit dans la lignée de la nouvelle offre du GP3R proposée aux amateurs des véhicules tout-terrain. L'organisation espère attirer entre 15 et 20 participants. 
Chose certaine, Sylvain Arseneault, lui, répondra présent! Le pilote de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, une légende du quad au Québec dont la réputation dépasse nos frontières, a fait des pieds et des mains pour convaincre le directeur général Dominic Fugère et son équipe d'embarquer dans l'aventure des superquads.
Celui que l'on surnomme Arsène dans le milieu admet avoir ressenti une certaine amertume, il y a un an, quand il a vu défiler les motos de l'AMA Supermoto Cogeco sur le circuit hybride du GP3R. Depuis, il a toujours entretenu l'espoir de faire entrer les quads dans la grande danse du Grand Prix. Son voeu s'est exaucé mardi.
«Les quads atteignent pratiquement les mêmes vitesses que les motos. Nous allons donner un bon spectacle aux fans», sourit Arseneault qui, à 52 ans, demeure une référence dans le domaine.
Pas plus tard que l'automne dernier, il se rendait en Belgique, où la ville de Mettet organise le Superbiker, un des événements parmi les plus populaires au monde lorsqu'il est question de supermotards. D'ailleurs, la compétition se tient au même endroit où les bolides de rallycross convergent pour l'épreuve de Belgique. Il s'agit donc d'un mariage parfait pour le GP3R, estime Dominic Fugère.
«Si c'est bon pour Mettet, c'est bon pour nous! On intègre un nouveau type de véhicules et nous souhaitons que les gens embarquent.»
Arseneault compte appuyer Fugère en moussant la candidature de Trois-Rivières chez certains quadistes de l'Europe et des États-Unis. «C'est une bonne nouvelle pour le monde du quad au Québec, surtout après l'annulation des 12 Heures de La Tuque pour cette année», confirme Arseneault.
Encore plus de portes ouvertes
Toujours très appréciée des curieux, la soirée des portes ouvertes fera des petits en 2017. En effet, cette activité ne sera plus réservée à la deuxième fin de semaine des courses puisqu'une soirée gratuite s'ajoute à la programmation pour le week-end du rallycross.
Le samedi 5 août, dès 17 h 30, les spectateurs auront le luxe d'entrer sur le site du Grand Prix sans dépenser le moindre sou pour leur billet d'admission. Lors de cette soirée, les voitures du Challenge Extrême Élite, les motos de l'AMA Supermoto ainsi que les Superquads Elka animeront le spectacle sur le circuit de rallycross, qui inclut toujours une portion sur les terrains de l'Hippodrome 3R.
Les manches finales des qualifications se dérouleront à la tombée du jour.
«Les voitures du Challenge Extrême Élite sont toutes équipées de projecteurs hyperpuissants», explique le pilote Marc-Antoine Camirand, qui a pu s'exécuter mardi sur l'avenue Gilles-Villeneuve.
«Il y a tellement d'éblouissement que c'est difficile de juger la distance qui te sépare du pilote derrière toi. On y va au pif, on anticipe! Ce sera un défi différent pour nous, mais on a hâte, surtout que nous roulerons devant des milliers de personnes, contrairement aux épreuves habituelles du championnat québécois de rallye performance.»
Les nouveaux garages temporaires qui seront aménagés pour les voitures de rallycross pourraient ressembler à ceux-ci.
Le rallycross aura ses garages
Terminée, la cohabitation dans les puits entre les pilotes de rallycross et ceux des autres séries.
Le comité organisateur du GP3R se mettra au goût du jour et installera de nouveaux garages pour la série reine de sa première fin de semaine de courses. Un nouvel aménagement des paddocks sera créé au début de la ligne droite afin de répondre aux exigences des équipes du championnat de rallycross FIA.
Les voitures, qui valent environ 500 000 $, arrivent à Trois-Rivières par conteneurs et les équipes ne bénéficient pas des remorques pour la course du Grand Prix. «Il fallait donc leur aménager un espace pour que les mécanos puissent travailler sur les voitures. La nouvelle structure nous aidera à mieux accueillir les pilotes, les équipes et les voitures», explique le directeur général Dominic Fugère.
«C'est une alternative pour mieux coordonner la circulation dans les puits. Les garages mesureront 15 pieds par 35 pieds de profondeur.»
Jusque là donc, tout est mis en place pour faciliter l'intégration des conducteurs vedettes. Mais l'expérience client s'en verra aussi bonifiée.
Au-dessus de ces garages temporaires, on installera des loges avec un service de première classe. Le tout, bien sûr, à proximité des paddocks. Une terrasse y sera aussi érigée. Ces espaces de garages laissés vacants pour la deuxième fin de semaine des courses laisseront ensuite la place à des clients corporatifs dans cette nouvelle section que le Grand Prix baptisera le Club Garage.